JOANNE DRU

Vue 11924 fois

Profession:
Actrice américaine.

Date et lieu de naissance:
31-01-1922, à Logan, Virginie-Occidentale, États-Unis.

Date et lieu du décès:
10-09-1996, à Beverly Hills, Californie, États-Unis.
Ses cendres furent dispersées dans l'Océan Pacifique.

Cause du décès:
D'un cancer du sein à l'âge de 74 ans.

Nom de naissance:
Joanne Letitia LaCock.

État civil:
Au cours de sa vie, elle s’est mariée à 4 reprises et maman de 3 enfants :

Mariée le 21 septembre 1941 avec l'acteur : DICK HAYMES (1918-1980). - Divorcée le 28 juin 1949.
Ils eurent trois enfants : Richard, Helen et Barbara.

Mariée le 07 août 1949 avec l'acteur : JOHN IRELAND (1914-1992) - Divorcée le 16 mai 1957.

Mariée le 16 mars 1963 avec : GEORGE RODGERS PIEROSE. - Jusqu'au décès de George le 05 janvier 1972.

Mariée en décembre 1972 avec un homme d'affaires : C. V. WOOD, Jr. (1920-1992) - Jusqu'au décès de C.V. Wood Jr. le 14 mars 1992.

Taille:
(170 cm)

Commentaires: 0

Anecdotes


photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à JOANNE DRU.

Source : Movie Legends - Ajout de la vidéo le 29 août 2017 par Philippe de CinéMémorial.

 

Joanne Dru est née Joanne Letitia LaCock le 31 janvier 1922 dans la ville de Logan en Virginie-Occidentale aux Etats-Unis. Fille ainée de Ralph Henry LaCock un pharmacien et de son épouse Imogene (née Frampton), Son frère Peter Marshall, acteur, chanteur et animateur du jeu télévisé « Hollywood Squares », invita souvent sa sœur dans son émission dans les années 1960 et 1970.


John Wayne, John Agar, Joanne Dru - Dans le film de 1949 : La Charge hHéroïque


Après le suicide de son père, à 18 ans, Joanne quitte le domicile familial pour s'installer à New York pour aider financièrement sa maman devenue veuve. Très vite, la belle brune aux yeux noisette et au merveilleux sourire, trouve un emploi de mannequin de mode sous le nom de Joanne Marshall dans la célèbre agence de John Powers. Mais la jeune fille n’a qu’un rêve, devenir comédienne.

Pendant la Seconde Guerre mondiale Joanne fut une des pin-ups préférées des GI, bien que Betty Grable fût la chef de file incontestée dans ce domaine.

Cette notoriété l’amène à débuter à Broadway comme show girl dans « Hold on to your Hats » un spectacle d'Al Jolson. Al, lui fit connaître la troupe de Monte Proser, « the Samba Sirens » avec laquelle elle se produit dans plusieurs théâtre new yorkais, Dans cette troupe brille un certain Dick Haymes, Joanne tombe amoureux de ce beau baryton d'origine argentine, un coup de foudre qui se conclut par un mariage en 1941, et qui a donné naissance à trois enfants, un fils et deux filles, mais leur union prit fin en 1949.


Tony Curtis et Joanne Dru - Dans le film de 1953 : 1953 : Double Filature.


D’une beauté éthérée alliée à son charme et à son élégance, elle est remarquée sur scène par le réalisateur /producteur Howard Hawks qui l’engage dans une comédie romantique « La rose irlandaise d'Abie » (1946) réalisé par A. Edward Sutherland, dans lequel, elle incarne une jeune catholique irlandaise amoureuse d'un soldat Juif américain (Michael Chekhov).

Une première tentative qui s’avère être un échec commercial, mais, Howard Hawks, qui croit en elle lui offre le premier rôle féminin dans son prochain western « La rivière rouge » (1947), elle joue une femme de pionnier, la fougueuse Tess Millay opposée à John Wayne, un tyrannique éleveur de bétail, la scène d’amour entre Joanne Dru et le jeune débutant Montgomery Clift (qui joue le fils adoptif de Wayne) est très osée pour l’époque.

Dans le puissant drame politique aux trois Oscars de Robert Rossen « Les fous du roi » (1949) elle campe une jeune fille respectable soumise au chantage pour devenir la maîtresse de Willie Stark, (Broderick Crawford) un politicien corrompu et fasciste, avec Mercedes McCambridge, et John Ireland qui deviendra son deuxième mari en 1949.

Cette piquante brunette sera la délicieuse héroïne de « La charge héroïque » (1949) de John Ford, où elle déploie une coquetterie et un humour qui donnent du piquant à son personnage, elle arbore un ruban jaune signifiant, dans la tradition de la cavalerie américaine, que son cœur est pris, avec John Agar, Harry Carey et John Wayne qui à la veille de sa retraite doit faire face à un soulèvement d'une tribu indienne.

Elle est irrésistible en fille de saloon éméchée dans « Le convoi des braves » (1951) de John Ford, où Ben Johnson mène un groupe de Mormons au Nouveau-Mexique avec Harry Carey et Ward Bond. Dans le biopic « La fierté de Saint-Louis » (1952) de Harmon Joness, Joanne Dru joue l’épouse du célèbre joueur américain de baseball Dizzy Dean incarné par Dan Dailey avec Richard Crenna dans le rôle de son frère.

Une comédie romantique « Sans maman » (1952) de Robert Parrish, Dan (Richard Widmark) inscrit son fils Gus (Georges Winslow) dans une école où Lydia (Joanne Dru) est enseignante, l'influence de Lydia fait des merveilles sur Gus, mais aussi sur Dan, qui tombe amoureux d'elle.

Joanne Dru ne se limite pas aux comédies ou aux westerns, elle fréquente aussi les films noirs, comme dans le thriller « Double filature » (1953) de Rudolpe Maté, Christine Laurens (Joanne Dru) s'est réfugiée à Macao, par crainte du gangster Pembleton qu'elle peut faire emprisonner par son témoignage, Eddie Barrow,(Tony Curtis) un petit gangster sans envergure, est envoyé à Macao par son patron un chef de gang de Philadelphie pour la supprimer mais quand il la retrouve, Eddie s'aperçoit qu'ils sont devenus tous les deux la cible d’un tueur à gages.


Joanne Dru et Alan Ladd - Dans le film de 1955 : La Colère Noire.


Walter Doniger réalise un film sur le milieu carcéral « Duffy of San Quentin » (1954), dans le rôle titre Paul Kelly ancien prisonnier est devenu directeur de la prison de San Quentin, il a pour but de balayer la corruption et la violence et d’embaucher une infirmière (Joanne Dru) mais il se heurte à un détenu instable (Louis Hayward) qui planifie une évasion.

Elle revient au western avec « Le siège de la rivière rouge » (1954) de Rudolph Maté, en pleine guerre de Sécession, deux sudistes infiltrent les lignes des nordistes et s'empare de la mitrailleuse Gatling alors qu'ils traversent le pays pour livrer leur butin, ils viennent au secours de Nora (Joanne Dru) une infirmière yankee l'un deux Van Johnson tombe amoureux de la belle Nora.

En 1955, Henry Levin signe une adaptation libre d’un épisode médiéval « L’armure noire », en France, pendant la Guerre de 100 ans, installé en Aquitaine, le Prince Edouard (Errol Flynn) dit le prince noir gouverne la région, pour défier la domination anglaise sur la France et les chasser de leurs terres, le Comte de Ville, fait enlever Lady Joan Holland (Joanne Dru) l'amie d'enfance du Prince Edouard, le Prince Noir décide de la sauver, ainsi que ses enfants.

Elle est l’épouse d’Alan Ladd dans « Colère noire » en 1956 ou accusé à tort d'un meurtre qu'il na pas commis, après cinq ans de prison, aigri par un désir de vengeance, il malmène quelque peu la pauvre Joanne Dru, il va découvrir que les vrais responsables sont des hommes de mains d’un parrain de la mafia, Victor Amato, (Edward G. Robinson) et va régler ses comptes.

Fin des années 50, la mode des westerns commence à s’essouffler tout comme sa carrière, dès lors l'actrice se tourne essentiellement vers le petit écran jusqu’en 1975 avec quelques belles performances dans « Wagon Train » (1960) ; « Guestward Ho » (1960-61) ; « Playhouse 90 » (1957) ; « The Governor & JJ » (1970) et « The Smith Family » (1971). En 1980 elle tourne un dernier film « Un drôle de flic » de Sergio Corbucci dans lequel elle y interprète Rosy Labouche, une star de cinéma aux cotés de Terence Hill et Ernest Borgnine.


Montgomery Clift et Joanne Dru - Dans le film de 1948 : La Rivière Rouge.


Une vie sentimentale jalonnée de quatre mariages dont : sept années de vie commune avec John Ireland, ponctuées d’euphories , de discordes, de tromperie, de drogue, de dettes et de violences qui se termine par un difficile divorce en 1957. En 1963 elle épouse l’entrepreneur George Rodgers Pierose, après son décès le 5 janvier 1972 onze mois plus tard en décembre 1972, elle convole en quatrième noce avec un homme d'affaires C. V. Wood Jr. même échec ils divorcent en mars 1992. Joanne Dru est décédée le 10 septembre 1996, à l'âge de 74 ans, des suites d'une affection respiratoire. Incinérée ses cendres ont été déversés dans l'Océan Pacifique…

Source : Gary Richardson - Fait le 05 février 2022 par Philippe de CinéMémorial.

Son empreinte d'immortalité repose au Walk of Fame, au numéro 1708 sur Vine Street.