SAMIA GAMAL

Vue 954 fois

Profession:
Actrice et danseuse orientale égyptienne.

Date et lieu de naissance:
22-02-1922, à Wana, petit village de Haute Égypte.

Date et lieu du décès:
01-12-1994, à Caire, Égypte.

Cause du décès:
Des suites d'un cancer de l'intestin à l'âge de 72 ans.

Nom de naissance:
Zainab Ibrahim Mahfuz.

État civil:
Au cours de sa vie, elle se maria à 2 reprises et pas d'enfants. :

Mariée le 29 novembre 1951 avec un homme d'affaire : SHEPARD KING
Divorcée le 10 septembre 1953.

Mariée le 21 septembre 1962 avec un acteur Égyptien : RUSHDI ABAZAH
Divorcée en 1977.

Sa relation avec FARID AL ATRACHE a duré 11 ans mais leur mariage n'était pas officiel.

Taille:
?

Commentaires: 0

Anecdotes


Sur le tournage d'Ali Baba et les 40 voleurs avec Fernandel.

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à SAMIA GAMAL


Ajout des vidéos le 18 juin 2020 par Philippe de CinéMémorial

 

Fille d’un roturier juif, Zainab Ibrahim Mahfuz voit le jour le 22 février 1922 à Wana, un petit village de Haute Egypte qui vient juste de s’émanciper de l’Empire Ottoman et du protectorat britannique pour devenir un royaume sous la tutelle du roi Fouad 1er. La jeune Zainab connaît une enfance perturbée, sa mère ayant quitté le domicile conjugal, elle est élevée par une belle-mère cupide qui souhaite la marier au chef du village. A 15 ans elle s’enfuit de chez elle pour aller vivre chez sa demi-soeur au Caire. A 17 ans sa vie va changer lorsqu’elle rencontre la propriétaire d’un cabaret très en vogue dans le quartier de Gizeh, la Libano-syrienne Badia Masabni, fondatrice de la danse orientale moderne qui a lancé la carrière de nombreuses danseuses du ventre.

Séduite par sa beauté, sa souplesse et son sens du rythme, Zainab intègre sa troupe de chorus girls et adopte le pseudonyme de scène de Samia Gamal, qui se traduit dans le monde arabe par « beauté». Plus aristocratique que Tathiya Carioca la star de la compagnie dont le style brésilien lui a valu son nom, Samia n'est pas une danseuse du ventre traditionnelle, elle révolutionne la danse orientale en chaussant des talons hauts et se distingue avec un style d’improvisation plus libre, en utilisant le voile, elle combine avec grâce l'esprit de la danse orientale avec les techniques de danse occidentale, ce qui lui confère une présence unique sur scène. Le septième art égyptien ne tarde pas à lui ouvrir ses portes, après un certain nombre de rôles mineurs dans un genre aux naïvetés sentimentales ou aux passions dévorantes, elle tourne en 1944 au côté du grand Mohamed Abdelwahab dans «Une balle au coeur» de Mohamed Karim où elle danse langoureusement en compagnie de deux jolies danseuses indiennes sur l’enchanteresse mélodie Ensa El Donya. On la découvre ensuite en séduisante bédouine dans «Le chacal du désert» (195)1 de Gianni Vernuccio.

Un autre moment important dans sa vie, c’est sa rencontre artistique avec Farid El Atrache, une star de la chanson et joueur de l’Oud (le luth arabe) ensemble ils vont former à la ville comme à la scène un duo d'artistes très célèbre de la vie culturelle Orientale. En 1949, Henry Barakat réuni le couple à l'écran dans «Madame la diablesse» le film est un énorme succès et les deux vedettes sont à l’affiche dans quatre autres reprises citons : «C’est toi que j’aime» (1949) de Ahmed Badrakhan où elle danse sur des tambours géants, du même réalisateur «Dernier mensonge» (1949) une comédie romantique ; pour Helmy Rafla «Viens me saluer» (1951) Farid un garçon de café est amoureux de la belle danseuse Soukara.

Henry Barakat les réunis une dernière fois en 1952 dans une comédie sentimentale et musicale «Ne le dis à personne» avec des scènes de danse très suggestives, elle danse sur le remarquable morceau instrumental Raqs el Gezlan (la danse de la gazelle), une séquence qui fait partie du patrimoine cinématographique égyptien. Cette même année, l’immense star se voit honorer du titre de La danseuse orientale Nationale d'Egypte par le roi Farouk. C’est aussi cette année 1952 que Farid et Samia se séparent et qu’elle épouse le millionnaire Texan Sheppard King converti à l’Islam.

Ambassadrice de la volupté orientale, elle est sollicitée pour deux superproductions internationales notamment pour la MGM «La vallée des Rois» (1954) de Robert Pirosh où elle interprète une danseuse du ventre aux côtés de Robert Taylor et la même année dans une production française de Jacques Becker «Ali Baba et les quarante voleurs» elle incarne la jeune danseuse Morgiane auprès de Fernandel. En 1955, dans «Un verre et une cigarette» de Niazi Mostafa, elle partage l'affiche avec une autre belle égyptienne, qui va également se faire un nom en France... Dalida.

À la fin des années cinquante, divorcée de son Texan de mari elle revient définitivement dans son pays natal et épouse en 1958 en deuxième noce Roshdy Abaza, un populaire acteur égyptien avec lequel elle tourne plusieurs films. Samia Gamal fait sa dernière apparition au cinéma en 1972 dans «Le compte à rebours» d’Hussein Helmi Elmohandès, le temps d’une courte séquence de danse. Dès lors elle se consacre exclusivement à la danse jusqu'au début des années 90.

Déesse adulée par des millions d’admirateurs du monde Arabe , Samia Gamal s’éteint le 1er décembre 1994, au Caire, emportée par un cancer.

Source : Gary Richardson - Fait le 18 juin 2020 par Philippe de CinéMémorial.

 

Filmographie

 

31 LONGS MÉTRAGES
_________________________________

 

1963 - ROUTE DU DIABLE .LA
Réal : Kamal Attia

 

1961 - ET L’AMOUR REVIENT
Réal : Fatin Abdel Wahab

 

1960 - TRISTE MÉLODIE
Réal : Hassan El-Seify

 

1960 - DEUXIÈME HOMME .LE
Réal : Ezzel Dine Zulficar

 

1959 - RENDEZ-VOUS AVEC L’INCONNU
Réal : Atef Salem

 

1958 - KULL DAQQA FI QALBI
Réal : Ahmed Diaeddin

 

1957 - ZANNOUBA
Réal : Helmy Rafla

 

1957 - FILS DU CHEIK .LE

 

1955 - TRÉSOR DES PHARAONS .LE

 

1955 - SIGARAH WA KAS

 

1954 - VALLÉE DES ROIS .LA

 

1954 - RAQSAT AL-WADAH
Réal : Ezzel Dine Zulficar

 

1954 - LADY PICKPOCKET
Réal : Hassan El-Seify

 

1954 - ALI BABA ET LES QUARANTE VOLEURS

 

1953 - TRAIN DE NUIT
Réal : Ezzel Dine Zulficar

 

1953 - MONSTRE .LE
Réal : Salah Abouseif

 

1952 - NE LE DIS À PERSONNE
Réal : Henry Barakat

 

1951 - TAA LA SALIM
Réal : Helmy Rafla

 

1951 - AMIR EL ANTIKAM
Réal : Henry Barakat

 

1950 - FAUCON .LE
Réal : Salah Abouseif et Giacomo Gentilomo

 

1950 - ÉPERVIER DU NIL .L'

 

1950 - DERNIER MENSONGE
Réal : Ahmed Badrakhan

 

1950 - AHMAR SHAFAYEF
Réal : Wali Eddine Sameh

 

1949 - VACANCES EN ENFER
Réal : Ezzel Dine Zulficar

 

1949 - AHEBBAK INTA
Réal : Ahmed Badrakhan

 

1947 - MADAME LA DIABLESSE
Réal : Henry Barakat

 

1945 - TAXI HANTUR
Réal : Ahmed Badrakhan

 

1945 - FILS D’ADAM .LE
Réal : Niazi Mostafa

 

1944 - BALLE DANS LE COEUR .UNE
Réal : Mohammed Karim

 

1942 - GAWHARA
Réal : Youssef Wahby

 

1942 - ALI BABA WA AL ARBAIN HARAME
Réal : Togo Mizrahi

_______________________FIN_____________________

commentaires (0)