SUZY CARRIER

Vue 6143 fois

Profession:
Actrice française.

Date et lieu de naissance:
13-11-1922, à Moulins, dans l'Allier, France.

Date et lieu du décès:
29-11-1999, à Grasse, dans les Alpes-Maritimes, France.

Cause du décès:
D'un cancer à l'âge de 77 ans.

Nom de naissance:
Suzanne Knabel.

État civil:
Au cours de sa vie, elle se maria à 3 reprises. On ne lui connaît pas d'enfants.

Mariée en 1943, avec le docteur en médecine : GEORGES LOUBLIÉ, Divorcée en 1949.

Mariée en 1952 avec : Raymond Léopold Schmit - Divorcée en 1957.

Elle épouse en 1958 le comte : ALEXANDRE BORGIA. Divorcée en 1975.

Taille:
?

Commentaires: 0

Anecdotes

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à SUZY CARRIER
Sur le tournage de : GRINGALET


Source : Memoirefilmiquenouvelleaquitaine.fr - Ajout de la vidéo le 08 février 2022 par Philippe de CinéMémorial


Fille unique d'Albert Carrier et de son épouse Catherine (née Birot). La famille s’installe à Moulin dans le département de l'Allier en France où le père trouve un emploi de cuisinier et la mère de femme de chambre. C’est dans cette ville que voit le jour Suzanne Hélène Carrier le 13 novembre 1922. Après le décès de son père en 1928 sa mère étant décédée plus tôt, la fillette devenue orpheline fut élevée par une tante au sein d'une famille bourgeoise de Vichy dans l’Allier.



Après ses études secondaires au lycée de jeunes filles de Moulins, l’adolescente rejoint une autre tante, une chanteuse à l'Opéra de Paris. Probablement influencée par sa tante, elle fréquente le Conservatoire de musique pour tenter une carrière de pianiste de concert, mais très vite elle se rend compte qu'elle n’a pas l’aptitude exigée pour ce métier.

Toujours soutenue par sa tante, elle s'oriente vers l'art dramatique, et fréquente les cours de Denis d’Inès et de Solange Sicard. A 19 ans Suzy fait ses premiers pas sur scène au Théâtre de Paris, dans la pièce de Jean Sarment « Mamouret », en 1941 ; suivi entre autres de « La dame de minuit », en 1943 au Théâtre de l’Apollo, et un peu plus tard dans « La Grande Pauline et le Petit Chinois », de René Aubert, au théâtre de l’Etoile aux côtés de Mary Marquet.

Puis le cinéma l’attire. (Selon certaines sources) Elle se rend dans les bureaux du studio Pathé Cinéma, où le metteur en scène Jean Delannoy et Pierre Blanchar assistent au casting de jeunes comédiennes susceptible de tenir le rôle de Sybille de Ransac dans leur prochain film « Pontcarral », mais aucune fille ne correspondait vraiment au personnage. A l’instant, où tout semblait perdu, apparaît nimbée de pureté, la souriante et charmante Suzy Carrier.

Jean Delannoy n’hésita pas à l’engager pour son récit historique « Pontcarral, colonel d'empire » (1942) relatant les hauts faits du hussard Pierre Pontcarral colonel des Armées Impériales, interprété par Pierre Blanchar et de ses amours avec Sybille de Ransac (Suzy Carrier) et sa sœur, l'orgueilleuse Garlone (Annie Ducaux). Dès son premier film qui fut un immense succès, son physique de jeune ingénue romantique fit sensation auprès du public.

Elle retrouve Pierre Blanchar en tant qu’acteur et réalisateur dans un drame psychologique « Secrets » (1942), Michel (Gilbert Gil) un instituteur est engagé dans une famille aisée pour aider un élève réticent, dont la mère (Marie Déa) l’épouse de Pierre Blanchar tombe amoureuse du nouveau venu et devient très jalouse de sa jeune filleule (Suzy Carrier) qui a une idylle avec Michel.

Concernant ce film, Ciné-Mondial révéla que l’actrice, croyant fermement ce qu’on lui avait dit, que les douves du château de Servannes étaient infestées d’anguilles, refusa la scène où elle doit se suicider revêtue d’une robe de mariée, en se noyant dans les douves du château, Pierre Blanchar fit appel à une doublure, championne de natation mais celle-ci, empêtrée dans la longue robe de mariée a dû être secourue par quatre machinistes.


Elle enchaine avec un drame sentimental « L'escalier sans fin » (1943) de Georges Lacombe, Émilienne (Madeleine Renaud) une assistante sociale est amoureuse de l'un de ses clients, (Pierre Fresnay), qui vit sans principes moraux, malgré les avances de cette dernière, c'est avec Anne, la jeune sœur d'Émilienne (Suzy Carrier) qu'il choisira de refaire sa vie et de rentrer dans le droit chemin, Emilienne, jalouse, tentera, en vain, de les séparer.

Elle joue la petite amie de Pierre (Raymond Rouleau) dans une histoire rocambolesque « L'aventure est au coin de la rue » (1943), de Jacques Daniel-Norman, ses amis montent un canular et simulent le cambriolage de sa villa, mais voilà, lorsque Pierre rentre chez, il trouve sa maison cambriolée, convaincu que le jeu continue, il ne comprend pas qu'il a affaire à une véritable bande de truands.

Elle est superbement dirigée par André E.Chotin qui signe « Les clandestins » (1945) une dramatique histoire d'amour tel Roméo et Juliette à l’ombre de la croix gammée, Yvonne (Suzy Carrier) la fille d'un collaborateur rencontre et tombe amoureuse de Laurent (Georges Rollin), un journaliste résistant durant la Seconde Guerre mondiale, elle se rallie à ses côtés.

Elle excelle dans le joyeux vaudeville « Bichon » (1947) de René Jayet, Augustin (Armand Bernard), un garçon timide est amoureux de Christiane (Suzy Carrier) la fille de son tyrannique patron (André Alerme) qui veut forcer sa fille à épouser son associé pour son argent, Christiane trouve la solution, faire passer Bichon, le bébé de son frère, en prétendant qu'il est le sien et qu'Augustin est le père, après de joyeuses péripéties les amoureux se marieront, avec Daisy Daix, la mère de Bichon et Jeanne Fusier-Gir, la tante Pauline.

Dans le drame fantastique « Une mort sans importance » (1947) d'Yvan Noé, après avoir raté son suicide, Gervais (Jean-Pierre Kérien) entend la mort lui parler et lui indique de désigner dans la famille Duvernay celui qui doit bientôt mourir, après bien des hésitations, Gervais sacrifie la pure Suzy qui, ainsi, ne connaîtra pas l'infamie des siens, avec Jean Tissier, Jeanne Fusier-Gir et Marcelle Géniat.

Caracolant dans tous les genres, elle se distingue en fin limier dans le policier de Jacques Daniel-Norman « Dakota 308 » (1950), l’avion le Dakota transportant des caisses de lingots d'or à destination de Brazzaville, est détourné au-dessus de la Camargue, à l'arrivée, on trouve des clous à la place de l'or, la détective Clara Sander (Suzy Carrier) et l'aventurier (Jean Paqui) parviennent à retrouver deux bandits qui ont réussi à dérober trois-cents millions de lingots d'or en plein vol.

En habits d'époque dans le film historique avec Michèle Morgan dans le rôle titre « Marie-Antoinette, reine de France « (1955) de Jean Delannoy, elle campe la sœur du Roi Louis XVI (Jacques Morel) emprisonnée avec la famille royale en 1792 et condamnée à mort par le tribunal révolutionnaire sous la Terreur, elle est exécutée.

Comble de malchance, à 35 ans Suzy Carrier fut victime en juillet 1957 d’un grave accident de la circulation en plein Paris. Il lui causa un traumatisme crânien, la laissant vingt-quatre heures durant dans un coma profond, ce qui entraîna par la suite de sévères troubles de la mémoire. Lorsqu’elle sortit de son coma, le chirurgien qui s’est occupé d’elle parla d’un véritable miracle.

Quatre ans après son accident elle envisagea de reprendre sa carrière au cinéma, malgré que ses troubles de la mémoire n’aient jamais totalement disparu. Mais le cinéma avait beaucoup évolué, elle a vite compris qu’il était trop tard et que son retour pouvait être un échec.

En 1973, elle quitte sa retraite à l’appel de Jacques Martin qui lui donne le rôle de la présidente de l'Amicale des Cheveux Gris dans son film « Na ! » où un groupe de retraités sont soutenus dans leur révolte contre la grève de la Sécurité sociale par un personnage haut en couleur, Mr Chalupot (Jacques Martin), ce dernier les incite à créer un Mouvement de Libération des Vieillards, les retraités envisagent de réaliser un braquage à la Sécurité Sociale.

En 1974, elle fait une ultime apparition en tant que femme de ménage, dans « Seul le vent connaît la réponse » un policier franco-allemand d'Alfred Vohrer, avec Maurice Ronet et Raymond Pellegrin qui enquêtent sur la mort d’un millionnaire tué dans l'explosion de son bateau.

Coté vie privée ; En 1943, la jeune actrice se marie avec le docteur en médecine Georges Loublié, ils divorcent en 1949, second mariage en 1952 avec Raymond Léopold Schmit, même échec en 1957 et convole une troisième fois en 1958 avec le comte Alexandre Borgia (de la célèbre famille des Borgia de Florence) pour divorcer en 1975. On ne lui connaît pas d'enfants.



Elle vécut ensuite à Grasse et devient gérante d'un complexe commercial à Courchevel pendant l'hiver et d'un hôtel au Cap d'Antibes pendant l'été.

Elle eut encore de graves ennuis de santé, atteinte d’un cancer, elle fut opérée plusieurs fois. Face à toutes ces épreuves, elle tira son réconfort dans la musique, un art qu’elle n’avait jamais cessé d’aimer. Elle se consacra également avec beaucoup de dévouement à « La Roue tourne », une œuvre destinée à venir en aide aux vieux comédiens déshérités, fondée par l’acteur Paul Azaïs.

Le 29 novembre 1999, âgée de 77 ans, Suzy Carrier tire sa révérence vaincue par cette terrible maladie. Elle repose au cimetière Sainte-Brigitte de Grasse sous une parcelle de terre…

Source : Gary Richardson - Fait le 08 février 2022 par Philippe de CinéMémorial.