ZÉRO DE CONDUITE

Vue 4996 fois

Moyen métrage - Autre Titre : ZÉRO DE CONDUITE : JEUNES DIABLES AU COLLÈGE

Version: 1932 - France - Noir et Blanc - 44 Min.


Avec la participation pour certains résumés : Cinefiches.com
Sujet: Entre décembre 1932 et janvier 1933, Vigo tourne Zéro de conduite. Le directeur de la photo est Boris Kaufman, la musique est de Maurice Jaubert . C'est une oeuvre autobiographique puisque le film met en scène des enfants internes dans un collège. la discipline y est si sévère que les enfants préparent une conspiration. L'élève Tabard dit merde au professeur mielleux qui lui caressait la main. Convoqué chez le proviseur, sommé de s'expliquer, il n'a qu'une réponse : « Monsieur le professeur, je vous dis merde ! ». Cette réplique est inspirée d'une manchette de La Guerre sociale adressée au gouvernement par Almereyda : «Je vous dis merde ! ». Plus tard, la révolte éclate au dortoir. Les plumes volent, le surveillant est attaché sur son lit. le lendemain est le jour de la fête du collège. Les officiels invités (préfet, prêtre, militaire) reçoivent toutes sortes de projectiles de la part des enfants grimpés sur le toit. le désordre est général, le drapeau à tête de mort est hissé, les enfants s'enfuient sur les toits puis dans la campagne.

Zéro de conduite fut critiqué par le pouvoir. Les protestations furent nombreuses, notamment celle des Pères de famille organisés. Pour eux, le film faisait l'éloge de l'indiscipline et constituait une atteinte au prestige du corps enseignant. Après une projection unique, le film est interdit par la censure et les cinéphiles devront attendre 1945 pour le voir. Vigo avait pris le parti des enfants représentant l'imagination et la création contre les adultes, bourgeois hypocrites et méchants. Ce film n'est cependant pas manichéen car les enfants ne sont pas tous des saints : ils peuvent être eux aussi sournois et pervers. Zéro de conduite a une profonde sensibilité libertaire. Face aux entraves à la liberté et au bonheur, la révolte est nécessaire. Jean Vigo représente les tenants du pouvoir que sont l'Etat, l'Eglise et l'armée sous la forme de marionnettes qu'il faut abattre dans un grand jeu de massacre.


DISTRIBUTION TECHNIQUE

Réal : Jean Vigo
Scén :
Scén+ :montage : Jean Vigo
Genre : Comédie dramatique
Musique de : : Maurice Jaubert - Chansons : Charles Goldblatt
Photos de : Boris Kaufman
Producteur : Jacques-Louis Nunez et Jean Vigo
Distributeur : Franfilmdis
Dialogue de : Jean Vigo

Distribution des rôles

Jean Dasté : Surveillant Huguet
Robert le Flon : Surveillant Pète-Sec
Du Verron : Surveillant-Général Bec-de-Gaz
Delphin : Principal du Collège
Léon Larive : Professeur
Madame Émile : Mère Haricot
Louis de Gonzague : Préfet
Raphaël Diligent : Pompier
Louis Lefebvre : Caussat
Gilbert Pruchon : Colin
Coco Golstein : Bruel
Gérard de Bédarieux : Tabard


Video