TINA AUMONT

Vue 26850 fois

Profession:
Actrice franco-américaine.

Date et lieu de naissance:
14-02-1946, à Beverly-Hills en Californie aux États-Unis.

Date et lieu du décès:
27-10-2006, à Port-Vendres dans les Pyrénées Orientales en France.

Cause du décès:
D'une embolie pulmonaire à l'âge de 60 ans.

Nom de naissance:
Maria Christina Salomons - Tina Marquand

État civil:
Mariée en octobre 1963 avec l'cteur : CHRISTIAN MARQUAND.

Liaison avec le peintre FRÉDÉRIC PARDO.

Liaison avec le réalisateur FABRIZIO LORI.

Taille:
(176 cm)

Commentaires: 1

Anecdotes

Fille de Jean-Pierre Aumont et de Maria Montez, mariage célébré en 1943.

Son enfance est endeuillée par le décès tragique, alors qu'elle n'a que 5 ans, de sa mère, découverte morte dans sa baignoire.

L'actrice, interprète de Joseph Losey, Federico Fellini, Luigi Comencini, Bernardo Bertolucci, Philippe Garrel, mais aussi de nombreux films du cinéma bis italien, héroïne de faits divers et figure des nuits parisiennes.

Tina Aumont n'a que 16 ans quand elle se marie avec l'acteur et réalisateur français Christian Marquand. Elle joue d'ailleurs au début sous ce nom, qui la recommande à son ami Roger Vadim pour un rôle dans "La Curée", en 1966.

Tina Aumont rencontre le peintre dandy Frédéric Pardo et s'établit ensuite à Rome, où elle mène grand train et se lie avec le producteur et réalisateur.

On la voit aussi dans de nombreux titres érotiques italiens.

Elle est bientôt inquiétée par la justice pour avoir fait entrer en Italie, en mars 1978, près de 400 grammes d'opium dissimulés dans des statuettes orientales expédiées de Thaïlande. Tina Aumont sera condamnée pour ces faits au début des années 1980 à une peine de 3 ans de prison, ramenée en appel à 9 mois. Elle s'établit ensuite en France où elle espace ses apparitions à l'écran. La dernière remontait à 2000, dans La Mécanique des femmes de Jérôme de Missolz.

LES INNOVATEURS DE L'UNDERGROUND PARISIEN DES ANNÉES 60-70

Pierre Clementi - Jean-Pierre Kalfon - Jean-Jacques Lebel, qui monta la pièce de Picasso (Le désir attrapé par la queue) en 67 à St Tropez avec les Soft Machine - Jacques Higelin - Bulle Ogier - Zouzou la Twisteuse, Frédéric Pardo - Tina Aumont - Nico - Philippe Garrel - Margareth Clementi - Valérie Lagrange et Ian Jelfs - Catherine Faux - Fabienne - Antoine Machat - Didier Leon - François Marx - Simon Boissezon - Louis Bertignac - Octavio - Manou - Joël Barbouth - Michel Fournier, dit Culotte De Cheval - Pierre et Odile (Odile tchatchait avec tout le monde dans la rue et dans les resto à Montparnasse) - Kuelan, une des femmes d'Higelin - Elisabeth Wiener et son groupe Phenux - Oouta (Jean Mascalo), le fils de Marguerite Duras - Maria Schneider - Hughes Quester - Bernadette Lafont - Sapho.

Dernière mise à jour le 03 août 2007.

 

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

TINA AUMONT, NUIT SANS ÉTOILE

La comédienne égérie du cinéma underground s'est éteinte un samedi à 60 ans.

Tina Aumont, la femme chat, est morte dans son sommeil samedi à l'aube, à Port-Vendres, des suites d'une insuffisance respiratoire. Née un 14 février 1946, à Hollywood, Marie-Christine est la fille de l'extraordinaire Maria Montez et de Jean-Pierre Aumont. Sur son berceau, un poème de Cocteau fait part de la naissance de «la Fille aux étoiles».

Son enfance est endeuillée par le décès tragique, alors qu'elle n'a que 5 ans, de sa mère, découverte morte dans sa baignoire, du a un bain probablement trop chaud suivi d'un malaise et s'est noyée.

Khôl noir. A 17 ans, ex-pensionnaire des couvents suisses, elle fait la couverture de Paris Match. On y annonce ses noces avec Christian Marquand (rencontré à Mégève avec la clique à Vadim) et ses débuts au cinéma avec Joseph Losey, dans Modesty Blaise. «A Londres, j'étais venue saluer Losey de la part de Robert Aldrich. Il m'a demandé si je savais faire de la moto. Je me suis retrouvée sur le tournage. Je ne savais pas conduire une moto, je suis rentrée droit dans un mur.» Parabole presque trop belle pour qui voudrait décrire une vie électrique, lancée à bride abattue dans toutes les accélérations, dans tous les dangers, sans se soucier des obstacles éventuels.

 

 

Un mètre soixante-seize, des yeux incroyables ourlés au khôl noir, un corps tombé tout droit de la mythologie ( «une des plus belles femmes au monde», de l'avis expert du cinéaste Tinto Brass), Tina, redevenue Aumont après divorce, incendiera Cinecittà. En mai 1968, dans Partner de Bernardo Bertolucci, elle récite du Roland Barthes, les paupières maquillées en hommage à Orphée. Elle a pour partenaire Pierre Clémenti, dont elle est le pendant féminin. Comme lui, elle fréquente Viva, Nico et Philippe Garrel, le peintre psychédélique Frédéric Pardo, Marianne Faithfull, Anita Pallenberg, les Stones, Terence Stamp, Marlon Brando.

Elle est une sensuelle Carmen spaghetti dans l'Homme, l'Orgueil, la Vengeance, western inspiré de Mérimée, avec Franco Nero et Klaus Kinski. C'est le déclic : «Je ne suis pas envahissante, mais je suis une présence qu'on ne peut pas ignorer.» Tinto Brass (Urlo, Salon Kitty), Mauro Bolognini (Metello, la Grande Bourgeoise), Francesco Rosi (Cadavres exquis), Vincente Minnelli (Nina) réclament cette Raquel Welch underground et libre.

Sexy. Elle prolonge son rôle dans le Casanova de Comencini en devenant la femme aimée du Casanova de Fellini. Rossellini la voit en Marie-Madeleine de son Messie. Elle fait quelques films sexy, bien dans le style italien Ciné Revue (la Princesse nue, Divine Créature) mais, déjà prise, rate Suspiria, que lui proposait Dario Argento. En France, Tina Aumont réserve ses «apparitions» au cinéma poétique de Philippe Garrel (les Hautes Solitudes, aux côtés de Jean Seberg et de Nico).

«Héro». En 1976, durant un séjour en Malaisie, elle apprend qu'elle a été balancée en Italie pour usage et détention de stupéfiants. Cette Italie qui a déjà enfermé Clémenti ne lui fera pas de cadeaux. «L'héro, c'était de la provocation et beaucoup d'inconscience.» Elle revient en France, où elle rentre en collision avec la bande du Palace : Paquita Paquin, Edwige, Octavio, Yves Adrien et surtout Alain Pacadis. Ses virées avec Paca (dont une, épique, à Saint-Tropez) écriront les riches heures de la chronique Night Clubbing de Libé.

Elle brûle une condamnation par contumace, qui ne concerne que l'Italie, en une longue décennie de fêtes parisiennes. Sa voix de cendre, son allure originale, sa fatigue dandy, ses excès, font peur au cinéma français des années 80-90 : elle devient rare. Elle était à fleur de peau, généreuse et détachée : «Dès que j'ai carte blanche, resurgit mon style froid, un peu lointain. Ailleurs.» Où ça, Tina ?

 

Source : Philippe Azoury de la Libération. - Fait le 01 mai 2011 par Philippe de CinéMémorial.

 

Filmographie

 

37 LONGS MÉTRAGES DÉTAILLÉS
_________________________________

 

1999 - MÉCANIQUE DES FEMMES .LA

 

1995 - DEUX ORPHELINES VAMPIRES .LES

 

1986 - FRÈRES PÉTARD .LES

 

1982 - REBELOTE

 

1980 - HOLOCAUST 2

 

1980 - BANDE DU REX .LA

 

1978 - CINÉMATON

 

1977 - COEUR SIMPLE .UN

 

1976 - NINA

 

1976 - CADAVRES EXQUIS

 

1976 - CASANOVA DE FELLINI .LE

 

1975 - MESSIE .LE

 

1975 - SALON KITTY

 

1975 - DIVINE CRÉATURE

 

1974 - SECRET DE LA VIE .LE

 

1974 - HAUTES SOLITUDES .LES

 

1974 - IL TRAFFICONE

 

1974 - GRANDE BOURGEOISE .LA

 

1973 - MALICIA

 

1973 - I CORPI PRESENTANO TRACCE DI VIOLENZA CARNALE

 

1973 - GANG DES FRÈRES BLUE .LE

 

1972 - RACCONTI PROIBITI DI NIENTE VESTITI

 

1972 - BONNE PLANQUE .UNE

 

1971 - SERGENT KLEMS

 

1970 - URLO .L'

 

1970 - METELLO

 

1970 - DERNIER GUET-APENS .LE

 

1969 - CASANOVA, UN ADOLESCENT À VENISE

 

1969 - LIT DE LA VIERGE .LE

 

1968 - SATYRICON

 

1968 - PARTNER

 

1966 - SCUSI, LEI È FAVOREVOLE O CONTRARIO ?

 

1967 - HOMME, L'ORGUEIL ET LA VENGEANCE .L'

 

1966 - TEXAS, NOUS VOILÀ

 

1966 - QUI ÊTES-VOUS INSPECTEUR CHANDLER

 

1966 - MODESTY BLAISE

 

1966 - CURÉE .LA

 

SES COURTS MÉTRAGES ET DOCUMENTAIRES
____________________________________________

2003 - ALAIN PACADIS, UN HÉROS IN

 

1999 - JEAN-PIERRE AUMONT, CHARME ET FOU-RIRES
(Documentaire pour la télévision)
Réal : Patty Villiers

 

1997 - MARQUIS DE SLIME .LE
(Court métrage)
Réal+Scén : Quelou Parente

 

1995 - NICO ICON
(Documentaire)
Réal+Scén : Susanne Ofteringer

 

SES PARTICIPATIONS POUR LA TÉLÉVISION
____________________________________________

 

2000 - VICTOIRE, OU LA DOULEUR DES FEMMES
(Téléfilm en 3 parties)
Réal+Scén : Nadine Trintignant

 

1982 - ENQUÊTES DU COMMISSAIRE MAIGRET .LES
(Série TV de 1967 à 1990)
Réal+Scén : Claude Barma et Stéphane Bertin

 

1977 - EMMENEZ-MOI AU RITZ

 

_______________________FIN_____________________

commentaires (1)

armik tigrane

27-03-2010 00:17:44

Tina etais aussi mon amie ;comme j'etais a l'etranger ,je ne savais pas comment elle allait ! je regrette de ne pas l'avoir revue une fois avant son décés! paix a toi Tina Armik