LUCIEN GALLAS

Vue 244 fois

Profession:
Acteur français.

Date et lieu de naissance:
23-03-1904, à Oullins, commune située dans la métropole de Lyon, France.

Date et lieu du décès:
26-05-1967, à Monaco, Principauté de Monaco.
Il est inhumé au cimetière de Monaco.

Cause du décès:
D’une crise cardiaque à l’âge de 63 ans.

Nom de naissance:
Jules Lucien Galas.

État civil:
Il fut pendant une dizaine d'années (1940-1950) le compagnon de : GINETTE LECLERC.

Taille:
?

Commentaires: 0

Anecdotes

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à LUCIEN GALLAS
Bande Annonce : L'Enfer des anges, 1939.

Ajout de la vidéo le 28 mai 2020 par Philippe de CinéMémorial

 

Peu d'informations circulent sur l'enfance et la jeunesse de Jules Lucien Galas devenu Gallas. Il est né le 23 mars 1904 à Oullins une commune française située dans la métropole de Lyon. Au début des années 30, il rejoint Paris et trouve rapidement un emploi au cinéma. Il va promener sa silhouette de jeune élégant, d’abord dans des petits rôles sans grand relief comme le jeune inventeur dans «Magie moderne» (1931) de Dimitri Buchowetzki ; le secrétaire dans «Vacances» (1931) de Robert Boudrioz avec Florelle ; un jeune amoureux prêt au mariage dans «La petite de Montparnasse» (1931) de Hanns Schwarz avec Grazia Del Rio.

Avec son regard profond et son allure de jeune rebelle, il lui faut attendre le milieu des années trente pour que ses rôles lui dessinent un personnage de jeune voyou cabochard. Dans un registre peu recommandable (d’ailleurs à ce titre il fut souvent comparé à Georges Flamant), il campe un vaurien et paresseux dans « Aux portes de Paris» (1934) de Charles Barrois avec Armand Bernard et Josette Day ; avec «Frères Corses» (1938) de Géo Kelber il est Jérôme un contrebandier aux cotés de Pierre Brasseur et Paul Azaïs ; En 1938 dans le mélodrame sur la mine «Grisou» de Maurice de Canonge, une coquette femme de mineur Madeleine Robinson surnommée La Loute méprise son mari, une gueule noire interprété par Aimos elle lui préfère Tony, Lucien Gallas un employé des bureaux de la mine ; il est Stavrotchek dans le drame colonial «Bar du Sud» (1938) de Henri Fescourt avec Jean Galland dit Le baron Arnold un trafiquant d’armes et Tania Fédor son épouse chargée de séduire Charles Vanel un officier de renseignements afin de l’éliminer mais elle tombe amoureuse de lui.

En 1938, il saisit l'occasion de jouer le bon garçon, dans le biopic «Thérèse Martin» de Maurice de Canonge, il campe le docteur Dartes, un médecin au grand cœur qui soigne sœur Thérèse de l’Enfant-Jésus atteinte de la tuberculose et qui décède à 24 ans, avec Irène Corday dans le rôle titre ; citons aussi dans le drame sur la misère, «L’enfer des anges» (1940) de Christian-Jaque , il se voit attribuer le rôle d’un bon samaritain, celui d’un chômeur qui va déployer toute son énergie pour aider des gosses de la rue à sortir de la misère.

Il donne la réplique à Tino Rossi dans «Fièvres» (1941) de Jean Delannoy et dans «Le chant de l’exilé» (1942) de André Hugon ; puis à Raimu dans le rôle titre «Le bienfaiteur» (1942) de Henri Decoin il est Bébert le complice de Raimu qui est en réalité le chef d'une bande de malfrats ; dans le mélodrame «Le Val d’Enfer» (1943) de Maurice Tourneur il campe le beau marinier l’amant de l’odieuse Marthe incarnée par Ginette Leclerc qui est mariée à Gabriel Gabrio , pour son infidélité elle perdra la vie sur un terrain miné.

Sous l'Occupation Lucien Gallas exploite avec Ginette Leclerc (épousé en 1930 et divorcé en 1939), le cabaret parisien Baccara-Club, ouvert à tous les acteurs de cinéma et de théâtre mais très vite il devient un repaire d'officiers allemands, à la libération ils furent inquiétés pour collaboration avec l’ennemi,. Lucien Gallas retrouve le chemin des studios qu' en 1948 et Ginette Leclerc fut condamnée à neuf mois de prison. Par la suite le mal étant fait, ses rôles sont moins marquants, citons toute fois «La femme à l’orchidée» (1951) de Raymond Leboursier, il campe le commissaire Renaudin qui avec détermination intègre une bande de trafiquants de drogue, pour tenter de mettre fin à leurs activités.

Retiré en 1954 après quelques films tournés en Italie, il devint selon certaine source le secrétaire privé du roi Farouk exilé en Italie et le resta jusqu’à la mort du souverain en 1965.

Lucien Gallas décède d’une crise cardiaque le 26 mai 1967 à l’âge de 63 ans Il est inhumé au cimetière de Monaco.

Source : Gary Richardson - Fait le 30 mai 2020 par Philippe de CinéMémorial.