LOUISE BROOKS

Vue 28359 fois

Profession:
Actrice américaine

Date et lieu de naissance:
14-11-1906, à Cherryvale, Kansas, États-Unis.

Date et lieu du décès:
08-08-1985, à Rochester, New York, États-Unis.

Cause du décès:
D'une crise cardiaque. Elle était âgée de 78 ans.

Nom de naissance:
Mary Louise Brooks. - Surnom : Lulu - Brooksie.

État civil:
Mariée en 1926 avec : A. EDWARD SUTHERLAND - divorcée le 20 juin 1928.

Mariée le 10 octobre 1933 avec : DEERING DAVIS - divorcée en 1938.

 

Liaisons probable avec : Humphrey Bogart, Charlie Chaplin, Greta Garbo, William S. Paley, Deering Davis

Taille:
(157 cm)

Commentaires: 1

Anecdotes

Ses parents sont très absents pendant sa vie. Ils lui donnent le goût des livres et de la musique (sa mère était une pianiste de talent), ils ne peuvent la protéger d'abus sexuels de la part d'un voisin. Cela aura une influence majeure sur sa vie et sa carrière, elle affirmera plus tard être incapable d'aimer vraiment.

Elle retourne vers l'Est et travaille pendant quelques années comme vendeuse dans un magasin Saks sur la 5ème Avenue à New York. Elle vit aux frais de divers hommes fortunés par la suite. Louise ayant toujours aimée l'alcool, elle y sombre bientôt dans l'alcolisme mais parvient à exorciser ses démons : c'est le début de sa seconde vie.

En 1982, elle sort de l'obscurité en publiant " Lulu in Hollywood " qui deviendra un best seller. Juste revanche de celle qui fut l'une des plus grandes stars du cinéma muet.

Sa coiffure unique et originale déclenche une nouvelle mode, et elle est bientôt imitée par de nombreuses femmes dans le monde entier.

Fait le 18 octobre 2008 par Philippe de CinéMémorial.

 

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

 

Hommage à LOUISE BROOKS

 

 

Source de la vidéo : ?? - Fait le 27 octobre 2013 par Philippe de CinéMémorial

 

 

 

 

Ses parents sont très absents pendant sa vie. Ils lui donnent le goût des livres et de la musique (sa mère était une pianiste de talent), ils ne peuvent la protéger d'abus sexuels de la part d'un voisin. Cela aura une influence majeure sur sa vie et sa carrière, elle affirmera plus tard être incapable d'aimer vraiment.

Louise Brooks a toujours été considérée comme l'une des plus belles femmes qui aient jamais paru sur un écran et elle propage encore aujourd'hui l'aura d'une folle passion. Âgée de quinze ans, cette fille de famille aisée devient danseuse dans le cours puis la troupe de la célèbre Ruth Saint Denis et de son partenaire Ted Shawn. Engagée dans les Scandales de Georges albite puis clans les Ziegfeld follies, elle signe en 1925 avec la Paramount un contrat de cinq ans, qu'elle résilie au bout de trois, après avoir tourné nombre de films où sa réserve se remarque : The American Venus (1926), It's the Old Army Game, Rolled Stockings (1927), Une fille dans chaque port de Howard Hawks, et surtout les Mendiants de la vie de William Wellman (1928). Les cheveux coupés, vêtue en homme, elle apparaît dans ce film, vêtue d'un travesti absolument inoubliable. Passionnée, donc déçue, elle croit s'être fourvoyée dans le cinéma. "Également inapte au mariage), comme elle le dit elle-même, elle divorce d'avec le réalisateur Eddie Sutherland en 1928 (comme elle se séparera de Deering Davis en 1934).

C'est alors que le réalisateur allemand G. W. Pabst la choisit pour incarner la Lulu de Wedekind clans Loulou (ou la Boîte de Pandore, 1929) et contre l'avis de la Paramount la fait venir en Allemagne. C'est le rôle qui désormais fixe définitivement l'image de Louise Brooks, franche incarnation de la sensualité, irradiante clarté de la féminité flapper, avec sa coiffure à la garçonne, ses dents étincelantes, ses lèvres fraîches, et l'extraordinaire luminosité de sa peau : Je suis une blonde aux cheveux noirs", affirme-t-elle. La mode 1925 immortalise ses décolletés à la fois audacieux et purs, l'ambiguïté de son buste plat lui prête un trouble serein. L'amoralité innocente du personnage trouve en elle la Mau définitive, miraculeuse, archétypique, projection d'une déconcertante bisexualité.

Immédiatement après Loulou, Pabst lui fait tourner le Journal d'une fille perdue, puis elle retourne aux États-Unis, où la Paramount par esprit de revanche double sa voix dans The Canary Merder Case (1929) et en France pour Prix de beauté (A. Genina, 1930). On la verra encore clans des filins de Frank Tuttle, Michael Curtiz, Robert Florey, George Sherman, ce jusqu'en 1938, où, retirée à Rochester , New York dans l'ombre de la cinémathèque Eastman Kodak, elle s'est mise à régner sur son propre souvenir, lisant Proust et Schopenhauer, peignant des toiles très chinoises, écrivant (sous prétexte de renoncer à ses Mémoires) des articles enjoués, perfides, pleins d'humour et d'une incroyable qualité littéraire.

Devenue un témoin irremplaçable et caustique de son époque, elle écrit sur Wellman, W. C. Fields, Marlene Dietrich, Bogart, Chaplin, Garbo et Lillian Gish, et disperse avec générosité une correspondance somptueuse. Mais elle fait mieux que nous livrer la chronique unique d'une star qui sait s'interroger (lire Louise Brooks par Louise Brooks, Paris, 1983), voire mettre en question son statut même d'image projetée et contester la puissance des grands studios qui la manipulèrent : elle parle pour toutes les femmes libres et indépendantes qui refusent l'état d'objet avec le charme et la beauté qui en sont la perverse rançon.

Le 8 août 1985, à Rochester, elle meurt d'une crise cardiaque. Pour l'éternité, elle laisse l'image d'une femme libre et irradiante de beauté. Louise brooks s'en va mais "Loulou" sera toujours vivante.