CHARLES BLAVETTE

Vue 10244 fois

Profession:
Acteur français.

Date et lieu de naissance:
24-06-1902, à Marseille, Bouches-du-Rhône, France.

Date et lieu du décès:
21-11-1967, à Suresnes, Hauts-de-Seine, France.

Cause du décès:
Probablement de mort naturelle à l'âge de 65 ans.

Nom de naissance:
Charles Ernest Jean Blavette.

État civil:
Il fut marié avec : FRANÇOISE MAYOL.

Taille:
?

Commentaires: 0

Anecdotes

Fils d'Ernest et de Léontine Blavette.

 

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à CHARLES BLAVETTE

Ajout de la vidéo le 23 juin 2021 par Philippe de CinéMémorial

 

Fils d’Ernest Jules Blavette et de Léontine Rosine (née Talmon). Charles Ernest Blavette voit le jour le 24 juin 1902 dans la cité Phocéenne à Marseille. Après de courtes études, il travaille comme cuisinier puis comme ferblantier dans une fabrique de conserves . Mais ce provençale rêve en secret de devenir comédien. Il a ses habitudes de se rendre dans un bar sur la Cannebière le Noailles où de nombreux artistes se donnent rendez-vous. C’est dans cet endroit qu’il rencontre et se lie d’amitié avec le comédien Henri Poupon.


Celia Montalvan et Charles Blavette - Dans le film : TONI de Jean Renoir en 1935.

Connaissant son envie de jouer la comédie Henri Poupon lui propose de faire le figurant dans «Jofroi» (1933) le nouveau film de Marcel Pagnol dans lequel Poupon joue un paysan avec (Vincent Scotto) dans le rôle titre. Pagnol séduit par le naturel et la silhouette de Blavette, il décide de lui confier le rôle du paysan Antoine, le troisième personnage du film.

Soutenu par sa femme Paquita, Blavette, accepte le rôle. Sa prestation lui permet d’intégrer la troupe à Pagnol, lequel saura utiliser sa personnalité mesurée pour tenter de contrecarrer le tempérament fougueux de sa troupe. On peut citer : Tonin, le rémouleur dans «Angèle» (1934) ; Jasmin un forgeron dans «Regain» (1937) ; Martelette dans «Le Schpountz» (1937), où dans les trois, il est le partenaire d’Orane Demazis et Fernandel. Puis il est Tonin face à Raimu dans «La femme du boulanger» (1938) ; le teinturier dans «La fille du puisatier» (1939) aussi aux cotés de Raimu et Fernandel ; et plus tard Pamphile, le menuisier dans «Manon des sources» (1952) avec Jacqueline Pagnol et Raymond Pellegrin.


Celia Montalvan Charles Blavette - Dans le film : TONI en 1935 de Jean Renoir

Mais sa carrière cinématographique ne se limite pas aux films de Pagnol. En 1934 Jean Renoir lui offre le personnage principal celui de Toni un ouvrier immigré italien qui s’accuse du meurtre du mari brutal de sa maîtresse (Celia Montalván), il y perdra la vie.

Jean Renoir l’emploie à nouveau pour tenir le rôle d’un marseillais dans « La Marseillaise » en 1937, puis il travaille avec de grands cinéastes tels : Jean Grémillon pour « L'étrange Monsieur Victor » (1938) il campe un inspecteur aux cotés de Raimu ; et pour « Remorques » (1939) il est le second de Laurent (Jean Gabin) capitaine du remorqueur le Cyclone ; André Cayatte pour « La fausse maîtresse « (1941) il joue le patron du salon de coiffure ; Maurice Cam pour « L'île d'amour » (1943) où il campe un contrebandier; Henri-George Clouzot pour « Quai des orfèvres » (1947) il est Poitevin, l'employé de la SNCF; pour Robert Hossein il incarne un inspecteur de police dans « Toi, le venin » (1957) ; et aussi George Franju pour le film d’horreur « Les yeux sans visage » (1958) ; et retrouve André Cayatte pour « Le glaive et la balance » (1962).

En 1958, Gilles Grangier lui donne l’occasion avec un rôle de gendarme de retrouver Jean Gabin dans le rôle titre « Archimède le clochard » ; l'année suivante Jean Renoir l’emploi dans le rôle d’un paysan toujours accompagné de son bouc dans « Le déjeuner sur l’herbe ».

En 1966, il apparaît une dernière fois au cinéma avec un petit rôle celui de Mr Arnaud dans « Le jardinier d’Argenteuil » à nouveau avec Jean Gabin qui cultive tranquillement son jardin tout en fabriquant de la fausse monnaie.

L’acteur apparaît aussi dans des productions télévisées, dont «Les cinq dernières minutes» (1959), « Cécilia, médecin de campagne » (1966) ; «Jacquou le croquant» (1967).

Pour sa gentillesse et sa simplicité, Charles Blavette fut très apprécié de la profession et de la bande à Pagnol Bien qu’il eut rarement l’occasion de jouer un grand rôle, il s’imposa pendant plus de trente ans de carrière comme l’un des plus remarquables seconds rôles.


De gauche à droite : Fernand Charpin, Charles Blavette, Raimu, et Robert Vattier - Dans le film : La Femme du Boulanger, 1938.

On lui doit également un très sérieux recueil culinaire intitulé Ma Provence en cuisine aux éditions France Empire. Il était marié en deuxième noces à Françoise Mayol.

Charles Blavette décède le 21 novembre 1967, à l’hôpital Foch de Suresnes, il repose au cimetière de cette commune …

Source : Gary Richardson - Fait le 23 juin 2021 par Philippe de CinéMémorial.

 

commentaires (0)