CARA WILLIAMS

Vue 527 fois

Profession:
Actrice américaine.

Date et lieu de naissance:
29-06-1925, à Flatbush, quartier de Brooklyn à New York, État de New York aux États-Unis.

Date et lieu du décès:
09-12-2021, à son domicile de Beverly Hills, État de la Californie, États-Unis.

Cause du décès:
D'une crise cardiaque à l'âge de 96 ans.

Nom de naissance:
Bernice Kamiat.

État civil:
Au cours de sa vie, elle se maria à 3 reprises et eut 2 enfants :

Mariée en juin 1945 avec : ALAN GRAY - Divorcée le 04 juin 1947.
Ils eurent une fille, Cathy, née : 15 avril 1946.

Mariée le 23 décembre 1952 avec l’acteur : JOHN DREW BARRYMORE (1932-2004) - Divorcée le 09 octobre 1959.
Ils eurent un fils, John Blyth Barrymore, né 15 mai 1954, devenu acteur.

Mariée en troisième noces en 1964 avec l'acteur : ASHER DANN (1934-2018).
Ils restèrent unis jusqu’au décès de Dann en 2018.

Taille:
?

Commentaires: 0

Anecdotes


Tony Curtis, Cara Williams et Sidney Poitier - Dans le film de 1958 : La Chaîne


photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à CARA WILLIAMS
Bande annonce du film de 1958 : LA CHAÎNE

Ajout de la vidéo le 07 janvier 2022 par Philippe de CinéMémorial


Cara Williams voit le jour à Flatbush un quartier de Brooklyn à New York le 29 juin 1925, sous le nom de Bernice Kamiat. Née d’un père juif autrichien, Benjamin Kamiat, journaliste au Brooklyn Eagle et de Florance (née Schwartz) une mère manucure d’origine juive roumaine, qui travaille à côté du Brooklyn's Albee Theatre, où elle laissait sa fille Bernice avec les propriétaires du théâtre pour la garder. C’est probablement dans cet environnement théâtral que très jeune Bernice avait des aspirations à devenir comédienne. Enfant, elle faisait des imitations de star.

Après le divorce de ses parents, elle déménage avec sa mère à Hollywood où elle a fréquenté la Hollywood Professional School. Poussée par sa mère dans le monde du spectacle, à 13 ans, elle prête sa voix pour des publicités à la radio et dans divers dessins animés dont le court métrage de la série Looney Tunes « Porky Pig’s Feat ».



Belle adolescente de 16 ans, aux cheveux roux, le visage magnifié par de beaux yeux bleus, elle signe un contrat avec la 20th Century-Fox et sous le pseudonyme de Cara Williams, elle tourne son premier film sous la direction de Lesley Selander, un western « Terreur sur le ville » (1941) avec William Boyd dans le rôle d’Hopalong Cassidy. (Selon certaines sources il aurait débuté sous le pseudo de Bernice Kay).

Elle enchaine avec le drame « Girls Town » (1942) de Victor Halperin aux cotés d’Alice White, Edith Fellows et June Story, un groupe de filles qui participe à un concours de beauté, avec pour la gagnante un test au cinéma à Hollywood, suivi de « Happy Land » (1943) d'Irving Pichel avec Richard Crane qui tombe amoureux de la belle Gretchen (Cara Williams).

Elle est nominé aux Oscars pour son rôle de secrétaire dans le film noir oscarisé « Laura » (1944) d'Otto Preminger, Cara est employée dans l’agence de publicité de Laura (Gene Tierney) cette dernière est découverte abattue d'une décharge de chevrotines en plein visage, le lieutenant McPherson (Dana Andrews) enquête auprès de ses proches.

Autre rôle de secrétaire dans la comédie musicale « Quand l’amour manœuvre » (1944) de Lewis Seiler avec Carmen Miranda et Michael O'Shea ; et celui d’une vendeuse de fleurs dans une comédie légère « Don Juan Quilligan » (1944) de Frank Tuttle avec William Bendix qui prêtant être l’auteur d’un meurtre pour échapper à ses deux épouses.

Elle est Wanda impliquée dans le film noir « L’assassin rôde toujours » (1945) de Robert D. Webb, avec Richard Conte un détective privé qui est poursuivi par la police et par un mystérieux tueur.

En 1945, Cara Williams épouse en première noce Alan Gray en 1945, ils ont eu une fille, Cathy, le mariage a pris fin au bout de deux ans.

Malgré qu’elle à fait sensation sur scène dans la production théâtrale « Born Yesterday », elle reste cantonnée aux seconds rôles voire de soutient.

Dans « Boomerang », (1946) elle est dirigée par l’un des maîtres du septième art Elia Kazan, qui relate un drame social inspiré d'un fait divers survenu dans le Connecticut au début des années 20, où un prêtre est assassiné, avec au casting, Dana Andrew l’accusé, Jane Wyatt son épouse, Cara Williams la serveuse au café le Coney Island et Lee J. Cobb le chef de la police.

Après sa participation auprès du couple Robert Young et Maureen O'Hara dans la comédie « Bonne à tout faire » (1948) de Walter Lang, Cara déçue des rôles qu’on lui offre se tourne vers la télévision naissante.



Durant quatre ans, elle se produit dans une dizaine de séries dont la plus marquante « Suspense » (1950) où dans quatre épisodes, elle joue différents personnages dans des situations dangereuses et menaçantes. On la verra plus tard dans quatre épisodes de la série « Alfred Hitchcock présente » 1956/60 dans des drames policiers. Son rôle le plus célèbre au petit écran est sans aucun doute celui de Gladys Porter l’épouse pétillante, légèrement écervelée d’Harry Morgan dans la série comique « Pete and Gladysde » (1960-62) pour sa prestation elle fut nominée pour l’Emmy Award de la meilleure actrice principale. Elle a ensuite développé sa propre série en 1964 « The Cara Williams Show » un sitcom qui n'a duré qu'une saison.

Après cette interruption au grand écran elle revient avec une comédie vaudevillesque aux nombreux quiproquos « Monte Carlo Baby » (1952) de Jean Boyer et Lester Fuller, Marinette, (Cara Williams) la fille volage d'une nourrice remet par erreur le nourrisson d'une vedette (Audrey Hepburn) à l'un des membres, (croyant que c’est son grand père) de l'orchestre de Ray Ventura en partance pour Monte-Carlo, la nourrice constatant son erreur envoie sa fille à Monte-Carlo récupérer le bébé.

En 1952 elle épouse l’acteur John Drew Barrymore, un mariage difficile, ils ont divorcé en 1959, leur fils, John Blyth Barrymore devenu acteur.

Dans une comédie amusante « Le vol du diamant bleu » (1954) de Robert Z. Leonard, un tailleur de diamant Ambrose (Red Skelton) à la recherche de ses parents se fait escroquer par un couple formé de Maggie (Cara Williams) et sa mère Emily (Dorothy Stickney) prétendant être sa vraie sœur et sa vraie mère, afin de lui dérober le diamant La Déesse bleue, finalement après de multiples rebondissements une attirance romantique se développe entre Amboise et Maggie.

Elle participé aux comédies musicales « Adorable voisine » (1953) de Richard Sale avec Dan Dailey et June Haver, et dans « Viva Las Vegas » (1955) de Roy Rowland, elle incarne Kelly Donavan une danseuse rousse dans un numéro notable et chante « I Refuse to Rock’n Roll », avec Dan Dailey et Cyd Charisse. Puis elle côtoie Paul Newman dans le biopic consacré à la chanteuse Helen Morgan interprétée par Ann Blyth, dans « Pour elle un seul homme » (1957) de Michael Curtiz Cara y interprète une danseuse d’un night-club.

En 1958, Stanley Kramer lui offre enfin le rôle de sa carrière un rôle particulièrement fougueux et acidulé dans un film puissamment antiraciste et humaniste, « La chaine » elle joue magistralement une mère abandonnée par son mari avec un jeune enfant, une femme aux sentiments aussi généreux qu'ambiguës qui recueille deux fugitifs campés par les immenses acteurs Sydney Poitier et Tony Curtis enchainés l’un à l’autre et qui se vouent une haine mutuelle, elle leur donne le moyen de couper leur chaine, petit à petit des sentiments se lient entre elle et Tony Curtis mais finalement les deux évadés seront repris par le shérif du comté (Theodore Bikel). Sa composition lui a valut des nominations au Golden Globe et à l’Oscar.

Charles Lederer l’invite dans la comédie musicale sur fond d’intrique « Tous les coups sont permis » (1959), elle chante et danse avec James Cagney dans le rôle d'un débardeur sans scrupules qui à recours à tous les sales coups pour remporter la présidence de son syndicat.

Les pieds dans le plat (1962) de Frank Tashlin, un employé du Diner's Club Ernie (Danny Kaye) émet par erreur une carte de crédit à un mafieux connu (Telley Savalas) qui a l'intention de partir en cavale au Mexique avec Sugar Pye (Cara Williams) doit la récupérer pour conserver son emploi.

L’actrice verra sa carrière décliner rapidement dans la décennie suivante où on la verra encore dans trois longs métrages au cinéma, donnant la réplique à deux monstres sacrés: dont Charles Bronson dans un western à la limite du fantastique « Le bison blanc » (1970) de Jack Lee Thompson, et Jack Palance dans le thriller « Flic, juge et bourreau » (1977) de Charles Martin.



Cara Williams et Harry Morgan - Dans le show de 1960 : Pete and Gladys.


Après sa retraite d'actrice, elle a commencé une carrière d'architecte d'intérieur.

Cara Williams résidait à Los Angeles avec le magnat de l’immobilier et ancien acteur Asher Dann épousé en troisième noces en 1964, ils restèrent unis jusqu’au décès de Dann en 2018.

L'actrice est décédée à son domicile à Beverly Hills, d'une crise cardiaque , le 9 décembre 2021 à l'âge de 96 ans, elle repose à Hillside Memorial Park and Mortuary à Culver City…

Source : Gary Richardson - Fait le 07 janvier 2022 par Philippe de CinéMémorial.


Filmographie


24 LONGS MÉTRAGES DÉTAILLÉS
________________________________

 

1978 - JUGE, FLIC ET BOURREAU

 

1977 - BISON BLANC .LE

 

1971 - FEMMES DE MÉDECINS

 

1963 - PIEDS DANS LE PLAT .LES

 

1959 - TOUS LES COUPS SONT PERMIS

 

1958 - CHAÎNE .LA

 

1957 - POUR ELLE, UN SEUL HOMME

 

1956 - VIVA LAS VEGAS !

 

1953 - VOLEUR DU DIAMANT BLEU .LE

 

1952 - ADORABLE VOISINE .L'

 

1951 - NOUS IRONS À MONTE-CARLO

 

1948 - SAXON CHARM .THE

 

1948 - RUELLES DU MALHEUR .LES

 

1948 - BONNE À TOUT FAIRE

 

1947 - BOOMERANG

 

1945 - DON JUAN QUILLIGAN

 

1945 - ASSASSIN RODE TOUJOURS .L'

 

1944 - SWEET AND LOW-DAWN

 

1944 - POUR NOS GARS EN UNIFORME

 

1944 - LAURA

 

1944 - IN THE MEANTIME, DARLING

 

1943 - HAPPY LAND

 

1941 - TERREUR SUR LA VILLE

 

1941 - HOLLYWOOD GIRLS

 

30 PARTICIPATIONS POUR LA TÉLÉVISION
_____________________________________

 

1982 - IN SECURITY
Téléfilm

 

1977 - VISIONS
Série TV

 

1976 - MÉDECINS D'AUJOURD'HUI
Série TV

 

1976 - ASHES OF MRS. REASONER .THE
Téléfilm

 

1974 - RHODA
Série TV

 

1964 - CARA WILLIAMS SHOW .THE
Série TV de 1964 à 1965

 

1964 - VALENTINE'S DAY
Série TV

 

1962 - JACKIE GLEASON : AMERICAN SCENE MAGAZINE
Série TV

 

1960 - PETE AND GLADYS
Série TV de 1960 à 1962

 

1960 - ZANE GREY THEATRE
Série TV

 

1960 - WESTINGHOUSE DESILU PLAYHOUSE
Série TV

 

1959 - NAKED CITY
Série TV

 

1957 - DATE WITH THE ANGELS
Série TV

 

1957 - JANE WYMAN PRESENTS THE FIRESIDE THEATRE
Série TV

 

1956 - LUX VIDEO THEATRE
Série TV

 

1956 - ON TRIAL
Série TV

 

1955 - MATINEE THEATER
Série TV

 

1955 - ALFRED HITCHCOCK PRÉSENTE
Série TV de 1955 à 1960

 

1952 - STEVE RANDALL
Série TV

 

1952 - BROADWAY TELEVISION THEATRE
Série TV

 

1951 - ARMSTRONG CIRCLE THEATRE
Série TV

 

1950 - SUSPENSE
Série TV

 

1950 - ROBERT MONTGOMERY PRESENTS
Série TV

 

1950 - BILLY ROSE SHOW .THE
Série TV

 

1950 - STARLIGHT THEATRE
Série TV

 

1950 - WEB .THE
Série TV

 

1950 - CHEVROLET TELE-THEATRE .THE
Série TV

 

1950 - PHILCO TELEVISION PLAYHOUSE .THE
Série TV

 

1950 - CLOCK .THE
Série TV

 

1949 - THEATRE OF ROMANCE
Série TV

 

_______________________ FIN _____________________

 

commentaires (0)