VINCENT SCOTTO

Vue 2818 fois

Profession:
Compositeur français de cinéma.

Date et lieu de naissance:
22-04-1874, à Marseille, dans les Bouches-du-Rhône, France.

Date et lieu du décès:
15-11-1952, à Paris, France.

Cause du décès:
D’une congestion pulmonaire à l'âge de 78 ans.

Nom de naissance:
Vincent Scotto.

État civil:
?

Taille:
?

Commentaires: 0

Anecdotes

Issu d'une famille nombreuse (il est le douzième, né en 1874), il débute la guitare à sept ans, étudie la musique dans une institution religieuse, et anime les noces et banquets de la région en accompagnant les chanteurs à la guitare.

En 1906, sa carrière est lancée lorsqu'il soumet une chanson, « Il navigatore », à Henri Christiné qui en change les paroles. Le titre devient « La Petite Tonkinoise »

Depuis 1948, le prix Vincent Scotto est décerné pour récompenser la meilleure chanson populaire qui s'est révélée dans l'année.

Il compose à partir des ses bureaux, passage de l'Industrie dans le 10ème avec sa collabratrice, Paulette Zévaco qui transcrivait ce qu'il composait à la guitare (Vincent Scotto n'avait pas appris la musique, ni l'harmonie dans un conservatoire).

On ne compte pas les interprètes pour lesquels il compose : Georgel (« Sous les ponts de Paris », 1913) ; Mayol (« Elle vendait des p'tits gâteaux », 1921) ; Joséphine Baker (« J'ai deux amours », 1930) ; Ouvrard Fils (« Je ne suis pas bien portant », 1931) ; Maurice Chevalier (« Prosper », 1935) ; Tino Rossi (« Marinella » et « Tchi tchi », dans le film Marinella de Pierre Caron en 1936) ; Fréhel (« Où est-il donc ? » qu’elle chante dans Pépé le Moko de Julien Duvivier en 1936, « La Java bleue », qu’elle interprète dans Une Java de Claude Orval en 1938). Edith Piaf, alors débutante enregistre en décembre 1935 « Les Mômes de la cloche ».

Comme beaucoup, il se met au cinéma à partir de 1936: Fanny, La fille du Puisatier,avec Marcel Pagnol, mais aussi Angèle, La fille du Boulanger, Topaze, César... Il fera près de 200 musiques de film.

Il va composer 4000 chansons, dont il dira avec modestie à Marcel Pagnol, devenu son ami:
J'ai fait 4000 chansons dans ma vie. Il y en a au moins 2000 qui ne valent rien, et 1000 pas grand chose. Ensuite 800 acceptables, 150 excellentes et enfin 50 qui ont fait le tour du monde et qui me plaisent. J'ai perdu mon temps en composant toutes les autres, mais si je n'en avais pas écrit 4000, je n'aurais pas écrit celle là...

La plupart de ces opérettes sont adaptées au cinéma. Composant sur sa guitare, Vincent Scotto est avant tout un mélodiste. La production de ce compositeur prolifique est estimée à 4000 chansons et des dizaines d'opérettes et musiques de films. Il se plaisait à raconter comment « J'ai deux amours » fut composé sous le porche d'un immeuble lors d'une promenade avec le parolier Géo Koger, ou comment il laissa tomber sa partenaire en plein bal pour griffonner la mélodie de « Le Plus beau tango du monde ».

 

Source : http://www.lehall.com/consultez-l-histoire/artistes/scotto-vincent et http://www.delabelleepoqueauxanneesfolles.com - Fait le 10 septembre 2014 par Philippe de CinéMémorial.

 

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Fils d'immigrés italiens, il apprend l'ébénisterie auprès de son père tout en s'initiant à la musique (guitare, solfège...). Études modestes qui l'empêcheront d'écrire la musique - il aura longtemps auprès de lui un copiste-harmonisateur, et un orchestrateur - mais pas d'en composer des quantités industrielles : on lui attribue 4000 chansons, 60 opérettes et 200 musiques de films.
Il commence très jeune à écrire des chansonnettes pour les vedettes locales. Grâce à Polin, son "Navigatore", édité par Christiné, alors roi des compositeurs de chansons, devient "La Petite Tonkinoise". En 1906, il monte à Paris. Il produit en série des chansonnettes, mais jusqu'à la série des opérettes marseillaises qu'il entreprend en 1932 avec René Sarvil et Alibert au livret et Georges Sellers à la musique, Vincent Scotto est un compositeur comme beaucoup d'autres. Après 1918, il connaît de jolis succès, pour Maurice Chevalier, en particulier, car il figure dans l'écurie Salabert qui était le fournisseur exclusif des vedettes. Mais il ne se démarque pas du tout venant (Pearly, Gavroche, Moretti sont plus connus que lui dans les années 20).

Sa première pièce, Susie, en 1913, a eu un succès d'estime en province (la partition est d'une grande platitude mélodique). Ses opérettes des années 20, pourtant nombreuses (voir la liste SACD), n'ont pas grand succès. La plupart n'arrivent pas dans les grands théâtres parisiens. L'explication en paraît simple : à l'image d'un Borel-Clerc (dont la carrière est presque aussi longue que la sienne, ceci explique cela), Scotto compose des airs plaisants, mais sans grande personnalité. On reconnaît rapidement un air de Christiné, Yvain ou Moretti, pas vraiment un Scotto.

Ce défaut va devenir une qualité dans les années 30, dans la mesure où il va permettre à Scotto de se couler successivement, voire simultanément, dans des moules différents qui lui permettront mieux qu'à d'autres de suivre l'air du temps. Il est ainsi tout à fait frappant de voir que le même homme ait pu composer la même année 1932 "Au pays du soleil" pour Alibert et "J'ai deux amours" pour Joséphine Baker !

Les "opérettes marseillaises" inaugurent une formule originale : d'abord c'est la première incursion, simultanément à la trilogie de Pagnol (et le triomphe de chacune des deux rejaillit sur l'autre), d'un pseudo-folklore régional sur les scènes parisiennes, avec des personnages issus du peuple de Marseille (quand la plupart des pièces de l'époque, musicales ou non, se déroulaient en général chez de riches bourgeois et/ou dans le milieu des affaires parisiens), et des intrigues vaguement dramatique-policières (beaucoup de coups de pistolet !). Ensuite sur la forme : ce sont des "opérettes-revues", c'est à dire que ce sont des pièces, dans la mesure où elles racontent une histoire à peu près cohérente, mais ce sont des revues dans la mesure où il n'y a pas de véritable partition, mais simplement une douzaine de chansons, plaquées là comme un tour de chant : elles ne servent pas l'action et y sont à peine reliées ; elles sont pour la plupart interprétées par Alibert. Par ailleurs, elles sont mises en scène à l'économie : nombre de critiques de l'époque soulignent l'amateurisme de la mise en scène et de certains interprètes. Ces deux aspects sont très visibles dans l'adaptation cinématographique des Gangsters du Château d'If en 1939 par René Pujol qu'on a connu mieux inspiré dans ses propres oeuvres.

Par parenthèse, la vogue marseillaise est telle en 1932 que les adaptateurs français de "L'Auberge du Cheval Blanc" trouveront le moyen d'y placer un marseillais ! (Bistagne, interprété par Charpin).
Bref, outre la vogue marseillaise, les chansons de Scotto pour ses opérettes marseillaises ont les qualités de leur défaut : elles ne perdent rien à être chantées hors de la pièce qui les a vues naître. D'autre part, musicalement, elles doivent tout à l'entrain irrésistible des arrangements orchestraux de Georges Sellers (également compositeur, voir à ce nom) : voir les reprises d'orchestre de "Cane... Cane... Canebière", ou les arrières plans presque symphoniques de "J'aime la mer comme une femme".

La "mode Scotto" prend lentement mais sûrement : il y a 3 ou 4 tubes dans "Au pays du Soleil", dans "Trois de la marine aussi", un ou deux dans "Zou ! le midi bouge" mais il n'y a plus que des tubes dans "Un de la Canebière" en 1935. Après quoi, l'effet Pagnol s'estompe et l'effet Scotto aussi, ou plutôt il se figent dans le temps : les premiers succès durent des années après, mais plus personne ne connait les airs du "Roi des galéjeurs" (1938).

Scotto part dès 1935 sur d'autres voies avec Tino Rossi, écrivant du faux folklore corse avec la même facilité, et à nouveau quelques succès pour Maurice Chevalier soucieux de se reconstituer un répertoire bien français à son retour des États-Unis.
Après la guerre, Scotto composera encore (épaulé à la musique par Paulette Zevaco) deux opérettes à grand spectacle plus du tout marseillaises, et dans un style musical une fois encore radicalement différent, mais très mimétique des modes de l'époque.

 

Source : http://comedie-musicale.jgana.fr/ Jacques GANA - Illustrations et enregistrements sonores © leurs éditeurs et ayants droit respectifs - Fait le 12 septembre 2014 par Philippe de CinéMémorial.

 

Filmographie

 

146 LONGS MÉTRAGES DÉTAILLÉS
_________________________________

 

1988 - BONJOUR L'ANGOISSE

 

1976 - MARGE .LA

 

1961 - FORTICHES .LES

 

1958 - VIOLETERA .LA

 

1957 - ARÈNES JOYEUSES

 

1956 - TROIS DE LA MARINE

 

1955 - TROIS DE LA CANEBIÈRE

 

1955 - MON CURÉ CHAMPION DU RÉGIMENT

 

1954 - CONGRÈS DES BELLES-MÈRES .LE

 

1953 - TROIS JOURS DE BRINGUE À PARIS

 

1953 - FAMILLE CUCUROUX .LA

 

1952 - TROIS VIEILLES FILLES EN FOLIE

 

1952 - QUAND TE TUES-TU ?

 

1952 - CURÉ DE ST-AMOUR .LE

 

1951 - CE COQUIN D'ANATOLE

 

1951 - BURIDAN, HÉROS DE LA TOUR DE NESLE

 

1951 - AU PAYS DU SOLEIL

 

1951 - ANATOLE CHÉRI

 

1951 - AGONIE DES AIGLES .L'

 

1950 - PETITES CARDINAL .LES

 

1950 - MINNE, L'INGÉNUE LIBERTINE

 

1950 - ÉTRANGE MADAME X .L'

 

1950 - DON D'ADÈLE .LE

 

1949 - TROU DANS LE MUR .UN

 

1949 - TROIS MARINS DANS UN COUVENT

 

1949 - AU P'TIT ZOUAVE

 

1949 - BOUT DE LA ROUTE .LE

 

1948 - SI ÇA PEUT VOUS FAIRE PLAISIR

 

1948 - PIÈGE À HOMMES

 

1948 - MA TANTE D'HONFLEUR

 

1948 - FEMME SANS PASSÉ

 

1948 - ÉCHAFAUD PEUT ATTENDRE .L'

 

1948 - BELLE MEUNIÈRE .LA

 

1947 - DIAMANT DE CENT SOUS .LE

 

1947 - COLOMBA

 

1946 - HOMME TRAQUÉ .L'

 

1946 - DESTINS

 

1946 - CONTRE-ENQUÊTE

 

1946 - CHARCUTIER DE MACHONVILLE .LE

 

1946 - CABARET DU GRAND LARGE .LE

 

1946 - AFFAIRE DU GRAND HÔTEL .L'

 

1946 - 120, RUE DE LA GARE

 

1945 - SÉRÉNADE AUX NUAGES

 

1945 - NAÏS

 

1945 - MASTER LOVE

 

1945 - AU PAYS DES CIGALES

 

1944 - AVENTURE EST AU COIN DE LA RUE .L'

 

1943 - MON AMOUR EST PRÈS DE TOI

 

1943 - DOMINO

 

1942 - ROMANCE À TROIS

 

1942 - MISTRAL .LE

 

1942 - LOI DU PRINTEMPS .LA

 

1942 - FEMME PERDUE .LA

 

1942 - CADETS DE L'OCÉAN .LES

 

1941 - MADAME SANS-GÊNE

 

1941 - ÉTRANGE SUZY .L'

 

1941 - BRISEUR DE CHAÎNES .LE

 

1940 - ROI DES GALÉJEURS .LE

 

1940 - FILLE DU PUISATIER .LA

 

1940 - FAUT CE QU'IL FAUT

 

1940 - FAUSSE ALERTE

 

1940 - CHAPEAU DE PAILLE D'ITALIE .UN

 

1940 - CHAMBRE 13

 

1939 - VOUS SEULE QUE J'AIME

 

1939 - SATURNIN DE MARSEILLE

 

1939 - MONSIEUR BROTONNEAU

 

1939 - MA TANTE DICTATEUR

 

1939 - GANGSTERS DU CHÂTEAU D'IF .LES

 

1939 - EMBUSCADE .L'

 

1939 - BACH EN CORRECTIONNELLE

 

1938 - TROIS ARTILLEURS EN VADROUILLE

 

1938 - TERRE DE FEU

 

1938 - RUISSEAU .LE

 

1938 - RUE SANS JOIE .LA

 

1938 - ROIS DE LA FLOTTE .LES

 

1938 - PRINCE DE MON COEUR

 

1938 - MONSIEUR DE CINQ HEURES .LE

 

1938 - JAVA .UNE

 

1938 - FEMMES COLLANTES .LES

 

1938 - FEMME DU BOULANGER .LA

 

1938 - DEUX DE LA RÉSERVE

 

1938 - DE LA CANEBIÈRE .UN

 

1938 - CASBAH

 

1938 - SI TU REVIENS

 

1938 - ÇA C'EST DU SPORT

 

1937 - TROIS ARTILLEURS AU PENSIONNAT

 

1937 - TITIN DES MARTIGUES

 

1937 - SARATI LE TERRIBLE

 

1937 - NAPLES AU BAISER DE FEU

 

1937 - MONSIEUR BÉGONIA

 

1937 - MIRAGES

 

1937 - FAUTEUIL 47 .LE

 

1937 - COUP DE ROUGE .UN

 

1937 - CINDERELLA

 

1937 - CANTINIER DE LA COLONIALE .LE

 

1936 - TOPAZE

 

1936 - ROMARIN

 

1936 - PÉPÉ LE MOKO

 

1936 - MARINELLA

 

1936 - JOSETTE

 

1936 - HOMME DU JOUR .L'

 

1936 - GIGOLETTE

 

1936 - DEUX GOSSES .LES

 

1936 - CÉSAR

 

1936 - BLANCHETTE

 

1936 - BACH DÉTECTIVE

 

1936 - AVENTURE À PARIS

 

1936 - AU SON DES GUITARES

 

1935 - SON EXCELLENCE ANTONIN

 

1935 - ROSIÈRE DES HALLES .LA

 

1935 - MERLUSSE

 

1935 - MARRAINE DE CHARLEY .LA

 

1935 - GAÎTÉS DE LA FINANCE .LES

 

1935 - DEBOUT LÀ-DEDANS !

 

1935 - COUTURIER DE MON COEUR .LE

 

1935 - COUP DE VENT

 

1935 - CIGALON

 

1935 - BOUT DE CHOU

 

1935 - BONNE CHANCE

 

1935 - SOIR DE BOMBE .UN

 

1935 - ARÈNES JOYEUSES

 

1934 - ZOUZOU

 

1934 - TROIS DE LA MARINE

 

1934 - TRAIN DE HUIT HEURES QUARANTE-SEPT .LE

 

1934 - NUIT DE FOLIES .UNE

 

1934 - MINUIT, PLACE PIGALLE

 

1934 - LÉOPOLD LE BIEN-AIMÉ

 

1934 - JUSTIN DE MARSEILLE

 

1934 - FAMILLE NOMBREUSE

 

1934 - BLEUS DE LA MARINE .LES

 

1934 - ANGÈLE

 

1933 - GENDRE DE MONSIEUR POIRIER .LE

 

1933 - BACH TIRE-AU-FLANC

 

1933 - BACH MILLIONNAIRE

 

1933 - AU PAYS DU SOLEIL

 

1933 - AGONIE DES AIGLES .L'

 

1932 - TOINE

 

1932 - POMME D'AMOUR

 

1932 - MARIE, LÉGENDE HONGROISE

 

1932 - FANNY

 

1932 - EMBRASSEZ-MOI

 

1932 - CLOCHARD

 

1931 - AUX URNES CITOYENS !

 

1930 - DOUCEUR D'AIMER .LA

 

1930 - CENDRILLON DE PARIS

 

1929 - ROMAN DE RENART .LE

 

COURTS MÉTRAGES ET DOCUMENTAIRES
____________________________________________

1949 - CE SIÈCLE À CINQUANTE ANS

 

1947 - VIE DE RAIMU .LA
Court Métrage d'Antoine Toé

 

1938 - VIE DES ARTISTES .LA

 

1938 - FEMME A MENTI .UNE
Moyen Métrage d'André Hugon

 

1935 - MONSIEUR PROSPER
Court Métrage de Robert Péguy

 

1935 - MARSEILLE
Court Métrage de Jean Monti et Jean Margueritte

 

1934 - JOFROI
Moyen Métrage de Marcel Pagnol

 

1934 - AFFAIRE STERNBERG .L'
Moyen Métrage de Robert Péguy

 

1932 - RESTEZ DINER
Moyen Métrage de Robert Péguy

________________________________________________

 

commentaires (0)