MICHELINE LUCCIONI

Vue 1731 fois

Profession:
Actrice et comédienne française.

Date et lieu de naissance:
16-01-1930, à Palaiseau dans l'Essonne en France.

Date et lieu du décès:
24-12-1992, à Paris, en France.

Cause du décès:
Des suites d’une longue maladie à l’âge de 62 ans.

Nom de naissance:
Micheline Jeanne Labourot.

État civil:
Elle fut mariée avec le baryton JACQUES LUCCIONI - Divorcé.
Ils eurent un fils : José Luccioni et sa petite-fille Olivia Luccioni sont également acteurs.

Taille:
?

Commentaires: 0

Anecdotes


photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à MICHELINE LUCCIONI

Ajout de la vidéo le 16 novembre 2021 par Philippe de CinéMémorial


Micheline Jeanne Labourot devient Micheline Luccioni, en épousant le baryton Jacques Luccioni, qui se produit à l'Opéra de Paris et dans les plus grandes maisons lyriques en Europe et en Amérique. De leur union, elle donne naissance à un fils José Luccioni devenu acteur de doublage notamment la voix française d'Al Pacino, ainsi que de Beau Bridges et Kevin Weisman. Elle voit le jour le 16 janvier 1930 à Palaiseau dans le département de l'Essonne en France.


Jean Gabib et Micheline Luccioni - Dans le film de 1959 : Maigret et l'affaire St. Fiacre.


Formée au métier de comédienne par Madeleine Clervanne, en 1954 elle débute au théâtre Antoine avec « L'homme qui était venu pour dîner » de George Kaufman avec Maurice Biraud et « La main passe de Georges Feydeau » avec Micheline Presle.

Durant toute sa carrière, elle va acquérir une grande notoriété en jouant régulièrement sur les planches parisienne. Citons un échantillon de ses meilleurs pièces : elle est successivement aux cotés d’Edwige Feuillère dans « Constance » (1960) avec Michel Vitold au Théâtre Sarah Bernhardt ; « Boudu sauvé des eaux » (1967) avec Gérard Depardieu de René Fauchois au Théâtre des Capucines ; « Deux femmes pour un fantôme » et « La Baby-Sitter » (1971) deux pièces de René de Obalda avec Henri Garcin au Théâtre de l'œuvre ; « L'ouvre-boîte » (1972) avec Jacques Balutin de Félicien Marceau au Théâtre de l'Œuvre « Grand Standing » (1973) avec Pierre Mondy de Neil Simon au Théâtre Saint-Georges ; « La grosse » (1975) de et avec Jean Le Poulain au Théâtre des Bouffes Parisiens ; « Un roi qu’a des malheurs » (1979) de Remo Forlani, avec Dominique Paturel au Théâtre La Bruyère.

Pour autant le cinéma n’oublie pas cette élégante comédienne, dotée également d’un joli sourire qui lui confère un charme indéniable. En 1955, René Clément, l’engage dans son drame social et larmoyant « Gervaise » dans lequel elle campe une ouvrière blanchisseuse, qui assiste à la déchéance de sa patronne Gervaise incarnée par (Maria Schell) qui ruinée par deux hommes alcooliques sombre à son tour dans l'alcoolisme et sa petite fille Nana est livrée à elle-même et à la rue, avec François Périer, Armand Mestral et Suzy Delair ; suivi de « Pot-bouille » (1957) de Julien Duvivier , elle joue l’épouse hystérique de Jacques Grello avec Dany Carrel, Danielle Darrieux et Gérard Philipe dans le rôle titre ; elle est la postière qui remet une lettre de chantage à Jeanne Moreau dans le film noir d'Edouard Molinaro « Le dos au mur » (1957) et dans « Maxime » (1958) de Henri Verneuil un petit rôle de danseuse aux cotés de Michel Morgan, Charles Boyer et Arletty.

Vite repérée pour sa gouaille de titi parisienne et sa vivacité, commence alors un tourbillon de rôles de femmes de petite vertu, on la voit en prostituée interrogée par Jean Gabin dans un café dans le policier de Jean Delannoy « Maigret et l’affaire Saint-Fiacre » (1959) ; une prostituée du bois de Boulogne dans « L’affaire d’une nuit » (1960) d'Henri Verneuil avec Pascale Petit et Roger Hanin ; encore une prostituée dans « Un idiot à Paris » (1966) de Serge Korber avec Jean Lefebvre dans le rôle titre, et tient le rôle d’une salope dans la comédie policière de Georges Lautner « Fleur d’oseille » (1967) avec Mireille Darc.

Après ses rôles de fille de joie, elle obtient des rôles un peu plus conséquents tout en restant secondaires citons :« Le puits aux trois vérités » (1961) une enquête policière de François Villiers, elle campe la speakerine qui relate au journal le décès de Danièle (Catherine Spaak) l'épouse d'un peintre qui se révèle être un mari exécrable (Jean-Claude Brialy) avec Michèle Morgan sa maitresse et la sœur de Danièle ; suivi de la comédie policière « Le majordome » (1964) elle est Arlette au milieu d'une bande de gangsters avec Paul Hubschmid surnommé le Chat qui propose un cambriolage à Paul Meurisse ; pour Michel Audiard dans « Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas ... mais elle cause » (1969), elle est Lucette dite Lulu, une amie spéciale d'Alexandre (Bernard Blier) un obsédé sexuel avec Annie Girardot dans le rôle principal.


Dans la comédie comique « Le distrait » (1970) de et avec Pierre Richard dans le rôle titre elle est la belle-mère de Lisa (Marie-Christine Barrault) avec Bernard Blier et Maria Pacome et la fille de Valentine Tessier dans « Eglantine » (1971) de Jean-Claude Brialy.

Les années suivantes ne sont guerre plus florissantes, elle reste cantonnée dans des rôles sans grand relief comme dans la comédie franchouillarde « Les grands sentiments font les bons gueuletons » (1973) de Michel Berny où le même jour sont célébrés un mariage et un enterrement, ce qui provoquent d’énormes gags hilarants.

Elle obtient enfin un rôle difficile avec Adam Pianko (réalisateur peu connu) dans un drame de jeunesse « On n'est pas sérieux quand on a 17 ans » (1974), Bess une jeune adolescente (Jocelyne Boisseau) est séduite par un garçon plus âgé et se retrouve enceinte, sa mère (Micheline Luccioni) la pousse à avorter et elle cède, cependant Bess emménage avec son ami.

Serge Korber lui offre un rôle conséquent dans un drame psychologique « Je vous ferai aimer la vie » (1978) celui d’une infirmière aux côtés du docteur Soltier (Julien Guiomar) où suite à un accident de moto, le fils d’Anielle (Marie Dubois) décède à l’hopital, pressé par un confrère qui a un besoin urgent des reins du jeune homme, le problème du don d'organe se pose à sa mère, terriblement choquée Anielle après une tentative de suicide accepte le don d’organe.

Elle retourne à la comédie légère avec « Prends ta Rolls et va pointer » (1981) de Richard Balducci, pendant les vacances la famille Vignault Camille et Germaine (Jean Lefebre, Micheline Luccioni) et leur trois enfants en profite pour rendre visite à des cousins viticulteurs Camille découvre dans une grange une vieille Rolls-Royce de 1940 et la rachète et voici toute la petite famille en voyage sur la Costa Brava en Espagne , mais la Rolls et une vieille guimbarde et s 'ensuit toute une série de mésaventures.

Très active aussi au petit écran dans une trentaine de séries dont les plus remarquables : « Au théâtre ce soir » de Pierre Sabbagh de 1969/81 où elle interprète des rôles comiques dans des pièces de boulevard ; et six épisodes de la série policière « Les cinq dernières minutes » de 1958/78 avec Raymond Souplex le commissaire Bourrel et Jean Durand l’inspecteur Dupuis ; à noter son rôle de Sarah dans le feuilleton « Belphégor ou le Fantôme du Louvre » en 1965 de Claude Barma.

Elle termine sa carrière au théâtre avec Jean Piat dans « L’étiquette » (1983) de Pierre Dux au Théâtre des Variétés ; Michel Roux dans « Silence, on tourne » (1985) de Michel Lengliney au Théâtre Daunou et sa dernière prestation assez savoureuse « A ta santé, Dorothée » (1985) de Remo Forlani avec Michel Galabru au Théâtre de la Renaissance.


Bernard Blier et Micheline Luccioni - Dans un film de 1970 : Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas, mais... elle cause !


Micheline Luccioni, décède discrètement des suites d’une longue maladie, la veille de Noël, le 24 décembre 1992 à l’âge de 62 ans. Elle repose au cimetière d'Athis-Mons dans l'Essonne en France…

Source : Gary Richardson - Fait le 16 novembre 2021 par Philippe de CinéMémorial.


Filmographie


Raymond Souplex et Micheline Luccioni


37 LONGS MÉTRAGES DÉTAILLÉS
_________________________________

 

1983 - VIVE LA SOCIALE !

 

1981 - PRENDS TA ROLLS ET VA POINTER

 

1980 - CHERCHEZ L'ERREUR

 

1979 - JE VOUS FERAI AIMER LA VIE

 

1976 - DIS BONJOUR À LA DAME

 

1974 - VOUS NE L’EMPORTEREZ PAS AU PARADIS

 

1974 - ON N’EST PAS SÉRIEUX QUAND ON A DIX-SEPT ANS

 

1973 - GRANDS SENTIMENTS FONT LES BONS GUEULETONS .LES

 

1971 - JO

 

1971 - ÉGLANTINE

 

1971 - DRAPEAU NOIR FLOTTE SUR LA MARMITE .LE

 

1970 - HOMME-ORCHESTRE .L'

 

1970 - ELLE NE BOIT PAS, ELLE FUME PAS, ELLE DRAGUE PAS, MAIS... ELLE CAUSE

 

1970 - DISTRAIT .LE

 

1969 - PEAU DE TORPÉDO .LA

 

1968 - PETITE VERTU .LA

 

1967 - IDIOT À PARIS .UN

 

1967 - FLEUR D'OSEILLE

 

1965 - SENTINELLE ENDORMIE .LA

 

1965 - BONS VIVANTS .LES

 

1964 - MAJORDOME .LE

 

1961 - TRACASSIN OU LES PLAISIRS DE LA VILLE .LE

 

1961 - PUITS AUX TROIS VÉRITÉS .LE

 

1961 - LIVREURS .LES

 

1960 - BRUNE QUE VOILÀ .LA

 

1960 - AFFAIRE D'UNE NUIT .L'

 

1959 - TÊTE FOLLE

 

1959 - TÉMOIN DANS LA VILLE .UN

 

1959 - MAIGRET ET L'AFFAIRE SAINT-FIACRE

 

1959 - CHEMIN DES ÉCOLIERS .LE

 

1958 - MAXIME

 

1958 - GUINGUETTE

 

1958 - CROQUEMITOUFLE

 

1957 - POT-BOUILLE

 

1957 - DOS AU MUR .LE

 

1956 - BARATIN

 

1955 - GERVAISE

 

SA PARTICIPATIONS POUR LA TÉLÉVISION
_____________________________________

 

1984 - ALLÔ BÉATRICE
Série TV de Jacques Besnard

 

1981 - PETIT THÉÂTRE D'ANTENNE 2 .LE
.Un dirigeable ensorcelé de Georges Vitaly

 

1981 - DERNIÈRE NUIT .LA

 

1978 - BOUDU SAUVÉ DES EAUX
Au théâtre ce soir, de René Fauchois

 

1975 - CHAT EN POCHE
AU THÉÂTRE CE SOIR - De Georges Feydeau

 

1974 - MESSIEURS LES JURÉS
Série TV

 

1973 - ÉCOLE DES FEMMES .L'

 

1972 - ALLÔ ! JULIETTE

 

1971 - SUR MON BEAU NAVIRE
Au théâtre ce soir - De Pierre Sabbagh

 

1970 - HOMME AU PARAPLUIE .L'
Au théâtre ce soir - de Pierre Sabbagh

 

1970 - À CORPS PERDU
Téléfilm d'Abder Isker

 

1969 - CONSTANCE DE SOMERSET MAUGHAM
Au théâtre ce soir - de Pierre Sabbagh

 

1968 - DON JUAN REVIENT DE GUERRE
Réal. : Marcel Cravenne

 

1968 - ENFANTS DU FAUBOURG .LES
Les cinq dernières minutes

 

1967 - MON AMI MAIGRET
ENQUÊTES DU COMMISSAIRE MAIGRET .LES - De François Villiers

 

1967 - MAX LE DÉBONNAIRE

 

1967 - ENQUÊTES DU COMMISSAIRE MAIGRET .LES

 

1966 - ALLÔ, POLICE

 

1964 - BELPHÉGOR

 

1964 - BEAUX YEUX D'AGATHA
Feuilleton de Bernard Hecht

 

1962 - INSPECTEUR LECLERC ENQUÊTE .L'

 

1959 - CLARISSE FENIGAN

 

1958 - HÔTEL DES NEIGES
Réal. : Jean Vernier

 

1958 - CINQ DERNIÈRES MINUTES .LES

 

1957 - MADAME MAXENCE A DISPARU
Réal. : Bernard Hecht - TÉLÉFILM

_______________________FIN _____________________

 

commentaires (0)