TERESA WRIGHT

Vue 12083 fois

Profession:
Actrice américaine.

Date et lieu de naissance:
27-10-1918, à Manhattan, New York, New York, États-Unis.

Date et lieu du décès:
06-03-2005, à l'hôpital Yale àNew Haven dans le Connecticut ans États-Unis.

Cause du décès:
D'une crise cardiaque à l'âge de de 86 ans.

Nom de naissance:
Muriel Teresa Wright.

État civil:
Au cours de sa vie, elle se maria à 3 reprises et eut 2 enfants :

Mariée avec : CARLOS PIERRE

Mariée en 1942 avec le scénariste : NIVEN BUSCH (1903-1991) - Divorcée le 25 novembre 1952..
Ils eurent deux enfants : Terence (1944), et Mary-Kelly (1945).

Mariée en 1959 avec le scénariste : ROBERT ANDERSON - divorcée en 1978.

Taille:
(1m60)

Commentaires: 0

Anecdotes


photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à TERESA WRIGHT

Source : Movie Legends - Ajout de la vidéo le 05 mars 2014 par Philippe de CinéMémorial


Fille d’Arthur Hendricksen Wright un agent d’assurance et de Martha (née Espy). Muriel Teresa Wright voit le jour le 27 octobre 1918 dans un quartier de Manhattan dans l’Etat de Ney Work aux Etats-Unis. Ses parents se séparèrent alors qu’elle était encore dans sa prime jeunesse. Elle a grandit à Maplewood dans le New Jersey.

Après avoir vu Helen Hayes jouer dans la pièce « Victoria Regina » au Broadhurst Theatre de New York City en 1936, Téresa éprouve très tôt le désir de devenir une actrice. Au cours de ses années de scolarité notamment à la Columbia High School, elle se fait remarquer sur les estrades de son lycée où elle montre un talent de comédienne en herbe.


Gary Cooper et Teresa Wright - Dans le film de 1942 : Vainqueur du Destin


Son premier grand rôle dans son cadre scolaire lui vaut de décrocher une bourse, lui permettant d'intégrer et de se produire pendant deux saisons estivales avec la troupe de Wahart Theatre de Provincetown au Massachusetts.

De fil en aiguille, elle se fait un nom et obtient quelques rôles dans divers salles de théâtre de la Côte Est et finit par de véritables débuts à Broadway ou elle se produit en 1939 dans « Life with father » d'Howard Lindsay qui relate les situations quotidiennes d’une famille de la classe moyenne de New York, Teresa incarne la jeune Mary Skinner, un gros succès qui sera joué environ trois mille fois.

Par la suite, elle se rend à New York, et se voit embaucher comme doublure de Dorothy McGuire et Martha Scott pour le rôle d’Emily dans la production théâtrale de Thornton Wilder « Our Town » au Henry Miller's Theatre.

Ses performances théâtrales attirent l’attention de Samuel Goldwyn qui lui offre un contrat avec la MGM, elle accepte à condition qu'elle ne soit pas obligée de supporter la publicité et qu'elle puisse retourner au théâtre au moins une fois par an. Le contrat accepté et signé elle débute à l’écran, avec William Wyler dans le mélodrame « La vipère » (1941), Teresa remporte sa première nomination aux Oscars dans un second rôle, celui d’Alexandra Giddens qui découvre que sa mère Bette Davis à laissé mourir délibérément son mari (Herbert Marshall) pour profité de son argent.

L'année suivante, dans « Vainqueur du destin » Sam Wood, rend un hommage au légendaire joueur de baseball Lou Gehrig décèdé à l'âge de 37 ans d'une forme de sclérose en plaque, un rôle difficile interprété par (Gary Cooper) et Teresa jouant son épouse dévouée, elle est à nouveau nominée à l’Oscar cette fois pour la meilleure actrice.

En 1943 c’est la consécration elle remporte enfin la statuette pour sa prestation dans « Madame Miniver » (1942) de William Wyler, une famille anglaise Walter Pidgeon, Greer Garson et leur trois enfants voit leur quotidien bouleversé par l'arrivée de la Seconde Guerre mondiale, Carol (Teresa Wrigth) la fiancée de leur fils Vin (Richard Ney) y perdra la vie. Aucune autre actrice n'a jamais reproduit son exploit de recevoir une nomination aux Oscars dont un gagné pour chacun de ses trois premiers films.

Elle joue dans une atmosphère oppressante le personnage d’une femme tourmentée dans le thriller psychologique « L’ombre d’un doute » (1943) d'Alfred Hitchcock, l’oncle Charlie (Joseph Cotten) et sa nièce (Teresa Wright) sont très attachés l’un à l‘autre, mais l'ambiance devient vite pesante, elle le soupçonne d’être l’affreux assassin de riches veuves que recherche la police.

Un drame d'après Guerre « Les plus belles années de notre vie » (1946), William Wyler, Peggy la fille apaisante de Fredric March et Myrna Loy, est fiancée à Fred (Dana Andrews), qui de retour de la guerre est psychologiquement perturbé, sensible et compréhensive, Peggy l’encourage à reprendre gout à la vie normale.

Puis aux cotés de Ray Milland professeur de psychologie, dans « Le dompteur de femmes » (1947) de Sidney Lanfield, elle incarne la journaliste Kate Farrell, déterminée à rédiger un article cinglant sur son ouvrage, mais lors de leur rencontre l’inverse se produit, c'est le coup de foudre.


Kenneth Tobey et Teresa Wright - Dans le film de 1956 : The Search For Bridley Murphy


En 1950, Teresa Wright partage l’affiche avec Lew Ayres dans « Capture / La puissance du remords » de John Sturges, vivant seule dans un ranch avec son jeune fils Mike, elle embauche un contremaître (Lew Ayres), elle ne sait pas qu'il est responsable de la mort de son mari.

Elle enchaîne avec un drame romantique de guerre « C’était des hommes » (1950) de Fred Zinnemann aux cotés de Marlon Brando un jeune blessé de guerre devenu paraplégique qui renonce à épouser sa fiancée, elle, au contraire, souhaite qu'il reprenne goût à la vie et l’entraine activement vers une rééducation mais son docteur lui confie qu'il ne récupérera pas l'usage de ses jambes.

Dans un triangle amoureux dramatique « L’ivresse et l’amour » de George Stevens, (Ray Milland) ancien alcoolique, marié et père de deux enfants, rencontre une actrice populaire (Joan Fontaine) qui sombre elle-même dans l'alcoolisme, il tente de l’aider en la poussant à s'inscrire aux alcooliques anonymes, mais son épouse (Teresa Wright) soupçonne que ses motivations ne sont pas purement humanitaires.

Pour Andrew Stone, dans le film noir « Le piège d’acier » (1952), un honnête cadre bancaire américain (Joseph Cotten) mène une vie heureuse avec sa femme Laurie (Teresa Wright) pourtant, il décide de voler le contenu du coffre de sa banque et de s'enfuir au Brésil, mais les choses se compliquent rapidement.

Dans le thriller « Dernière minute » (1952) de Don Siegel, accusés d'avoir tué leurs patrons, un couple d'employés d'un ranch George et Ellen (John Craven et Teresa Wright), se retrouve en prison, alors que la police les interroge, George avoue le double meurtre afin de faire libérer sa femme, l'avocat Doug Madison (Carey MacDonald) est chargé de le défendre. Malgré ses efforts, George est condamné à mort. Ellen et Doug se retrouvent dans une course contre la montre pour prouver l'innocence de George avant qu'il ne soit exécuté.

En 1953, elle tourne une comédie familiale « Gloire et fortune » de George Cukor avec Spencer Tracy son époux, leur fille (Jean Simmons) est déterminée à devenir comédienne malgré les difficultés financières de la famille.

En 1956, Noel Langley adapte à l'écran l'histoire du livre « La recherche de Bridley Murphy » Morey Bernstein (Louis Hayward) fasciné par l'hypnotisme, hypnotise Ruth Simmons (Teresa Wright) et la ramène à sa naissance, elle décrit sa vie antérieure celle de Bridey Murphy née en Irlande en 1798, elle raconte l'histoire de la vie, de son mariage jusqu’à sa mort en 1864 avec beaucoup de détails saisissants.

L’âge venant on la voit jouer la mère de Sandra Dee, qui craint que sa fille soit séduite et abandonnée de la même manière qu’elle l’a été, dans « Des jeux pour pleurer » (1958) de Helmut Käutner.

Par la suite le cinéma passe au second plan au profit du théâtre et beaucoup séries télévisées dont peu de séries verront le jour en France Onze années s’écoulent avant que Teresa, revienne devant les caméras de David Miller pour un drame familial sur fond de guerre du Vietnam « Salut, héros ! » (1969), issu d'une famille de militaires le jeune Carl (Michael Douglas), un étudiant et hippie contestataire, décide de s'enrôler dans l'armée pour impressionner son père (Arthur Kennedy) qui considère son fils comme un échec, sa mère (Teresa Wright) reste en dehors du conflit entre son mari et son fils qui s'imagine rentrer de la guerre en héros et de gagner ainsi l'amour de son père.

Elle quitte a nouveau les plateaux pour réapparaitre en 1976 dans un film catastrophe « Déluge sur la ville » de Earl Bellamy où après plusieurs semaines de pluie torrentielles, le maire ayant refusé d'ouvrir les vannes pour faire sortir le surplus d'eau du barrage, la construction cède et c'est la panique chez les habitants.

Dans une histoire bouleversante « Le prix de la passion » (1988) de Leonard Nimoy, elle interprète une charmante vieille dame, la grand-mère désespérée de Anne (Diane Keaton) qui, divorcée reporte toute son affection sur sa fille Molly, Anne rencontre Leo (Liam Neeson) et découvre enfin le plaisir de l’amour, son ex-mari, (James Naughton) accuse le couple de pervertir sa fille et veut en obtenir la garde, Anne est contrainte de choisir entre Leo et Molly.

La comédie de Francis Ford Coppola « L’idéaliste » (1997) met un terme à son parcours cinématographique, elle campe Miss Birdie la logeuse de Rudy un jeune avocat (Matt Damon) elle souhaite qu'il s'occupe de son testament et la défende contre ses héritiers trop intéressés.

Teresa Wright et Joseph Cotten


Coté vie privée : Teresa Wrigth fut mariée successivement à l'écrivain et scénariste américain Niven Busch en 1942 et divorcée en 1952 deux enfants son nés de cette union et au scénariste Robert Anderson en 1959 divorcée en 1978. Elle décède le 6 mars 2005, d'une crise cardiaque à l'hôpital Yale-New Haven dans le Connecticut à l'âge de 86 ans. Elle repose au cimetière Evergreen à New Haven dans le Connecticut.

Source : Gary Richardson - Fait le 21 février 2022 par Philippe de CinéMémorial.


SES RÉCOMPENSES :

 

1942 : Pour - MADAME MINIVER - Oscar pour le meilleur second rôle féminin, États-Unis.

Retrouvez son étoile au Walk of Fame au numéro 6405 sur Hollywood Boulevard

 

Filmographie

Marlon Brando et Teresa Wright - Dans le film de 1950 : C'étaient de Hommes


27 LONGS MÉTRAGES DÉTAILLÉS
________________________________

 

1997 - IDÉALISTE .L'

 

1988 - PRIX DE LA PASSION .LE

 

1980 - QUELQUE PART DANS LE TEMPS

 

1977 - RENDEZ-VOUS À ROSELAND

 

1968 - HAPPY ENDING .THE

 

1969 - HAIL, HERO !

 

1958 - DES YEUX POUR PLEURER

 

1956 - ESCAPADE AU JAPON

 

1956 - SEARCH FOR BRIDLEY MURPHY .THE

 

1954 - TRACK OF THE CAT

 

1953 - CALIFORNIE EN FLAMMES

 

1953 - GLOIRE ET FORTUNE

 

1952 - PIÈGE D'ACIER .LE

 

1952 - DERNIÈRES MINUTES

 

1951 - IVRESSE ET L'AMOUR .L'

 

1950 - C'ÉTAIENT DES HOMMES

 

1949 - CAPTURE .LA

 

1948 - VOUS QUI AVEZ VINGT ANS

 

1947 - VALLÉE DE LA PEUR .LA

 

1947 - SUPRÊME AVEU

 

1947 - DOMPTEUR DE FEMMES .LE

 

1946 - PLUS BELLES ANNÉES DE NOTRE VIE .LES

 

1944 - CASANOVA LE PETIT

 

1943 - OMBRE D'UN DOUTE .L'

 

1942 - MADAME MINIVER

 

1942 - VAINQUEUR DU DESTIN

 

1941 - VIPÈRE .LA *************

 

SES DOCUMENTAIRES et COURTS MÉTRAGES
__________________________________________

2001 - GOLDWYN
(Documentaire de 118 Mn. - De Mark A. Catalena et Peter Jones
Avec Dustin Hoffman (narrateur)

 

1999 - H POUR HITCHCOCK

 

1998 - ANGEL PASSING

 

1993 - RED COAT .THE
Court métrage de Robin Swicord
Avec Jeff Yagher

 

14 PARTICIPATIONS POUR LA TÉLÉVISION
____________________________________________

 

1999 - H POUR HITCHCOCK

 

1991 - LETHAL INNOCENCE
Téléfilm d'Helene Whitney
Avec Margaret Barker, David Strathairn, Blair Brown, Kevin Coleman, Jane Cronin

 

1990 - PERRY MASON : THE CASE OF THE DESPERATE DECEPTION
Téléfilm - De Christian I. Nyby II
Avec Raymond Burr, Barbara Hale, William R. Moses, Ian Bannen, Ian McShane, Yvette Mimieux

 

1987 - FIG TREE .THE
Téléfilm - De Calvin Skaggs
Avec Karron Graves, Doris Roberts, William Converse-Roberts, Olivia Cole, Amanda Sickler

 

1983 - BILL : ON HIS OWN
Téléfilm - D'Anthony Page
Avec Mickey Rooney, Helen Hunt, Edie McClurg, Tracey Walter

 

1980 - GOLDEN HONEYMOON .THE
Téléfilm - De Noel Black
Avec James Whitmore, Stephen Elliott, Nan Martin, Lynn Baxter, Anne Butler, Henry Fonda

 

1979 - ROCKING CHAIR REBELLION .THE Téléfilm - De Sheldon Larry
Avec Cheryl Arutt, Ricky Paull Goldin, Cynthia Nixon

 

1976 - DÉLUGE SUR LA VILLE
FLOOD !
Téléfilm - D'Earl Bellamy
Avec Robert Culp, Martin Milner, Barbara Hershey, Richard Basehart, Carol Lynley

 

1974 - PANIQUE DANS L'ASCENSEUR
THE ELEVATOR
Téléfilm - De Jerry Jameson
Avec James Farentino, Roddy McDowall, Craig Stevens, Don Stroud, Myrna Loy, Carol Lynley

 

1972 - CRAWLSPACE
Téléfilm - De John Newland
Avec Arthur Kennedy, Tom Happer, Eugene Roche, Dan Morgan, Matthew Cowles

 

1969 - APPALACHIAN AUTUMN
Téléfilm - De William A. Graham
Avec Arthur Kennedy, Jesse Vint

 

1960 - OUR AMERICAN HERITAGE : SHADOW OF A SOLDIER
Téléfilm - D'Alex Segal
Avec James Whitmore, Melvyn Douglas, John Baragrey, Paul Tripp, Ford Rainey

 

1952 - HAINE ET PASSIONS
LES VERTIGES DE LA PASSION - THE GUIDING LIGHT
Série TV de 1952 à nos jours - Créé par : Irna Phillips
Avec Teresa Wright en 1986 dans le rôle de (Grace Cummings)

 

1955 - MIRACLE ON 34TH STREET .THE
Téléfilm - De Robert Stevenson
Avec John Abbott, Whit Bissell, Macdonald Carey, Ray Collins, Dick Foran, Herbert Heyes, Thomas Mitchell

 

_______________________ FIN _____________________

 

commentaires (0)