ROLAND DUBILLARD

Vue 3639 fois

Profession:
Acteur, scénariste, écrivain et homme de théâtre français.

Date et lieu de naissance:
02-12-1923, à Paris, France.

Date et lieu du décès:
14-12-2011, à Paris, France.

Cause du décès:
Suite d'une longue maladie à l'âge de 88 ans.

Nom de naissance:
Roland Henri Dubillard.

État civil:
Marié avec la comédienne : MARIA MACHADO.

Une fille : Ariane, comédienne et chanteuse.

Taille:
?

Commentaires: 0

Anecdotes

Après une licence de philosophie sous l'influence de Gaston Bachelard, il débute comme comédien.

Il est l’auteur de la pièce Les Diablogues, pour laquelle il reçoit en 2008, le Molière du meilleur auteur.

Il a été dirigé par de grands noms de réalisateurs, tels que Patrice Leconte, Alain Corneau ou encore Jean-Pierre Mocky.

En 1972, il interprète un rôle dramatique très remarqué dans Quelque part quelqu'un , premier long-métrage de Yannick Bellon pour lequel il reçoit le Grand Prix d’interprétation masculine française de l'Académie du cinéma « Etoiles de cristal » en 1973.

 

 

SA BIBLIOGRAPHIE :

 

LA LEÇON DE PIANO ET AUTRES DIABLOGUES
Date de publication: 2009-03-15

 

LE BAIN DE VAPEUR
Date de publication: 2008-03-20

 

MADAME FAIT CE QU'ELLE DIT
Date de publication: 2008-02-15

 

LES CRABES OU LES HÔTES ET LES HÔTES
Date de publication: 2005-03-17

 

NAÏVES HIRONDELLES
Date de publication: 2004-02-25

 

SI CAMILLE ME VOYAIT...
Date de publication: 2004-02-01

 

ROND-POINT, NUMÉRO 6
Date de publication: 2004-01-23

 

CONFESSIONS D'UN FUMEUR DE TABAC FRANÇAIS
Date de publication: 2004-01-01

 

JE DIRAI QUE JE SUIS TOMBÉ
Date de publication: 2003-11-16

 

LE JARDIN AUX BETTERAVES
Date de publication: 2002-10-01

 

IRMA, LA POIRE, LE PNEU ET AUTRES RÉCITS BREFS
Date de publication: 2002-06-05

 

LE GOBE-DOUILLE ET AUTRES DIABLOGUES
Date de publication: 2000-09-13

 

LES NOUVEAUX DIABLOGUES
Date de publication: 2000-03-01

 

LES DIABLOGUES ET AUTRES INVENTIONS À DEUX VOIX
Date de publication: 1998-11-03

 

LA BOÎTE À OUTILS
Date de publication: 1998-01-01

 

OLGA MA VACHE
Date de publication: 1993-06-24

 

OÙ BOIVENT LES VACHES
Date de publication: 1973-01-25

 

NAÏVES HIRONDELLES : Comédie en trois actes
Date de publication: 1962-09-21

 

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Il y a bien longtemps qu'il était fatigué. Mais il était présent, l'œil aux aguets, bienveillant avec le petit monde qui se dévouait à lui avec encore plus d'amour depuis qu'il avait été victime d'un accident vasculaire cérébral. Il ne marchait pas, il ne parlait guère. Mais il s'exprimait. Il était demeuré beau et sa présence impressionnait les visiteurs. Dans sa maison de l'Essonne, c'est un buste de Beethoven qui vous accueillait. Son héros et son frère. Il l'écoutait. Longtemps il l'avait joué au piano.

Mercredi matin, c'est la Messe en si de Bach qui l'enveloppait de ses déchirantes fulgurances. Sa famille était là. Sa fille Ariane, artiste comme lui, sa femme Maria Machado, comédienne, qui veillait sur lui. Trois soupirs profonds et une âme s'envole, comme une hirondelle tandis qu'au dehors le vent d'automne s'énerve contre les croisées. Roland Dubillard, écrivain considérable, comédien formidable, qui avait été un grand buveur, s'est éteint, hier matin, à l'âge de 88 ans.

Esprit brillantissime

Les jeunes générations n'ont plus idée, aujourd'hui, de la place considérable qu'occupa cet homme d'une intelligence éblouissante, d'une culture vaste, d'un désespoir affronté, d'une joie de vivre contagieuse. Un homme jeune pendant la guerre et qui est porté par la vague de l'absurde sur les plateaux des théâtres.

Un intellectuel, Roland Dubillard. Son modèle d'alors est Gaston Bachelard et il étudie dans sa lumière la philosophie, tout en demeurant attiré par le théâtre. C'est Jean Tardieu, immortel auteur de Un mot pour un autre et fondateur du Studio d'essai de la radio, qui le lance en ayant l'intuition que le jeune Dubillard est fait pour les ondes. Ainsi naissent Grégoire et Amédée qui dépasse en folie douce, absurdités fertiles, fantaisie irrésistible tout ce que les plus grands écrivains inventeront jamais. Ionesco, Beckett, mais aussi Devos, il est dans la galaxie des saturniens de l'après-guerre.

Grégoire et Amédée, ce sont deux personnages et des sketches que toute la France écoute. Ces dernières années, jeunes et moins jeunes metteurs en scène et comédiens les ont revivifiés sur les planches. C'est frais, efficace, d'une cocasserie irrésistible. Un Sébastien Thiéry n'a jamais cessé de clamer son admiration.

Roland Dubillard écrit Si Camille me voyait… (1953), Les Crabes ou les hôtes et les hôtes, Naïves Hirondelles (1961), son premier grand succès. La Maison d'os que, des années plus tard, reprit Éric Vigner dans une mise en scène mémorable. Le Jardin aux betteraves, que l'on revit au Rond-Point lorsque Jean-Michel Ribes rendit hommage à son aîné. Où boivent les vaches que Roger Planchon mit à l'affiche du TNP de Villeurbanne avec Robin Renucci. Rien qui puisse surpasser en popularité Les Diablogues, récemment joués par Jacques Gamblin et François Morel ou par Muriel Robin et Annie Grégorio.

Acteur épatant

Roland Dubillard, dans une tradition merveilleuse, jouait lui-même ses pièces. Il était un acteur épatant, inattendu. Il avait un charme profond, il séduisait. Parfois il était difficilement saisissable. Il écrivait une poésie délicate et musicale. Il en faisait des chansons. Comédien, il avait débuté avec Alain Resnais qui adorait son génie inventif et sa grâce. Ah! Voyez L'alcool tue de 1946. Évidemment Jean-Pierre Mocky adorait Roland Dubillard. Ils ont beaucoup tourné ensemble. Depuis le merveilleux Les Compagnons de la Marguerite (1966) jusqu'auTémoin. Mais Deville, Corneau, Berri, Verneuil, Leconte, Robbe-Grillet, Zulawski ont aimé cet interprète fait d'étoupe. Inflammable et insaisissable. Un grand écrivain du XXe siècle. Un homme bon et inconsolable, Roland Dubillard.

 

Source : http://www.lefigaro.fr/culture/ - Fait le 15 décembre 2011 par Philippe de CinéMémorial.

 

 

SES RÉCOMPENSES :

 

2008 - Pour : LES DIABLOGUES - Molière de l'auteur francophone vivant, France.

2006 - Grand Prix des poètes.

1995 - Grand Prix du Théâtre de l'Académie Française.

1979 - Grand Prix national du théâtre.

1973 - Pour : QUELQUE PART QUELQU'UN - Étoiles de cristal - Prix d'interprétation masculine française - Académie du cinéma, France.

 

Filmographie

 

30 LONGS MÉTRAGES DÉTAILLÉS

************************************

 

2008 - LUCIFER ET MOI

 

1987 - POISONS

 

1986 - CHARLOTTE FOR EVER

 

1986 - LIEN DE PARENTÉ

 

1985 - PAULETTE, LA PAUVRE PETITE MILLIARDAIRE

 

1985 - AMOUR BRAQUE .L'

 

1984 - POLAR

 

1983 - DEBOUT LES CRABES, LA MER MONTE !

 

1983 - BRUIT QUI COURT .UN

 

1983 - BELLE CAPTIVE .LA

 

1980 - CHERCHEZ L'ERREUR

 

1978 - CIAO LES MECS !

 

1978 - TÉMOIN .LE

 

1975 - VILLE-BIDON .LA

 

1975 - VÉCÉS ÉTAIENT FERMÉS DE L'INTÉRIEUR .LES

 

1975 - ALOÏSE

 

1974 - SÉRIEUX COMME LE PLAISIR

 

1974 - PEUR SUR LA VILLE

 

1974 - MÂLE DU SIÈCLE .LE

 

1974 - LILY AIME-MOI

 

1973 - URSULE ET GRELU

 

1973 - FRANCE SOCIÉTÉ ANONYME

 

1973 - ANGE AU PARADIS .UN

 

1972 - QUELQUE PART QUELQU'UN

 

1972 - ELLE COURT, ELLE COURT LA BANLIEUE

 

1970 - M COMME MATHIEU

 

1969 - PROMESSE DE L'AUBE .LA

 

1968 - GRANDE LESSIVE ! .LA

 

1966 - COMPAGNONS DE LA MARGUERITE .LES

 

1951 - TROIS FEMMES

 

1946 - OUVERT POUR CAUSE D'INVENTAIRE

 

 

1 PARTICIPATION POUR LA TÉLÉVISION.

************************************

 

1970 - ILLUSION COMIQUE .L'

 

 

COURTS MÉTRAGES ET 1 MOYEN MÉTRAGE

************************************

 

1982 - FONTE DE BARLAEUS .LA
Court métrage de 14 min. De Pierre-Henry Salfati

 

1982 - ENVERS DE DÉCOR
Court métrage de 22 min. De Marc Guiet

 

1974 - ÉCHO D'ALGER .L'
Court métrage de Frank Cassenti

 

1965 - STATUES
Court métrage de François Weyergans

 

1964 - TEMPS MORTS .LES
Court métrage de René Laloux

 

1951 - AFFAIRE MANET .L
Court métrage de Jean Aurel

 

1948 - JARDINS DE PARIS .LES
Moyen métrage d'Alain Resnais

 

1947 - ALCOOL TUE .L'
Court métrage d'Alain Resnais

 

 

 

 

commentaires (0)