SILVANA MANGANO

Vue 14014 fois

Profession:
Actrice italienne

Date et lieu de naissance:
23-04-1930, à Rome en Italie.

Date et lieu du décès:
16-12-1989, à Madrid en Espagne.

Cause du décès:
D'un cancer de la gorge à l'âge de 59 ans.

Nom de naissance:
Silvana Mangano.

État civil:
Mariée le 17 juillet 1949 avec le producteur : DINO DE LAURENTIIS - jusqu'au décès de Dino le 15 juillet 1981
Ils eurent 4 enfants, donc sa fille Raffaella De Laurentiis et son fils Federico (décédé en 1981 dans un crash d'avion en Alaska), Véronique et Francesca.

Taille:
(168 cm)

Commentaires: 0

Anecdotes

Fille d'un cheminot sicilien et d'une mère anglaise. Silvana Mangano fut élevée par son frère aîné Roy et ses deux soeurs cadettes, Patrizia et Natascia dans la pauvreté et la privation. Lors de la Seconde Guerre mondiale, la misère s'accentua. Elle découvre la danse à l'Opéra et, pendant sept ans, sa mère fera l'effort de lui payer des cours de danse chez Jia Ruskaya, à Milan.

Silvana devient mannequin à l'atelier Mascetti puis est élue " Miss Rome " à l'âge 17 ans. La même année, le metteur en scène Mario Costa la remarque et lui fait tourner un petit rôle dans " L'Élixir D'Amour " (1946) avec une jeune Gina Lollobrigida dans un registre musical. Elle tourne deux autres films comme figurante jusqu'à ce que De Santis la remarque.

Le 17 juillet 1949, elle épouse Dino De Laurentiis (1919 -) jusqu'à son décès le 16 décembre 1989. Ils eurent 4 enfants : Véronique, Raffaëlla, Federico et Francesca.

En 1949, il l'engage pour être la partenaire de Raf Vallone (1916-2002) dans " Riz Amer ". Elle n'obtient pas la tête d'affiche mais le troisième des quatre principaux rôles. Grâce à la publicité, Silvana devient une célébrité avant même la sortie du film. Les contrats affluents, elle signe avec la Lux-Films.

En 1950, les tournages s'enchainent : " Anna " (1951) avec Raf Vallone, " Mambo " (1954) avec Shelley Winters, " Ulisse " (1955) avec Kirk Douglas et Anthony Quinn, " This Angry Age " (1958) et "5 Branded Women " (1960) avec Vera Miles et Van Heflin pour les plus connus.

Très soucieuse de l'éducation de ses enfants mais aussi de sa carrière, elle tourne une moyenne d'un film par an : chacune de ses apparitions sont des succès au box-office en Europe. Silvana, malgré sa beauté et son talent, ne suivra pas sa concurrente Gina Lollobrigida qui atteint la consécration aux États-Unis.

Son fils Frederico est décédé en le 15 juillet 1981 dans un crash d'avion en Alaska. Souffrant de la perte de ce fils, le couple commence à battre de l'aile et l'actrice tombe dans une profonde dépression, ils se sépareront en 1983 mais resteront mariés.

En 1987, elle tourne dans son dernier film " Oci Ciornie " dans une tout petit rôle.

Sa fille Rafaela est devenue productrice.

Silvana Mangano est décédée le 16 décembre 1989 d'un cancer des poumons à Madrid, en Espagne.

Source : Quelques lignes de Wikipédia - Fait le 10 juillet 2012 par Philippe de CinéMémorial.

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à SILVANA MANGANO

Source de la vidéo : It.truveo.com - Fait le 12 juillet 2009 par Philippe de Cinememorial.

 

À la fin des années 1940, le néo-réalisme se dissout doucement dans la comédie italienne et dans l'érotisme : les entreprises de production romaines, reconstituées après la débâcle du fascisme, recrutent des actrices pour leur physique, révélé dans les innombrables concours de beauté qui émoustillent la péninsule. Apparaissent ainsi, entre 1947 et 1949, Gina Lollobrigida, Silvana Pampanini, Sophia Loren, puis Silvana Mangano, parmi des centaines d'autres qui ne se sont jamais hissées au-dessus des rôles de figurantes ou des productions de seconde zone.

Silvana Mangano a littéralement « explosé » à l'écran dans Riz amer (1949) , un film de Giuseppe de Santis, illustrant avec une conviction toute militante un conflit social dans les rizières du nord de l'Italie. Pour le réalisateur et pour les scénaristes, tous proches du Parti communiste, le film s'inscrivait dans le droit fil d'un cinéma de contestation, tout bardé d'idéologie, tel que les pères fondateurs du néo-réalisme l'avaient imaginé et théorisé sous l'éteignoir mussolinien. Mais il faut reconnaître qu'ils ont simultanément joué, avec une belle conviction, la carte de l'érotisme, imposée sans doute par un producteur soucieux de rentabilité.

La Mangano, dans son improbable short d'improbable prolétaire, la cuisse musclée, le corsage tendu, le regard fier, a séduit l'Italie, puis l'Europe. Elle a conquis également le jeune producteur du film, Dino de Laurentiis, qui l'a épousée l'année même de la sortie du film, en 1949.

Par la suite, l'actrice tourne dans des films inégaux. Il lui arrive même de chanter, dans Anna d'Alberto Lattuada (1951), ou de danser, dans Mambo de l'Américain Robert Rossen (1954). Mais, à la différence de ses rivales, elle s'est enfermée dans une vie privée discrète. Sa beauté s'assagit, elle évolue vers des rôles dramatiques dans des productions internationales (Barrage contre le Pacifique de René Clément, d'après Marguerite Duras, en 1957).

À la fin des années 1960, elle assume souverainement une présence sereine dans les films que lui proposent aussi bien Pier Paolo Pasolini (Œdipe roi, 1967 ; Théorème, 1968 ; Le Décaméron, 1971) que Luchino Visconti (Mort à Venise, 1971 ; Ludwig, 1972 ; Violence et passion, 1974). En 1981, un drame privé, la mort accidentelle de son fils, fait basculer sa vie. Elle quitte son mari et les États-Unis, où les de Laurentiis ont transféré leurs entreprises, et s'installe à Madrid avec une de ses filles. Deux fois encore, elle cède à l'appel des studios. Son dernier rôle est celui de l'épouse de Marcello Mastroianni dans Les Yeux noirs (1987), mis en scène à Rome par Nikita Mikhalkov.

 

SES RÉCOMPENSES :

1973 - Pour : L’ARGENT DE LA VIEILLE - Prix David - Meilleure actrice - Prix David di Donatello, Italie.

1972 - Pour : MORT À VENISE - Le Ruban d’Argent - Meilleur second rôle féminin - Syndicat national italien des journalistes de cinéma, Italie.

1964 - Pour : LE PROCÈS DE VÉRONE - Le Ruban d’Argent - Meilleure actrice - Syndicat national italien des journalistes de cinéma, Italie.

1955 - Pour : L'OR DE NAPLES - Le Ruban d’Argent - Meilleure actrice - Syndicat national italien des journalistes de cinéma, Italie.

 

Article écrit par Jean-Pierre Jeancolas, professeur d'histoire, historien de cinéma - Fait le 12 juillet 2009 par Philippe de CinéMémorial.