VITTORIO DE SICA

Vue 10396 fois

Profession:
Acteur, réalisateur, producteur, scénariste et homme de théâtre italien.

Date et lieu de naissance:
07-07-1901, à Sora, Italie.

Date et lieu du décès:
13-11-1974, à Neuilly-sur-Seine, France.

Cause du décès:
À la suite d'une opération d'un cancer du poumon. Il était âgé de 73 ans.

Nom de naissance:
Vittorio Dominico Stanislo Gaetano Sorano De Sica.

État civil:
Divorcé de Giuditta Rissone (1933 - 1968)

Marié jusqu'à sa mort à Maria Mercader (1968 - 13.11.1974)
Ils eurent deux fils : Manuel et Christian.

Taille:
?

Commentaires: 0

Anecdotes

Né à Sora, fils de magistrat, Vittorio De Sica passe son enfance à Naples et à Rome. Il étudie d’abord la comptabilité, puis joue au théâtre dans des revues dirigées par Mario Mattoli.

A la fin des années 1920, Vittorio De Sica apparaît à l'écran dans des petits rôles.

En 1927 et 1928, Vittorio De Sica obtient ses premiers succès en interprétant le théâtre de Luigi Pirandello. Grâce à sa compagnie théâtrale, il exerce ses talents de jeune premier et de chanteur de charme.

En 1939, il réalise son premier film, Roses écarlates, adaptation d'une petite pièce boulevardière.

Dès 1945, il mène une carrière de comédien à travers laquelle il parvient à imposer sa personnalité.

Il devient en 1953 l’incarnation du séducteur italien, il fait une carrière internationale avec Madame de…

Le Jardin des Finzi Contini (il Giardino dei Finzi Contini, 1970), pour lequel De Sica obtient un quatrième oscar en 1971, est une évocation poétique et élégiaque des malheurs rencontrés par une famille juive face aux nazis lors de la Seconde Guerre mondiale ; porté notamment par Dominique Sanda et Helmut Berger dans les rôles principaux, le film illustre avec sensibilité et beauté stylistique le destin de personnes déplacées et marginalisées contre leur gré, dont la richesse, l’influence et les illusions ne peuvent garantir la liberté.

Vittorio De Sica a terminé sa carrière de cinéaste avec Le Voyage, 1974).

 

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à VITTORIO DE SICA
Dans un extrait de : Pain, amour et fantaisie

Ajout de la vidéo le 22 octobre 2009 par Philippe de CinéMémorial

 

Le personnage déroutant par excellence. Extrêmement doué, capable du pire comme du meilleur, se targuant d'une recherche constante de la solidarité humaine, en lutte contre l'égoïsme et l'indifférence, comme il aimait à le clamer. Portant beau, appliqué à se faire remarquer, affichant une suffisance parfois énervante mais charmant quand il le voulait bien, lorsqu'il voulait gagner quelqu'un à sa cause. Oui, tel était Vittorio De Sica, qui fut un des premiers cinéastes d'Italie, signant des œuvres remarquables, malheureusement trop prolifique pour éviter le piège de la facilité. Metteur en scène, il fut aussi interprète et c'est sans doute dans ce domaine-là qu'il multiplia les erreurs de jugement. Car l'appât du gain le porta à interpréter n'importe quoi, des rôles à peine défendables, stéréotypés à l'extrême. Mais on le vit, sublime, dans " Le Général de La Rovere ", dans le délicieux " Pain, Amour et Fantaisie " et quelques autres films. Il tablait sans vergogne sur son nom, sur son physique pour dorer la pilule, n'importe laquelle. Il joua au gentilhomme du vingtième siècle avec une morgue qui impressionnait et décevait tout en même temps, jetant l'argent par portes et fenêtres quand il en avait. Et comme il était joueur impénitent, cela lui valait parfois de mécomptes.

Je l'ai bien connu, précisément dans des circonstances qui me permirent de le juger dans la réalité quotidienne. Je me souviens notamment de certain séjour qu'il fit au Festival de Knokke en Belgique, où il vint accompagner de sa très charmante seconde épouse, Maria Mercader, mère de ses deux fils. Celle-ci m'avait glissé, peu après leur arrivée : " Si j'avais su qu'une salle de jeu faisait partie du Casino, j'aurais mis tout en œuvre pour qu'il renonce à ce voyage... ". Elle m'avait demandé, supplié presque, de veiller à ne jamais laisser son mari seul, consciente par expérience de ses faiblesses. Un soir, prenant en tête-à-tête un drink au club de nuit du Casino, je fus appelé au téléphone. Absent, quand je revins, Vittorio avait disparu. Je me doutai de sa destination : la salle de jeu. Là, effectivement, j'assistai à un numéro étonnant de la part de ce virtuose de l'art de jouer. Il circulait entre les tables, roulettes d'un côté, baccara de l'autre. Les jetons valsaient, il criait banco, perdait tout ce qu'on voulait. Mais comment l'empêcher de poursuivre ? Maria Mercader, qui nous avait rejoint, était désespérée. Je la vis s'installer à son tour, à une table de jeu et telle Pénélope retissant sa toile, essayer de regagner en partie ce que son mari venait de perdre avec une si impressionnante nonchalance.

J'épingle cette scène parce qu'elle exprime la nature de cet homme dont toute la vie, toute la carrière furent basées sur le risque. Pour lui, il y eut le théâtre d'abord, le cinéma ensuite, surtout ce dernier, l'un et l'autre n'étant qu'un jeu. Il disait : " Impossible d'accepter la vie autrement : les risques en font partie intégrante ". C'est aussi la raison pour laquelle, hormis les décisions importantes à prendre, et il en prit, il refusa obstinément de considérer l'industrie cinématographique comme une manifestation artistique. Ce qui ne l'empêcha d'ailleurs, comme dans " Le Jardin des Finzi-Contini ", de signer des œuvres d'une subtilité très raffinée. Ses films les plus marquants, il les conçut avec la complicité du scénariste Cesare Zavattini. Ils formèrent une équipe de très grande qualité. De Sica a appelé Zavattini le seul et unique vrai collaborateur qu'il n'eut jamais. Ensemble, ils portèrent le néo-réalisme italien à son plein épanouissement. La grande époque de Vittorio De Sica date ces années de l'immédiat après-guerre. Et " Umberto D. " authentique document social plus encore que " Voleur de Bicyclette ", en demeure peut-être le sommet.

Tout commença en 1922 avec un gentil film, " L'Affaire Clémenceau ", où Vittorio fit ses débuts d'acteur à l'écran. Il abandonna son médiocre emploi de comptable pour une profession qui l'attirait et qui était non le cinéma, mais le théâtre. Il avait épousé une actrice, Giuditta Rissone, et une opérette, car il avait une jolie voix, leur valut un joli succès en commun. Un physique suffisamment romantique lui permit de ne pas passer inaperçu des producteurs de films. Il fit alors des dizaines de films de tout genre, de toute qualité : un travail à la chaîne, satisfaisant son appétit d'espèces sonnantes et son démon intérieur. Déjà à cette époque, il hantait les salles de jeu : " Peut-être inconsciemment par la faute du directeur du casino de San Remo, où je me produisis en début de carrière, prétendait-il. Cet homme m'avait augmenté au bout de trois jours, s'étant aperçu que ce qu'il me payait pour mon travail, j'allais le reperdre chaque jour à la roulette aussitôt après le spectacle ".

Son premier film de réalisateur, il le fit en 1939 : " Roses Écarlates ". Et se prit sans plus tarder à ce jeu-là aussi : en général un film par an et pour le mettre sur pied, il paya souvent de sa personne en se " prostituant ", comme il aimait à le dire en ses jours de lucidité, dans des produits sans gloire. Une servitude acceptée sans trop de remords, d'après les apparences. Il lança aussi pas mal de vedettes, contribuant à la gloire, notamment, de Gina Lollobrigida et Sophia Loren; cette dernière, qu'il dirigea souvent et à bon escient, était d'ailleurs son interprète favorite. C'est un fait qu'il avait un talent exceptionnel qu'il ne prit pas toujours la peine d'exploiter à bon escient. Heureusement, son nom restera gravé de façon indélébile dans l'histoire du cinéma italien grâce à quelques œuvres de très grande classe.

Divorcé de Giuditta Rissone, il fit en 1941 la connaissance d'une jeune comédienne, Maria Mercader. Leur entente fut scellée rapidement et quittant le domicile conjugal, il se mit en ménage avec elle. Ils eurent deux fils, furent très heureux et, en 1968, imitant l'exemple de Sophia Loren, laquelle adopta la nationalité française afin de pouvoir divorcer, Vittorio, après un quart de siècle de vie commune, fit de Maria sa femme légitime. C'est aussi à Paris, le 13 novembre 1974 qu'il mourut : il avait 73 ans.

 

Source de J.V. Cottom de C.T.R.

 

Mise en page par Philippe de CinéMémorial le 22 octobre 2009.

 

 

SES RÉCOMPENSES :

1973 - Pour : Le Jardin des Finzi Contini (Il giardino dei Finzi Contini) - Prix KCFCC - Meillur réalisateur étranger - Cercle des critiques de cinéma de Kansas City, États-Unis.

1973 - Pour : Brèves rencontres (Una breve vacanza) - Prix European David, Italie.

1971 - Pour : Le Jardin des Finzi Contini (Il giardino dei Finzi Contini) - L'Ours d'Or - Berlin, Allemagne.
1971 - Pour : Le Jardin des Finzi Contini(Il giardino dei Finzi Contini) - Grand Prix Interfilm - Festival international du cinéma de Berlin, Allemagne

1965 - Pour : Mariage à l'italienne (Matrimonio all'italiana) - Prix David - Meilleur Réalisateur - David di Donatello Awards - Italie.

1959 - Pour : Le Général de la Rovere(Il generale della Rovere) - Prix Golden Gate - Meilleur Acteur - Festival International du Film de San Fransisco, États-Unis.

1957 - Pour : Umberto D. - Prix Jussi - Meilleur réalisateur étranger - Jussi Awards, Finlande.

1956 - Pour : Le toit (Il tetto) - Prix OCIC - Festival du cinéma de Cannes, France.

1955 - Pour : Umberto D. - Prix Bodil - Meilleur film européen, Danemark.

1952 - Pour : Umberto D. - Prix NYFCC - Meilleur film en langue étrangère - Cercle des critiques de cinéma de New York, États-Unis.

1951 - Pour : Miracle à Milan (Miracolo a Milano) - Grand Prix du Festival de Cannes, France.

1951 - Pour : Miracle à Milan (Miracolo a Milano) - Prix NYFCC - Meilleur film en langue étrangère- Cercle des critiques de cinéma de New York, États-Unis.

1956 - Pour : Pain, amour, ainsi soit-il (Pane, amore, e..) Prix David - Meilleure Interprétation - David di Donatello Awards - Italie.

1949 - Pour : Le voleur de bicyclette (Ladri di biciclette) - Ruban d’Argent - Meilleur Scénarste - Syndicat national italien des journalistes de cinéma, Italie.

1949 - Pour : Le voleur de bicyclette (Ladri di biciclette) - Ruban d’Argent - Meilleur Réalisateur - Syndicat national italien des journalistes de cinéma, Italie.

1949 - Pour : Le voleur de bicyclette (Ladri di biciclette) - Prix Spécial du Jury - Festival international du cinéma de Locarno, Suisse.

1949 - Pour : Le voleur de bicyclette (Ladri di biciclette) - Prix Bodil - Meilleur film européen, Danemark.

1949 - Pour : Le voleur de bicyclette (Ladri di biciclette) - Prix NBR - Meilleur réalisateur - National Board of Review, États-Unis.

1948 - Pour : Cuore - Ruban d'Argent - Meilleur Acteur - Syndicat national italien des journalistes de cinéma, Italie.

1946 - Pour : Sciuscià - Ruban d'Argent - Ruban d’Argent - Meilleur Réalisateur - Syndicat national italien des journalistes de cinéma, Italie.

 

Filmographie

 

Noir et Blanc184 LONGS MÉTRAGES
_________________________________

 

1974 - VOYAGE .LE
Titre Orig. : Il viaggio
Réal : Vittorio De Sica

 

1974 - NOUS NOUS SOMMES TANT AIMÉ
Titre Orig. : C'eravamo tanto amati
Réal : Ettore Scola

 

1974 - INTERNO
Réal : Manuel De Sica

 

1974 - DU SANG POUR DRACULA

 

1973 - VIAGGIA, RAGAZZA, VIAGGIA
Réal : Pasquale Squitieri

 

1973 - STORIA DE FRATELLI E DE CORTELLI
Réal : Mario Amendola

 

1973 - BRÈVES RENCONTRES
Titre Orig. : Una breve vacanza
Réal : Vittorio De Sica

 

1973 - AFFAIRE MATTEOTTI .L'

 

1972 - AVENTURES DE PINOCCHIO .LES
Titre Orig. : Le avventure di Pinocchio
Réal : Luigi Comencini

 

1972 - LO CHIAMAREMO ANDREA
Réal : Vittorio De Sica

 

1972 - QUANDO LE DONNE SI CHIAMAVANO MADONNE
Réal : Aldo Grimaldi

 

1971 - ODEUR DES FAUVES .L'

 

1971 - NOUS SOMMES TOUS EN LIBERTÉ PROVISOIRE

 

1971 - PROXÉNÈTES .LES
Titre Orig. : Ettore lo fusto
Réal : Enzo G. Castellari

 

1970 - TRASTEVERE
Réal : Fausto Tozzi

 

1970 - VINGT-HUIT SECONDES POUR UN HOLD-UP
Titre Orig. : Snow job
Réal : George Englund

 

1970 - VENGEUR DE LA MAFIA .LE
Titre Orig. : Cose di cosa nostra - Titre Belge : Comment entrer dans la mafia ?
Réal : Steno

 

1970 - DRÔLES DE COUPLES
Titre Orig. : le coppie
Réal+Scén : Vittorio De Sica

 

1970 - JARDIN DES FINZI-CONTINI .LE

 

1970 - FLEURS DU SOLEIL .LES

 

1969 - IO NON VEDO, TU NON PARLI, LUI NON SENTE
Réal : Mario Camerini

 

1969 - DOUZE ET UN

 

1968 - TEMPS DES AMANTS .LE

 

1968 - SOULIERS DE SAINT-PIERRE .LES

 

1967 - SEPT FOIS FEMME

 

1967 - CAROLINE CHÉRIE

 

1967 - UN ITALIANO IN AMERICA
Réal : Alberto Sordi

 

1967 - GLI ALTRI, GLI ALTRI E NOI
Réal : Maurizio Arena

 

1966 - SORCIÈRES .LES

 

1966 - MOI, MOI, MOI ET LES AUTRES
Titre Orig. : Io, io, io ... e gli altri
Réal : Alessandro Blasetti

 

1969 - MARDI, C'EST DONC LA BELGIQUE

 

1968 - BANDE À CÉSAR .LA

 

1965 - RENARD S'ÉVADE À TROIS HEURES .LE

 

1965 - MONDE NOUVEAU .UN

 

1964 - AVENTURES AMOUREUSES DE MOLL FLANDERS .LES
Titre Orig. : The amourous adventures of Moll Flanders
Réal : Terence Young

 

1964 - MARIAGE À L'ITALIENNE
Titre Orig. : Matrimonio all'italiana
Réal : Vittorio De Sica

 

1963 - BONNE SOUPE .LA

 

1963 - HIER, AUJOURD'HUI ET DEMAIN
Titre Orig. : Ieri, oggi, domani
Réal : Vittorio De Sica

 

1963 - IL BOOM
Réal : Vittorio De Sica

 

1962 - EVA

 

1962 - SÉQUESTRÉS D'ALTONA .LES
Titre Orig. : I sequestrati di Altona
Réal : Vittorio De Sica

 

1962 - MILLE ET UNE NUITS .LES

 

1962 - LAFAYETTE
Réal : Jean Dréville

 

1962 - BOCCACE 70

 

1961 - JUGEMENT DERNIER .LE

 

1961 - DEUX BRIGADIERS .LES
Titre Orig. : I due marescialli
Réal : Sergio Corbucci

 

1961 - GLI ATTENDENTI
Réal : Giorgio Bianchi

 

1961 - L'ONORATA SOCIETÀ
Réal : Ricardo Pazzaglia

 

1961 - GLI INCENSURATI
Réal : Francesco Giaculli

 

1960 - VIVE HENRI IV, VIVE L'AMOUR

 

1960 - DESSOUS DE LA MILLIONNAIRE .LES

 

1960 - INASSOUVIE .L'

 

1960 - ANGE POURPRE .L'

 

1960 - FONTANA DI TREVI
Réal : Carlo Campogalliani

 

1960 - PILULES D'HERCULE .LES
Titre Orig. : Le pillole di Ercole
Réal : Luciano Salce

 

1960 - PAYSANNE AUX PIEDS NUS .LA

 

1960 - C'EST ARRIVÉ À NAPLES

 

1960 - GÉNÉRAL DE LA ROVERE .LE

 

1960 - AGENT .L'

 

1960 - GASTONE

 

1959 - AUSTERLITZ

 

1959 - I MONDO DEI MIRACOLI
Réal : Luigi Capuano

 

1959 - IL MORALISTA

 

1959 - FERDINANDO 1, RE DI NAPOLI
Réal : Gianni Franciolini

 

1959 - BRÈVES AMOURS

 

1959 - IL NEMICO DI MIA MOGLIE
Réal : Gianni Puccini

 

1959 - NEL BLU DIPINTO DI BLU
Réal : Piero Tellini

 

1959 - TROIS ETC. DU COLONEL .LES

 

1958 - POLICARPO, UFFICIALE DI SCRITTURA
Réal : Mario Soldati

 

1958 - ANNA DE BROOKLYN

 

1958 - NOCES VÉNITIENNES .LES

 

1958 - UOMINI E NOBILUOMINI
Réal : Giorgio Bianchi

 

1958 - FAUX CÉLIBATAIRE .LE
Titre Orig. : Una mujer para Marcelo
Réal : Giorgio Bianchi

 

1958 - PAIN, AMOUR ET ANDALOUSIE

 

1958 - SÉRÉNADE AU CANON
Titre Orig. : Kononen-serenade - Titre Italien : Pezzo, capopezzo e capitano
Réal : Wolfgang Staudte

 

1958 - BALLERINE ET LE BON DIEU .LA
Titre Orig. : Ballerina e buon dio
Réal : Antonio Leonviolla

 

1958 - DOMENICA È SEMPRE DOMENICA
Réal : Camillo Mastrocinque

 

1958 - AMOUR ET COMMÉRAGES

 

1958 - LA RAGAZZA DI PIAZZA SAN PIETRO
Réal : Piero Costa

 

1957 - DITES 33

 

1957 - MÉDECIN ET LE SORCIER .LE
Titre Orig. : Il medico e lo stregone
Réal : Mario Monicelli

 

1957 - MADAME, LE COMTE, LA BONNE ET MOI
Titre Orig. : Il comte Max
Réal : Giorgio Bianchi

 

1957 - SOUVENIRS D'ITALIE
Titre Orig. : Souvenir d'Italie
Réal : Antonio Pietrangeli

 

1958 - VACANCES À ISCHIA

 

1957 - CASINO DE PARIS

 

1957 - ADIEU AUX ARMES .L'

 

1956 - RESPONSABILITÉ LIMITÉE
Titre Orig. : I colpevoli
Réal : Turi Vasile

 

1956 - HISTOIRE À MONTE CARLO .UNE
Titre Orig. : Montecarlo - Titre anglophone : The Monte Carlo story
Réal : Samuel Taylor

 

1956 - NOS PLUS BELLES ANNÉES
Titre Orig. : I giorni più belli
Réal : Mario Mattoli

 

1956 - LA DONNA CHE VENNE DEL MARE
Réal : Francesco De Robertis

 

1956 - AMOURS DE VACANCES
Titre Orig. : Tempo di villeggiatura
Réal : Antonio Raccioppi

 

1956 - TOIT .LE
Titre Orig. : Il tetto
Réal : Vittorio De Sica Seulement réalisation et production

 

1956 - WEEK-ENDS DE NÉRON .LES

 

1955 - PAIN, AMOUR, AINSI SOIT-IL

 

1955 - PAR-DESSUS LES MOULINS

 

1956 - PÈRES ET FILS

 

1955 - DOMMAGE QUE TU SOIS UNE CANAILLE

 

1955 - NOI SIAMO LE COLONNE
Réal : Luigi Fillipo D'Amico

 

1955 - CINQ DERNIÈRES MINUTES .LES

 

1955 - BIGAME .LE
Titre Orig. : Il bigamo
Réal : Luciano Emmer

 

1955 - MAUVAIS GARÇONS .LES
Titre Orig. : Racconti romani
Réal : Gianni Franciolini

 

1954 - GAIETÉS DE L'ESCADRON .LES

 

1954 - VERGINE MODERNA
Réal : Marcello Pagliero

 

1954 - QUELQUES PAS DANS LA VIE

 

1954 - PAIN, AMOUR ET JALOUSIE

 

1954 - OR DE NAPLES .L'
Réal+Scén : Vittorio De Sica

 

1954 - SIGNE DE VÉNUS .LE

 

1953 - AMANTS DE VILLA BORGHÈSE .LES

 

1953 - SECRETS D'ALCÔVE

 

1953 - MARIAGE .LE
Titre Orig. : Il matrimonio
Réal : Antonio Petrucci

 

1953 - GRAN VARIETÀ
Réal : Domenico Paolella

 

1954 - SIÈCLE D'AMOUR .UN

 

1953 - PAIN, AMOUR ET FANTAISIE

 

1953 - STATION TERMINUS

 

1953 - MADAME DE...

 

1952 - UMBERTO D.

 

1952 - HEUREUSE ÉPOQUE
Titre Orig. : Altri tempi
Réal : Alessandro Blasetti

 

1951 - BONJOUR ÉLÉPHANT
Titre Orig. : Buongiorno, elefante !
Réal : Gianni Franciolini - Prod+interp : Vittorio De Sica

 

1951 - GLI UOMINI NON GUARDANO IL CIELO
Réal : Umberto Scarpelli

 

1951 - CAMERIERA BELLA PRESENZA OFFRESI
Réal : Giorgio Pastina

 

1951 - MIRACLE À MILAN

 

1950 - DEMAIN IL SERA TROP TARD

 

1948 - VOLEUR DE BICYCLETTE .LE

 

1948 - NOËL AU CAMP 119
Titre Orig. : Natale al campo 119
Réal : Pietro Francisci - Scén+Interp : Vittorio De Sica

 

1946 - AU DIABLE LA RICHESSE
Titre Orig. : Abbasso la ricchezza !
Réal : Gennaro Righelli - Scén+Interp : Vittorio De Sica

 

1947 - CUORE
Réal : Duilio Coletti

 

1946 - PERDUS DANS LES TÉNÈBRES
Titre Orig. : Sperduti nel buio
Réal : Camillo Mastrocinque

 

1946 - INCONNU DE SAINT-MARIN .L'
Titre Orig. : Lo sconosciuto di San Marino
Réal : Vittorio Cottafavi

 

1946 - SCIUSCIA

 

1945 - NUIT PORTE CONSEIL .LA
Titre Orig. : Roma città libera
Réal : Marcello Pagliero

 

1944 - PORTE DU CIEL .LA
Titre Orig. : La porta del cielo

Réal+Scén : Vittorio De Sica

 

1944 - IL MONDO VUOLE COSÌ
Réal : Giorgio Bianchi

 

1944 - LO SBAGLIO DI ESSERE VIVO
Réal : Carlo Ludovico Bragaglia

 

1943 - DIECI MINUTI DI VITA
Réal : Leo Longanosi et Nino Giannini

 

1943 - IPPOCAMPO
Réal : Giampaolo Rosmino + scénario

 

1943 - ON NE PEUT PAS REVENIR EN ARRIÈRE
Titre Orig. : Nessumo torna in dietro
Réal : Alessandro Blasetti

 

1943 - NON SONO SUPERSTIZIOSO MA…
Réal : Carlo Ludovico Bragaglia

 

1943 - I NOSTRI SOGNI
Réal : Vittorio Cottafavi

 

1942 - LA GUARDIA DEL CORPO
Réal : Carlo Ludovico Bragaglia

 

1941 - ENFANTS NOUS REGARDENT .LES
Titre Orig. : I bambini ci guardano
Réal+Scén : Vittorio De Sica

 

1941 - UN GARIBALDINO AL CONVENTO
Réal+Scén : Vittorio De Sica

 

1941 - ROSES ÉCARLATES

 

1941 - L'AVVENTURIERA DEL PIANO DI SOPRA
Réal : Raffaello Matarazzo - Scén+Interp : Vittorio De Sica

 

1941 - MADEMOISELLE VENDREDI

 

1941 - SE IO FOSSI ONESTO
Réal : Carlo Ludovico Bragaglia

 

1940 - MADELEINE, ZÉRO DE CONDUITE
Titre Orig. : Maddalena, zero in condotta
Réal : Vittorio De Sica

 

1940 - PECCATRICE .LA
Réal : Amleto Palermi

 

1939 - PAZZA DI GIOIA
Réal : Carlo Ludovico Bragaglia

 

1939 - FINISCE SEMPRE COSÌ
Réal : Enrique Susini

 

1939 - GRANDS MAGASINS
Titre Orig. : I grandi magazzini
Réal : Mario Camerini

 

1939 - MANON LESCAUT
Réal : Carmine Gallone

 

1939 - AI VOSTRI ORDINI SIGNORA
Réal : Mario Mattoli

 

1938 - DANS LA VIE BLEUE
Titre Orig. : Castelli in Aria
Réal : Augusto Genina

 

1938 - LE DUE MADRI
Réal : Amleto Palermi

 

1938 - L'OROLOGIO A CUCÙ
Réal : Camillo Mastrocinque

 

1938 - PARTIRE
Réal : Amleto Palermi

 

1938 - LA MAZURKA DI PAPÀ
Réal : Oreste Biancoli

 

1938 - HANNO RAPITO UN UOMO
Réal : Gennaro Righelli

 

1937 - NAPOLI CHE NON MUORE
Réal : Amleto Palermi

 

1937 - NAPOLI D'ALTRI TEMPI
Réal : Amleto Palermi

 

1937 - MONSIEUR MAX
Titre Orig. : Il signor Max
Réal : Mario Camerini

 

1937 - QUESTI RAGAZZI
Réal : Mario Mattoli

 

1936 - L'UOMO CHE SORRIDE
Réal : Mario Mattoli

 

1936 - NON TI CONOSCO PIÙ
Réal : Nunzio Malasomma

 

1936 - MAIS ÇA N'EST PAS UNE CHOSE SÉRIEUSE
Titre Orig. : Ma non è una cosa seria
Réal : Mario Camerini

 

1935 - AMO TE SOLA
Réal : Mario Mattoli

 

1935 - LOHENGRIN
Réal : Nunzio Malasomma

 

1935 - JE DONNERAI UN MILLION
Titre Orig. : Darò un milione
Réal : Mario Camerini

 

1934 - TEMPO MASSIMO
Réal : Mario Mattoli

 

1934 - LISETTA
Réal : Carl Boese

 

1933 - LA CANZONE DEL SOLE
Réal : Max Neufeld

 

1933 - PAPRIKA

 

1933 - IL SIGNORE DESIDERA ?
Réal : Gennaro Righelli

 

1933 - DAS LIED DER SONNE
Réal : Max Neufeld

 

1933 - DUE CUORE FELICI
Réal : Baldassarre Negroni

 

1932 - PASSA L'AMORE
Réal : ?

 

1932 - UN CATTIVO SOGGETTO
Réal : Carlo Ludovico Bragaglia

 

1932 - LA SEGRETARIA PER TUTTI
Réal : Amleto Palermi

 

1932 - HOMMES QUELS MUFLES .LES

 

1931 - LA VECCHIA SIGNORA
Réal : Amleto Palermi

 

1928 - LA COMPAGNIA DEI MATTI
Réal : Mario Almirante

 

1926 - LA BELLEZZA DEL MONDO
Réal : Mario Almirante

 

1918 - AFFAIRE CLEMENCEAU .L'
Titre Orig. : Il processo Clémenceau
Réal : Alfredo De Antoni

 

3 DOCUMENTAIRES
____________________________________________

1979 - ANNA MAGNANI, UN FILM D'AMOUR

 

1974 - Vittorio De Sica, IL REGISTA, L'ATTORE, L'UOMO
Documentaire de Peter Dragadze

 

1971 - I CAVALIERI DI MALTA
Documentaire de Vittorio De Sica

 

_______________________FIN_____________________

 

commentaires (0)