MARIA FELIX

Vue 26353 fois

Profession:
Actrice mexicaine.

Date et lieu de naissance:
08-04-1914, à Alamos à Sonora au Mexique.

Date et lieu du décès:
08-04-2002, à Mexico au Mexique - Inhumée à El Panteon Frances, Mexico, Mexique.

Cause du décès:
D'une crise cardiaque à l'âge de 88 ans.

Nom de naissance:
María de los Ángeles Félix Güereña - Surnom : La panthère mexicaine.
Vers la fin de sa vie : La Doña.

État civil:
Au cours de sa vie, elle se maria à 4 reprises et eut 1 enfant :

Mariée en 1931 avec : ENRIQUE ALVAREZ - Divorcée en 1938.
Ils eurent un 1 fils : Enrique Alvarez Felix, né en 1934 - décédé d'une crise cardiaque en 1996.

Mariée en 1943 avec le compositeur : AGUSTIN LARA - Divorcée en 1947.
Mariée le 17 octobre 1952 avec l'acteur : JORGE NEGRETE - Divorcée le 05 décembre 1952.

Mariée en 1956 avec le banquier : ALEX BERGER - Divorcée en 1974.

Taille:
(1m75)

Commentaires: 4

Anecdotes


Maria Felix en 1947.


photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à MARIA FELIX

Source : Spanish Film - Ajout de la vidéo le 02 octobre 2021 par Philippe de CinéMémorial


Maria de los Angeles Félix Guereña voit le jour le 8 avril 1914, dans la ville mexicaine de Álamos proche du golfe de Californie, dans l’état du Sonora. Son père, Bernardo Félix était un militaire descendant des indiens Yaqui et sa mère Josefina (née Güereña) d'origine espagnole. Maria a été instruite dans un couvent à Pico Heights, en Californie.


Maria Felix - Dans le film de 1955 : Les héros sont fatigués


Mariée en 1931, avec un certain Enrique Alvarez, père de son fils unique, elle le quitte un an plus tard pour s’installer à Mexico. A 27 ans, elle n’est encore qu’une simple réceptionniste dans un cabinet médical au Mexique quand elle rencontre par hasard le producteur Fernando Palacios qui lui propose de faire du cinéma.

La superbe María Félix s'impose rapidement comme une icône dans son pays dès ses premiers films. Chacune de ses compositions entre au panthéon mexicain. Elle tourne particulièrement avec Emilio Fernandez et a pour partenaires des stars internationales comme Pedro Armendariz, Fernando Rey et Antonio Vilar.

Doté d'une beauté énigmatique latine, dans sa vaste filmographie, elle dépeint bien souvent une créature hautaine et dédaigneuse qui se rebelle contre la soumission des hommes arrogants, à mi-chemin entre l'ogresse inaccessible et l'archétype de la femme fatale comme dans « La femme sans cœur » (1943) de Fernando de Fuentes, où pour accéder au monde de la luxure, elle se servira des hommes qui l'entourent pour sa beauté quelqu'en soit le prix, La même année dans « Dona Barbara » aussi de Fernando de Fuentes où après avoir été violée dans son adolescence par un groupe de marins elle se venge en jouant la femme dominante, cruelle et mangeuse d'hommes. Ces deux films la propulsent au premier rang des stars mexicaines.

En 1943, elle épouse en secondes noces le compositeur Agustín Lara.

Dans « La devoradora » (1945) de Fernando de Fuentes, elle abandonne son petit ami sans argent pour épouser un vieil homme riche, de désespoir son petit ami se suicide.

Belle et talentueuse elle enchaîne triomphe sur triomphe. Elle est récompensée de trois Ariel d’argent de la meilleure actrice pour « Enamorada » (1946) de Emilio Fernández ; « Rio Escondido » (1947) toujours de Fernández et « La diablesse » (1949) de Tito Davison. où elle provoque les hommes obsédés par sa beauté, jusqu'à des fins tragiques.


Dès lors sa réputation dépasse les frontières mexicaines et telle une déesse, Maria est adulée même idolâtrée par des millions de sud-américains et ce, durant toute sa carrière.

Dans les années 50, Hollywood ne reste pas insensible à la belle diva, mais Maria Felix préfère l'aventure du cinéma européen, elle tourne en Espagne, en Italie et en France dans de superbes classiques. Elle triomphe avec un rôle diabolique dans le péplum franco-hispano-italien « Messaline » (1951) de Carmine Gallone où affamée de pouvoir et de plaisir, Messaline change d'amants aussi vite qu'elle élimine ses ennemis jusqu'à sa fin tragique avec Georges Marchal.

En France pour Jean Renoir dans «French Cancan» (1954) elle incarne la splendide vedette Lola de Castro, la maîtresse de Jean Gabin, directeur du Paravent Chinois, une salle de spectacle, avec Françoise Arnoul ; pour Yves Ciampi elle est Manuella, la maîtresse d’Yves Montant dans « Les héros sont fatigués » (1955), Yves Montant et Jean Servais, deux anciens héros de guerre s'entretuent pour 200 millions de diamants.

En 1954, elle incarne Caroline Otero, plus connue sous le nom de « La belle Otero », dans un film qui retrace la vie cette célèbre courtisane du début du XXème siècle.

En 1956, suite à son mariage avec un richissime homme d'affaire Suisse, Maria Felix prend progressivement ses distances avec le cinéma, sa dernière grande interprétation elle la signe en France dans l’éprouvant film de Luis Buñuel, « La fièvre monte à El Pao » (1959) elle est la maîtresse de Gérard Philippe qui assume le rôle de gouverneur par intérim dans un pays en Amérique centrale où règne la dictature avec (Jean Servais) ce dernier se fait assassiné.

Au début des années soixante-dix, arrivée au sommet de la gloire et de la célébrité, elle apparaît dans les séries télévisées « La constitución » (1970) et « Cristina » (1970), puis, l’année suivante, après avoir joué une révolutionnaire nommé « La generala » (1969) de Juan Ibáñez, La Dona (comme on la surnommée) met un terme définitif à sa carrière. Elle fera désormais parler d’elle par ses frasques de milliardaire et ses extravagances...

Au cours des dernières années de sa vie, Maria Félix se partagera entre son appartement parisien et son hacienda de Mexico. En 1996, la mort de son fils Enrique la laisse inconsolable. Pour honorer sa mémoire, elle publie alors «Une ligne sur l’eau», un livre de photos et de souvenirs, incluant une émouvante lettre d’amour dédiée à Enrique, le jour de sa disparition.

Celle qui fut considérée comme l’une des plus grandes personnalités mexicaines de tous les temps, décède d’un arrêt cardiaque le 8 avril 2002, à Mexico. C’était dans la nuit de son quatre-vingt-huitième anniversaire.

Source : Gary Richardson - Fait le 02 octobre 2021 par Philippe de CinéMémorial.


 

SES RÉCOMPENSES :

 

1986 - Ariel d’Or, Mexique.

1951 - Pour : LA DIABLESSE - Ariel d’Argent - Meilleure actrice, Mexique.

1949 - Pour : RIO ESCONDIDOR - Ariel d’Argent - Meilleure actrice, Mexique.

1947 - Pour : ENAMORADA - Ariel d’Argent - Meilleure actrice, Mexique.

Elle a été nominée pour : EL MONJE BLANCO (1946) et CAMELIA (1955).

Filmographie


48 LONGS MÉTRAGES
________________________________


1969 - GENERALA .LA
Réal : Juan Ibáñez

 

1964 - VALENTINA .LA
Réal : Rogelio A. González

 

1963 - AMOR Y SEXO - SAFO
Réal : Luis Alcoriza

 

1962 - BANDIDA .LA
Réal : Roberto Rodríguez

 

1961 - SI YO FUERA MILLONARIO
Réal : Julián Soler

 

1960 - GRANDE RÉVOLTE .LA
Réal : Miguel Zacarías

 

1959 - SONATAS
Réal : Juan Antonio Bardem

 

1959 - FIÈVRE MONTE À EL PAO .LA

 

1959 - CUCARACHA .LA

 

1958 - ESTRELLA VACÍA .LA
D'Emilio Gómez Muriel

 

1958 - FANTASIA MEXICAINE

 

1957 - MIÉRCOLES DE CENIZA
Réal : Roberto Gavaldón

 

1957 - TUMULTE DES SENTIMENTS .LE

 

1956 - QUAND GRONDE LA COLÈRE
Réal+Histoire : Ismael Rodríguez - Version : Drame - Mexique - Technicolor - 109 Min.
Avec : Pedro Infante, Maria Felix, Alicia del Lago, Eduardo Fajardo

 

1956 - FAUSTINA
Réal : José Luis Sáenz de Heredia

 

1956 - CANASTA DE CUENTOS MEXICANOS

 

1955 - FRENCH CANCAN

 

1955 - HÉROS SONT FATIGUÉS .LES

 

1954 - BELLE OTERO .LA

 

1954 - CELLE QUE L'ON CACHE
Réal : Roberto Gavaldón

 

1953 - REPORTAJE

 

1953 - CALVAIRE D’UNE COURTISANE

 

1952 - PASSION SAUVAGE
Réal : Roberto Gavaldón

 

1951 - MESSALINE

 

1952 - COURONNE NOIRE .LA

 

1950 - TRÉSOR MAUDIT .LE

 

1950 - NOCHE DEL SÁBATO .LA
Réal : Rafael Gil

 

1950 - EL RAPTO
D'Emilio Fernández

 

1950 - DIABLESSE .LA

 

1949 - UNA MUJER CUALQUIERA .UNA
Réal : Rafael Gil

 

1949 - AL CAER DE LA TARDE
Réal : Tito Davison

 

1948 - MACLOVIA

 

1948 - DU SANG À L'AUBE

 

1947 - RIO ESCONDIDO
Réal+Scén : Emilio Fernandez - Version : Drame - Mexique - 110 Min.
Avec : Maria Felix, Domingo Soler, Carlos Lopez Moctezuma, Fernando Fernandez

 

1947 - PARDONNEZ-MOI
Réal : Tito Davison

 

1947 - AL CAER DE LA TARDE
Réal : Rafael Portas

 

1946 - DÉESSE AGENOUILLÉE .LA
Réal : Roberto Gavaldón

 

1946 - ENAMORADA

 

1945 - FEMME DE TOUT LE MONDE .LA
Réal : Julio Bracho

 

1945 - DEVORADORA .LA
Réal : Fernando de Fuentes

 

1945 - EL MONJE BLANCO
Réal : Julio Bracho

 

1945 - AMOUR DÉFENDU
D'Antonio Momplet

 

1944 - MONJA ALFÉREZ .LA
D'Emilio Gómez Muriel

 

1944 - AMOK
D'Antonio Momplet

 

1943 - FEMME SANS COEUR .LA
Réal : Fernando de Fuentes

 

1943 - CHINA POBLANA .LA
Réal : Fernando Palacios

 

1943 - DOÑA BÁRBARA
Réal : Fernando de Fuentes et Miguel M. Delgado

 

1942 - MARÍA EUGENIA
Réal : Felipe Gregorio Castillo

 

1942 - EL PEÑÓN DE LAS ANIMAS
Réal : Miguel Zacarias

 

_______________________FIN_____________________

 

commentaires (4)

kobden jacqueline

17-11-2008 11:57:08

Je ne peux exprimer l'admiration pour la sublime beauté, que mon ame d'adolescente a contemplé dans ses nombeux films.Je n'ai pas contemplé MARIA FELIX avec mes yeux mais avec mon ame,car cette beauté est restée pour moi UNIQUE et magique ! J.Kobden

FAUSTO DIAZ

25-04-2009 15:02:36

tengo una pagina dedicada a Maria: www.metroflog.com/faxdiaz3000 www.metroflog.com/maria__felix

celine

31-10-2010 23:44:38

Heu... Dans les photos illustrant la page de Maria, ce n'est pas elle sur la troisième photo mais madame belucci!!! En outre elle n'a jamais mesuré un mètre 75! Cela ferait d'elle une Mexicaine plus grande que Sophia Loren et Ingrid Bergman.

valery

14-10-2011 00:36:38

a mon avis une des dix plus belles femmes en absolu