MAURICE ESCANDE

Vue 678 fois

Profession:
Acteur, metteur en scène et administrateur de la Comédie-Française (1960-1970).

Date et lieu de naissance:
14-11-1892, à Paris dans le 15e arrondissement, France.

Date et lieu du décès:
10-02-1973, à Paris dans le 1er arrondissement, France.

Cause du décès:
D’un cancer à l'âge de 80 ans.

Nom de naissance:
Maurice René Escande.

État civil:
Au cours de sa vie, il se maria à 1 reprise :

Marié en 1920 avec l'actrice : MARY MARQUET - Pour à peine un an.

Taille:
(1m74)

Commentaires: 0

Anecdotes


Maurice Escande et Madeleine Renaud

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à MAURICE ESCANDE

Source : Ajout de la vidéo le 09 janvier 2022 par Philippe de CinéMémorial


Fils du diplomate Jean Baptiste Joseph Escande et de Marie Victorine (née Pauguin) une couturière, Maurice René Escande est né le 14 novembre 1892 à Paris. Il passe toute son enfance en Extrême-Orient et fait une partie de ses études à Hong-Kong. De retour en France, il termine ses études au Lycée Saint-Louis à Paris. Peu intéressé par ses études, il découvre la magie du théâtre et décide de devenir comédien.

Après avoir pris des cours de théâtre auprès du professeur Denis d'Inès, il entre au Conservatoire, dans la classe de Raphaël Duflos et remporte en 1912 un premier prix de Comédie et un second prix de Tragédie.



Helene Perdrière, Julien Bertheau, Gisèle Casadesus et Maurice Escande


Il fait ses premiers pas sur scène au Théâtre des Arts que dirige un ami de son père, Jacques Rouché, puis au Théâtre de l’Odéon en jouant entre autre le cocher dans « Les Frères Karamazov ».

Mobilisé dans l'infanterie lors de la Grande Guerre, il est blessé par un éclat d'obus en mai 1915, et nouveau blessé par balle à la jambe gauche en juillet 1916 dans la Somme. Pour sa bravoure aux combats, une citation lui vaut la Croix de Guerre (il sera plus tard président de l'Association des Comédiens Combattants). De retour à la vie civile il est engagé à la Comédie-Française en 1918, C'est le début d'une longue et prestigieuse carrière sur scène, où il interprète avec panache les princes de tragédie, dans les classiques comme : Iphicrate dans « Les Amants magnifiques » et Valère dans « Tartuffe ou l'Imposteur » tout deux de Molière ; Hippolyte dans « Phèdre », Antiochus dans « Bérénice » et Pyrrhus dans « Andromaque » deux pièces de Jean Racine ; Don Rodrigue dans « Le Cid » et Marc-Antoine, dans « La mort de Pompée » de Pierre Corneille ; Le comte Almaviva dans « Le barbier de Séville » de Beaumarchais...

En 1925, il quitte la Comédie-Française pour une escapade de huit années pendant lesquelles il va jouer, sur les boulevards, des auteurs contemporains comme Giraudoux dans « Judith » ; Jules Romains dans « Le roi masqué » avec Louis Jouvet, ou encore « La dame aux camélias » avec Cécile Sorel.

Parallèlement à son activité théâtrale, Maurice Escande ne néglige pas pour autant le cinéma, il débute dans des rôles de jeunes premiers à la fin des années dix. En 1922 on le remarque dans le drame « Fromont jeune et Risler aîné » (1921) de et avec Henry Krauss , jouant Risler où à peine marié avec l’intrigante Sidonie (Marcelle Parisys) elle le trompe avec Fromont (Maurice Escande) son associé, qui se ruine pour elle; il enchaine avec le Marquis de Montaillé dans « La ferme du choquart » (1921) de Jean Kemm, il est l’amant d’Aleth (Mary Marquet) qui a épousé Paul (André Varennes) que pour son argent.

Ce sont les années 30 avec l’arrivée du cinéma parlant où sa prestance aristocratique et sa diction parfaite lui permettent de personnifier une galerie de personnages historiques citons : le Duc de Buckingham dans « Les trois mousquetaires » (1932) d’Henri Diamant-Berger; Le comte Symoff dans « Son altesse impériale « (1933) de Jean Bernard-Desrone ; le duc de Gandie, le frère de César et Lucrèce (Gabriel Gabrio et Edwige Feuillère) dans « Lucrèce Borgia » (1935) d’Abel Gance ; Le marquis des Esnards dans « Tout va très bien madame la marquise » (1936) avec Marguerite Moreno la marquise de Ploevic ; Le duc de Lestissac dans « Les petites alliées » (1936) de Jean Dréville avec Constant Rémy et Madeleine Renaud qui quitte sa famille bourgeoise pour vivre de ses charmes.

Dans une comédie de mœurs « Les demi-vierges » (1936) de Pierre Caron, Maud (Marie Bell) aime passionnément Julien de Subersaux, (Maurice Escande) un jeune élégant sans fortune celui-ci la déshonore et brise ainsi le bonheur auquel elle aspirait, de désespoir Julien se suicide. Dans « Liberté » (1937), Jean Kemm, relate une évocation romancée de la vie du célèbre sculpteur alsacien, Auguste Bartholdi interprété par Maurice Escandre créateur de la statut de Liberté placée à l'entrée du port de New York.


En 1937, il campe le seigneur d'un village du Midi dans « La Marseillaise » de Jean Renoir qui examine le quotidien de la Révolution Française de 1789 ; puis le noble marquis de Perelli, qui s’acoquine à des trafiquants d’armes dans « Café de Paris » (1938) d'Yves Mirande avec Jules Berry, Véra Korène et Julien Carette; un voleur de bijoux, dans la comédie policière « Paris-New York » (1939), d'Yves Mirande avec André Lefaur son complice et Michel Simon, le commissaire Boucheron qui veille sur un diamant célèbre; le comte de Neipperg, sauvé d’une condamnation à mort par Arletty qui tient le rôle titre de « Madame Sans-Gêne » (1941) de Roger Richebé.

Pour Abel Gance il campe Le marquis des Bruyères dans « Le capitaine Fracasse » avec Fernand Gravey dans le rôle titre ; et pour Jean-Paul Paulin dans une intrigue sentimentale, il est le Louis XIV dans « Echec au roi » (1943) avec Gabrielle Dorziat son épouse secrète, Odette Joyeux et Georges Marchal.

Toujours dans le même registre pour Robert Vernay, il interprète le prince de Condé dans « Le capitan » (1945) avec Pierre Renoir et Claude Génia ; puis le cardinal Louis de Rohan, dans « L’affaire du collier de la reine » (1945) de Marcel L'Herbier avec Marion Dorian la reine Marie-Antoinette, et la fourbe Viviane Romance; et dans un biopic historique de Sacha Guitry, « Le diable boiteux » (1948) il campe le prince de Mettrnich entouré d’une pléiade de vedettes.

Après « Coq en pâte » (1950) une comédie légère de Charles-Félix Tavano, où il campe un avocat célèbre, fiancé à Jacqueline Gauthier qui s'est mis en tête de rééduquer un clochard nommé l'Anguille (Frédéric Duvallès). Il retrouve Sacha Guitry pour son film historique « Napoléon » (1954) dans lequel il campe le roi Louis XV avec Raymond Pellegrin dans le rôle titre ; et aussi pour Guitry, le baron de Grimm dans « Si Paris nous était conté » (1955).

Dans les années 60, il ne tourne plus que deux films dont « Martin soldat »(1966) de Michel Deville où il joue son propre rôle celui d’un administrateur général de la Comédie-Française. Il termine sa carrière avec le rôle d’un metteur en scène dans une comédie dramatique « Le cinéma de papa » (1970) de et avec Claude Berri un juif qui rêve de devenir acteur.

Durant sa prolifique carrière jalonnée de personnages aristocratiques Maurice Escande montrait un jeu fort théâtral, ces expressions se prêtaient mal dans les registres sentimentaux ou mélodramatiques, il était beaucoup plus à l'aise dans des rôles en costumes d'époque.

Bien qu’homosexuel, Maurice Escande fut l’époux en 1920 de la grande tragédienne Mary Marquet pour à peine un an, ils joueront ensemble sur scène encore longtemps après leur séparation et resterons très amis.

Ce grand professionnel de la scène nommé doyen de la Société des Comédiens-Français en 1956, et administrateur général de la Comédie-Française de 1960 à 1970, s’est produit dans plus de 200 pièces de théâtre dont une quinzaine hors comédie Française, aussi metteur en scène, d’une dizaine de pièces avec une prédilection des œuvres du dramaturge Jean Racine.


Maurice Escande avec Jean Debucourt - Dans le film de 1933 : Le gendre de Monsieur Poirier.


Professeur, il a formé de nombreux comédiens, parmi lesquels : Marthe Mercadier, Dany Robin, Jean Chevrier, Georges Marchal, Serge Reggiani, Michel Bouquet, et bien d’autres encore.

Atteint d’un cancer au début des années 70, l’acteur s'éteint trois ans plus tard le 10 février 1973, il repose au cimetière de Montrouge dans le 16é arrondissement de Paris...

Source : Gary Richardson - Fait le 17 janvier 2022 par Philippe de CinéMémorial.


Filmographie

Maurice Escande et Daniele Darrieux


66 LONGS MÉTRAGES DÉTAILLÉS
________________________________

 

1970 - CINÉMA DE PAPA .LE

 

1966 - MARTIN SOLDAT

 

1964 - COMMENT ÉPOUSER UN PREMIER MINISTRE

 

1955 - SI PARIS NOUS ÉTAIT CONTÉ

 

1954 - NAPOLÉON

 

1954 - FILS DE CAROLINE CHÉRIE .LE

 

1953 - DES QUINTUPLÉS AU PENSIONNAT

 

1952 - DAME AUX CAMÉLIAS .LA

 

1951 - BURIDAN, HÉROS DE LA TOUR DE NESLE

 

1950 - ÉTRANGE MADAME X .L'

 

1950 - COQ EN PÂTE

 

1949 - MONSEIGNEUR

 

1949 - AMOUR ET COMPAGNIE

 

1948 - DIABLE BOITEUX .LE

 

1948 - D'HOMME À HOMMES

 

1947 - RENÉGATE .LA

 

1947 - HYMÉNÉE

 

1945 - PÈRE GORIOT .LE

 

1945 - ÉCHEC AU ROI

 

1945 - CAPITAN .LE

 

1945 - AFFAIRE DU COLLIER DE LA REINE .L'

 

1944 - FARANDOLE

 

1944 - BIFUR 3

 

1943 - VIE DE PLAISIR .LA

 

1942 - PATRICIA

 

1942 - FEMME QUE J'AI LE PLUS AIMÉE .LA

 

1942 - CAPITAINE FRACASSE .LE

 

1941 - MADAME SANS-GÊNE

 

1940 - DIAMANT NOIR

 

1940 - PARIS NEW-YORK

 

1939 - MOULIN ROUGE

 

1938 - CAFÉ DE PARIS

 

1938 - BELLE REVANCHE .LA

 

1937 - MESSAGER .LE

 

1937 - MARSEILLAISE .LA

 

1937 - LIBERTÉ

 

1937 - DANSEUSE ROUGE .LA

 

1937 - CINDERELLA

 

1936 - TOUT VA TRÈS BIEN, MADAME LA MARQUISE

 

1936 - SEPT HOMMES, UNE FEMME

 

1936 - GARÇONNE .LA

 

1936 - DEUX GOSSES .LES

 

1936 - DEUX GAMINES .LES

 

1936 - DEMI-VIERGES .LES

 

1936 - PETITES ALLIÉES .LES

 

1935 - LUCRÈCE BORGIA

 

1935 - JEUNES FILLES À MARIER

 

1935 - ÉPOUX SCANDALEUX .LES

 

1935 - DORA NELSON

 

1935 - DOMINO VERT .LE

 

1933 - SON ALTESSE IMPÉRIALE

 

1933 - GENDRE DE MONSIEUR POIRIER .LE

 

1932 - TROIS MOUSQUETAIRES .LES

 

1932 - EMBRASSEZ-MOI

 

1931 - CHANCE .LA

 

1925 - DAMNATION DE FAUST .LA

 

1924 - NANTAS

 

1924 - GENTLEMAN NEURASTHÉNIQUE .UN

 

1922 - MOLIÈRE, SA VIE, SON OEUVRE

 

1922 - FERME DU CHOQUART .LA

 

1921 - TROIS LYS .LES

 

1921 - MADEMOISELLE DE LA SEIGLIÈRE

 

1921 - FROMONT JEUNE ET RISLER AÎNÉ

 

1921 - ESSOR .L'

 

1921 - DEUX SOLDATS .LES

 

1918 - SIMONE

 

_______________________ FIN _____________________

 

commentaires (0)