JEAN-LOUIS BARRAULT

Vue 6895 fois

Profession:
Acteur, mime et homme de théâtre français.

Date et lieu de naissance:
08-09-1910, à Le Vésinet, Yvelines, France.

Date et lieu du décès:
22-01-1994, à Paris, France.
Inhumé au cimetière de Passy à Paris.

Cause du décès:
Crise cardiaque à l'âge de 83 ans.

Nom de naissance:
Jean-Louis Bernard Barrault.

État civil:
Marié le 13 juin 1940 avec l'actrice : MADELEINE RENAUD
Jusqu'à la mort de Jean-Louis le 22 janvier 1994.

Taille:
?

Commentaires: 1

Anecdotes

D'abord élève de Charles Dullin, il est acteur de sa troupe de 1933 à 1935.

À 25 ans, sa rencontre avec Etienne Decroux le fait se passionner pour le mime.

De 1940 à 1946, pensionnaire à la Comédie-Française, il met en scène Le soulier de satin, et Phèdre, deux pièces qui assureront sa célébrité.

Au cinéma, son interprétation de Baptiste dans Les enfants du Paradis (1944) popularise son génie du mime.

En 1946 il fonde la compagnie Renaud-Barrault et s'installe pour dix ans au théâtre Marigny.

Directeur du Théâtre de l'Odéon de 1959 à 1968, il y installe un répertoire, joué en alternance, une troupe, et crée ses contemporains : Ionesco (Rhinocéros en 1960), Beckett (Oh les beaux jours, 1963, mis en scène par Roger Blin), Genet (Les paravents, 1966, toujours par Blin), Marguerite Duras (Des journées entières dans les arbres, 1965).

De 1966 à 1968, Barrault est également responsable du Théâtre des Nations, et fait venir Peter Brook, le Living Theatre,... Chassé de l'Odéon par les évènements de 1968 (il a ouvert le théâtre aux étudiants qui l'occuperont plus d'un mois), il s'installe en 1972 dans un théâtre mobile, gare d'Orsay. Ce théâtre est déménagé en 1981 au théâtre du Rond-Point. Il y monte Ainsi parlait Zarathoustra, d'après Nietzsche, Zadig,... La compagnie se fait connaître par de nombreuses tournées.

Le théâtre de Jean-Louis Barrault est une offrande de vie au spectateur. La vie s'exprime d'abord par le langage du corps, qu'il a découvert grâce au mime. Barrault se veut le disciple d' Antonin Artaud. Mais la prééminence de l'acteur ne l'empêche pas de s'essayer à tous les genres théâtraux, ni à tous les auteurs, quitte à ce que son répertoire tourne parfois à l'éclectisme. J.L. Barrault a indéniablement contribué à faire connaître au grand public le théâtre de Claudel.

 

EN 1931, DULLIN DISAIT DE LUI :

 

"Barrault menait la vie dure, la vie dure dont les jeunes acteurs qui veulent apprendre leur métier sont bien obligés de s'accommoder. Souvent, je l'ai vu, le soir, quand tout le monde est parti, s'entraîner, sur la scène, dons la demi-obscurité, à de durs exercices physiques ou je l'ai entendu hurler des tirades échevelées dons la loge où il s'habillait et où il a plusieurs fois, faute de domicile, couché..."

RÉFLEXIONS SUR LE THÉÂTRE, 1949 DE JEAN-LOUIS BARRAULT :

 

"Le Théâtre ne se contente pas de traduire sur la scène des caractères qui sont doubles, mais il est en lui-même un jeu double. L'être humain qu'il fait vivre sur la scène est on ne peut plus double. La double position de cet être humain porte chacune un nom : la première, celle qui est palpable, réelle, d'une présence visible, se nomme : le Personnage. La seconde, celle qui se dissimule dans cette carcasse osseuse et se révèle le moins possible, se nomme : l'Acteur... Pour que la crédibilité soit parfaite, il est indispensable que le personnage soit sincère ; mais il n'est pas obligatoire que l'acteur, à l'intérieur, le soit... Le problème du comédien revient donc à acquérir le contrôle d'une sincérité. Et ce n'est pas un paradoxe puisque l'homme est double. C'est peut-être une gageure "

 

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

 

Fils d'un pharmacien d'origine bourguignonne, Jean-Louis Barrault a la chance d'avoir une mère que le théâtre a toujours tentée, un oncle très au fait des grands courants de la peinture contemporaine et un grand-oncle, chef de famille à la mort prématurée du père, qui lui coupe les vivres lorsqu'il ne cache plus son désir de devenir artiste : " Je désirais le théâtre comme un péché. "

Sous les signes conjugués de Dada, du surréalisme, de Copeau et des quatre mousquetaires du Cartel, Jean-Louis abandonne ses maigres fonctions de " pion " au lycée Chaptal et ses apprentissages à l'École du Louvre. Janvier 1931: " Vous savez que vous allez crever de faim ? " prévient Charles Dullin. Non seulement il le sait, mais il le veut. Accepté gratuitement aux cours de l'Atelier, il y vit pratiquement vingt-quatre heures sur vingt-quatre, s'entraînant à la vie dure. Une nuit où, faute de mieux, il couche dans le lit de Volpone, il ressent que " tout le problème du théâtre est de faire vibrer le silence ". Il apprend beaucoup avec le mime Étienne Decroux qui cherche des adeptes : il découvre " ce monde infini des muscles du corps humain ". Quatre ans après, il monte Autour d'une mère (4 juin 1935), d'après Faulkner. Reconnu par le Tout-Paris de l'avant-garde, Barrault va fonder sa propre compagnie, tandis que les metteurs en scène de cinéma vont utiliser ce physique et ces dons peu courants. Le premier est Marc Allégret, grand dénicheur de talents, pour Les Beaux jours (1935).

Le magazine Pour vous décrit ainsi le jeune Barrault : " Un front haut, cérébral, des traits sculptés en profondeur, des cheveux en révolte et je ne sais quelle ténébreuse ardeur dans les yeux. À l'intérieur, une intelligence qui s'analyse sans cesse, une volonté tendue vers la création d'art dont il a fait le but de sa vie. " L'un des seize films tournés alors en quatre ans, signé Jean-Bernard Lévy et Marie Epstein, est, en 1936, Hélène, et cette Hélène est Madeleine Renaud : " Baisers parmi les fleurs des champs du Dauphiné, alors que la caméra était arrêtée depuis longtemps... "

Madeleine et Jean-Louis ensemble

 

commentaires (1)

burgyGwenaëlle

11-06-2011 20:54:25

Jean-Louis Barrault, de là ou tu es c'est la pentecôte et je deviens ton disciple, je sais que tu me prépare une révolution surréaliste, que Dieu me conduise dans tes voies car je ne suis pas parce que tu es. L' ange Blanc