POLA NEGRI

Vue 8087 fois

Profession:
Actrice américaine, naturalisée en 1951 d'origine polonaise du cinéma muet.

Date et lieu de naissance:
22-12-1897, à Lipno, en Pologne.

Date et lieu du décès:
01-08-1987, à hôpital de San Antonio dans l'État du Texas aux États-Unis.

Cause du décès:
À la suite d’une pneumonie à l'âge de 89 ans.

Nom de naissance:
Barbara Apollonia Chalupiec.

État civil:
En 1919, elle épouse le comte EUGENE DAMBSKI jusqu’en 1921. Ils n’eurent aucun enfant.

Le 14 mai 1927, elle épouse le prince SERGE MDIVANI jusqu’au 2 avril 1931. Ils n’eurent aucun enfant.

Taille:
(1m52)

Commentaires: 0

Anecdotes



photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à POLA NEGRI

Source de la vidéo : Logos87X de You Tube -- Ajout de la vidéo le 05 février 2014 par Philippe de CinéMémorial

 

Le seul enfant survivant (sur trois) d'une mère polonaise, Eleonora Kielczewska et de Jerzy Chalupec ferblantier de métier. La petite Barbara Apollonia Chalupiec voit le jour le 3 janvier 1897 à Lipno dans l'église de l'Assomption de la Très Sainte Vierge Marie, en Pologne. Les deux familles étaient catholiques romaines. Pola a été baptisée Apolonia en l'honneur de sa grand-mère paternelle.



Selon son autobiographie, son père un officier de l'armée polonaise combattant contre la domination russe, est arrêté et déporté en Sibérie en 1920 par les autorités russes, Pola ne reverra jamais son père.

Acceptée à l'Académie impériale de ballet de Varsovie, sa première performance était dans la danse des petits cygnes dans le « Le lac des cygnes » de Tchaïkovski ; elle gravit les échelons avec un rôle solo dans le ballet de Saint-Léon Coppélia. Puis décide de se tourner vers la danse classique, avant qu’un accès de tuberculose ne mette fin à ses ambitions. Elle passe trois mois dans un sanatorium à Zakopane afin de se rétablir.

Dès son retour au début des années 10, elle entre à l'école d'art dramatique de Varsovie et fait ses débuts en 1913 en tant qu'actrice de théâtre dans une pièce d’Henrik Ibsen. Puis trouve un engagement au Théâtre national polonais, et devient une star en herbe à l'âge de 17 ans.

Sa popularité l’amène au cinéma en 1914 où elle est la vedette de quelques films polonais. En 1917, elle s'installe en Allemagne, et tourne plusieurs films pour le studio berlinois. Elle fut dirigée à six reprises par Ernst Lubitsch, dont certains sont de vrai petits chef-d’œuvre tels ; « Les yeux de la momie » (1918) où Radu (Emil Jannings) un explorateur cherche à sauver Ma (Pola Negri) une jeune danseuse des griffes d’un fanatique égyptien ; « Carmen » (1918), à Séville, le brigadier Don Jose se fait déserteur pour partir rejoindre sa belle Gitane mais Carmen s'éprend du torero Escamillo, ce qui rend Don Jose fou de jalousie ; elle est «Madame DuBarry» (1919) une fille du peuple qui arrive à intégrer la cour de Louis XV et devient la dernière favorite de celui-ci, mais durant la Terreur elle sera guillotinée en 1793 à Paris sur la place de la Révolution ; un drame social «La flamme» (1922) la cocotte Yvette (Pola Negri) se marie avec le jeune compositeur Adolphe (Hermann Thimig) mais il ne sait pas comment Yvette gagne son argent, le louche Gaston (Alfred Abel) qu'Yvette a rejeté plus tôt, lui révèle que sa femme est une prostituée.

En 1920, «Madame DuBarry», rebaptisé «Passion», sort aux Etats-Unis et y remporte un succès considérable.

Vu sa popularité, la Paramount décide d’engager Pola, qui débarque aux U.S.A. en septembre 1922 et s’impose directement au rang de grande étoile hollywoodienne jouant souvent une mystérieuse femme fatale.



Pola Negri et Warner Baxter pour une publicité de 1928 : Three Sinners.


Elle est la protagoniste de «Bella Donna» (1923) de George Fitzmaurice, Bella une femme séduisante, piège Nigel Armine (Conrad Nagel) dans un mariage sans amour mais las de cet homme simple Bella se lie avec le brutal Baroudi (Conway Tearle) ; dans le drame historique «La danseuse espagnole» (1923) de Herbert Brenon, Maritana, (Pola Negri) une jeune danseuse bohémienne tombe amoureuse de Don Cézar de Bazan (Antonio Moreno) , un noble ruiné, les deux amants se retrouvent impliqués dans un complot destiné à séparer le roi d'Espagne de sa femme française.

Dans le drame social « Mâles» (1924) de Dimitri Buchowetzki, Cléo (Pola Negri) déteste les hommes depuis qu'elle a été trahit, maintenant elle les utilise que pour l'argent qu'ils lui offrent, qu'elle remet ensuite à une fille sans le sou ; autre drame historique «Paradis défendu» (1924) d' Ernst Lubitsch, un jeune officier (Rod La Rocque) sauve Catherine la tsarine d'un petit royaume de conspirateurs révolutionnaires et conquiert son amour, mais celle-ci se montre infidèle, désespéré, il rejoint les révolutionnaires et complote contre elle, avec Adolphe Menjou son chancelier et l’on peut apercevoir Clark Gable comme soldat dans la garde de la tsarine.

Un mélodrame «La couronne des mensonges» (1926) de Dimitri Buchowetzki, Olga,(Pola Negri) une jeune immigrante travaille comme domestique dans un théâtre, elle est accostée par un serviteur du comte Mirko ( Noah Beery Sr.) qui est persuadée qu'elle est la fille de la reine perdue depuis longtemps, elle accepte de s’installer au palais royal, et utilise ses connaissance théâtrale pour se faire passer pour une noble, cependant, Olga renonce à sa splendeur royale pour une vie moins glamour et épouse de John Knight (Robert Ames).

Mauritz Stiller signe un drame de la Première Guerre mondiale «Hôtel Impérial» (1927), un officier autrichien (James Hall) est sauvé par une femme de chambre d’un hôtel (Pola Negri) devenu le quartier général des forces russes. Suivi du film romantique «Barbed Wire» (1927) l’histoire se déroule pendant la Première Guerre mondiale, et met en vedette Pola Negri en tant que fermière française et Clive Brook en tant que prisonnier de guerre allemand dont elle tombe amoureuse.

A la fin des années vingt, ses derniers films avec la Paramount ne sont pas de grands succès et son accent slave ne l’aide pas. Son contrat terminé, elle se rend en Grande-Bretagne, où Paul Czinner la dirige dans le mélodrame «La rue des âmes perdues» (1929) où une prostituée (Pola Negri) et un gardien de phare (Warwick Ward) tombent amoureux.

Trois ans plus tard, elle retourne à Hollywood pour apparaître dans son premier film parlant avec le rôle titre «Maria Draga» de Paul L. Stein (1932) ordonnée d'épouser le roi serbe Alexandre ( Roland Young ), la noble Maria Draga fait ce qu'on lui dit, bien que son cœur appartient au fringant capitaine de l'armée Pasitch (Basil Rathbone), mais le film fut un échec commercial.

On la retrouve ensuite en France pour «Fanatisme» (1934) de Gaston Rouvel, où des conspirateurs impliquent contre sa volonté une danseuse italienne Rosine Savelli (Pola Negri) dans un complot contre Napoléon III (Lucien Rozenberg) avec Pierre Richard-Willm et Alexandre Rignault.

Puis elle travaille à nouveau en Allemagne de 1935 à 1938 pour six films. C’est avec «La nuit décisive» (1938) que s’achève sa collaboration, avec l’industrie cinématographique du 3ème Reich.

Lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate, Pola réside en France. En 1941, elle décide de retourner aux Etats-Unis, où elle se fera naturaliser en 1951 et y restera jusqu’à la fin de sa vie.

Ce n’est qu’une vingtaine d’années plus tard qu’on la revoit une dernière fois au cinéma, dans «La baie aux émeraudes» (1964), de James Neilson où elle joue une collectionneuse de bijoux excentrique.

Pola Negri fut certainement la femme la plus riche de l'industrie cinématographique de son époque, vivant dans un manoir à Los Angeles. Pendant son séjour à Hollywood, elle a lancé plusieurs tendances de la mode féminine, notamment des ongles de pied peints en rouge, des bottes en fourrure et des turbans. Pola Negri était un sujet de photographie fréquent du photographe portraitiste hollywoodien Eugene Robert Richee.

Coté vie privée : son premier mariage fut avec le comte Eugeniusz Dabski dans l'église de l'Assomption Sainte-Marie à Sosnowiec en novembre 1919, devenant ainsi la Comtesse Apolonia Dabska-Chalupec, mais en 1922 le mariage fut dissout, elle s'est remarié avec le Prince Serge Mdivani en 1927 ils ont divorcés en 1931.

Pola Negri est décédée d'une pneumonie le 1er août 1987 à l'âge de 90 ans au Northeast Baptist Hospital de San Antonio, au Texas, elle repose au Calvary Cemetery, dans l'est de Los Angeles, à côté de sa mère Eleonora…

 



Martha Scott et Pola Negri pour une publicité de 1943 : Hi Diddle Diddle.


SES RÉCOMPENSES :

 


Retrouvez son étoile au Walk of Fame au numéro 6933 sur Hollywood Boulevard.

En 1964 elle reçut le Prix d’honneur aux Prix du cinéma Germanique, en Allemagne.e

Source : Gary Richardson - Fait le 28 juillet 2022 par Philippe de CinéMémorial.

 

Filmographie

 

74 LONGS MÉTRAGES
_________________________________

1964 - BAIE AUX ÉMERAUDES .LA

 

1943 - HI DIDDLE DIDDLE
Réal : Andrew L. Stone

 

1938 - PIEUX MENSONGES
Réal : Nunzio Malasomma

 

1938 - NUIT DÉCISIVE .LA
Réal : Nunzio Malasomma

 

1937 - TANGO NOTTURNO
Réal : Fritz Kirchhoff

 

1937 - MADAME BOVARY
Réal : Gerhardt Lamprecht

 

1936 - MOSCOU SHANGHAI
Réal : Paul Wegener

 

1935 - MAZURKA
Réal : Willy Forst

 

1932 - FANATISME

 

1932 - A WOMAN COMMANDS

 

1929 - RUE DES ÂMES PERDUES .LA
Réal : Paul Czinner

 

1929 - COLLIER DE LA REINE .LE

 

1928 - TROIS COUPABLES .LES
Réal : Rowland V. Lee

 

1928 - DAME DE MOSCOU .LA
Réal : Ludwig Berger

 

1928 - AMOURS D'ACTRICE
Réal : Rowland V. Lee

 

1927 - SECRET HOUR .THE
Réal : Rowland V. Lee

 

1927 - CONFESSION
Réal : Mauritz Stiller

 

1927 - BARBED WIRE
Réal : Rowland V. Lee

 

1926 - HÔTEL IMPÉRIAL

 

1926 - GOOD AND NAUGHTY
Réal : Malcolm St. Clair

 

1925 - FLOWER OF NIGHT
Réal : Paul Bern

 

1925 - COURONNE DES MENSONGES .LA
Réal : Dimitri Buchowetzki

 

1925 - COMTESSE VORAMINE .LA
Réal : Malcolm St. Clair

 

1925 - CHARMEUSE
Réal : Sidney Olcott

 

1925 - À L'OMBRE DES PAGODES

 

1924 - PARADIS DÉFENDU

 

1924 - MON HOMME
Réal : Herbert Brenon

 

1924 - MÂLES
Réal : Dimitri Buchowetzki

 

1924 - LILY OF THE DUST
Réal : Dimitri Buchowetzki

 

1923 - HOLLYWOOD
Réal : James Cruze

 

1923 - FLÉTRISSURE .LA
Réal : George Fitzmaurice

 

1923 - DANSEUSE ESPAGNOLE .LA
Réal : Herbert Brenon

 

1922 - BELLA DONNA
Réal : George Fitzmaurice

 

1921 - SAPPHO
Réal : Dimitri Buchowetzki

 

1921 - FLAMME .LA
Réal : Ernst Lubitsch

 

1921 - DIE DAME IM GLASHAUS
Réal : Victor Janson

 

1921 - CHATTE DES MONTAGNES .LA
Réal : Ernst Lubitsch

 

1920 - SUMURUN
Réal : Ernst Lubitsch

 

1920 - MARQUISE D'ARMINIANI .LA
Réal : Alfred Halm

 

1920 - DIE GESCHLOSSENE KETTE
Réal : Paul L. Stein

 

1920 - DAS MARTYRIUM
Réal : Paul L. Stein

 

1920 - CAMILLE
Réal : Paul L. Stein

 

1919 - VENDETTA
Réal : Georg Jacoby

 

1919 - MADAME DU BARRY
Réal : Ernst Lubitsch

 

1919 - KREUZIGET SIE
Réal : Georg Jacoby

 

1919 - DAS KARUSSELL DES LEBENS
Réal : Georg Jacoby

 

1919 - COMTESSE DODDY
Réal : Georg Jacoby

 

1918 - YEUX DE LA MOMIE .LES
Réal : Ernst Lubitsch

 

1918 - ROSEN, DIE DER STURM ENTBLÄTTERT
Réal : Otto Jäger

 

1918 - MANIA
Réal : Eugen Illés

 

1918 - DIE TOTEN AUGEN
Réal : Otto Jäger

 

1918 - DER GELBE SCHEIN
Réal : Eugen Illes, Victor Janson & Paul L. Stein

 

1918 - CARMEN
Réal : Ernst Lubitsch

 

1917 - ZÜGELLOSES BLUT
Réal : Otto Jäger

 

1917 - WENN DAS HERZ IN HASS ERGLÜHT
Réal : Kurt Matull

 

1917 - WANDA BARSKA
Réal : Aleksander Hertz

 

1917 - TAJEMNICA ALEI UJAZDOWSKICH
Réal : Aleksander Hertz

 

1917 - SUROGATY LYUBVI
Réal : Victor Tourjansky

 

1917 - NICHT LANGE TÄUSCHTE MICH DAS GLÜCK
Réal : Kurt Matull

 

1917 - JEGO OSTATNI CZYN
Réal : Aleksander Hertz

 

1917 - BAISER VOLÉ DANS L'OBSCURITÉ
Réal : Kurt Matull

 

1916 - SA DERNIÈRE ACTION
Réal : Aleksander Hertz

 

1916 - ÉTUDIANTS .LES
Réal : Aleksander Hertz

 

1916 - BÊTE .LA
Réal : Aleksander Hertz

 

1916 - ARABELLA
Réal : Aleksander Hertz

 

1915 - ZONA
Réal : Aleksander Hertz

 

1915 - PASSEPORT JAUNE .LE
Réal : Aleksander Hertz

 

1914 - RABA STRASTEI, RABA POROKA
Réal : Richard Ordinsky

 

1914 - AMOUR ET PASSION
Réal : Jan Pawlowski

 

1 DOCUMENTAIRE
__________________________________________

 

1965 - DÉESSES DE L'ÉCRAN .LES
Documentaire

 

_______________________ FIN _____________________

 

commentaires (0)