HUGUETTE OLIGNY

Vue 6460 fois

Profession:
Actrice et dame de théâtre québécois.

Date et lieu de naissance:
31-01-1922, à Montréal, Québec, Canada.

Date et lieu du décès:
09-05-2013, à Montréal, Québec, Canada.

Cause du décès:
De mort naturelle à l'âge de 91 ans.

Nom de naissance:
Huguette Oligny.

État civil:
Marié le 07 février 1953 avec : MARCEL ALEXANDRE.
Divorcée dans les années 60. Ils eurent trois enfants : Jean, Huguette et Anne.

Mariée le 24 janvier 1973 avec : GRATIEN GÉLINAS - Jusqu'au décès de Gratien le 16 mars 1999.

Taille:
?

Commentaires: 0

Anecdotes

Son père est soldat du 22e régiment, campé en France lors de la Première Guerre mondiale, il y rencontre une Champenoise, Odette Bernot, avec laquelle il se marie à Troyes en 1918. Le couple aura eu trois enfants, dont la seconde est Huguette, née à Montréal peu de temps après que la famille s'y soit installée. Le couple se sépare en 1931.

Son beau-fils, Pascal Gélinas, venait tout juste de réaliser un documentaire sur sa vie, intitulé Huguette Oligny, le goût de vivre.

C'est en 1939 que Huguette fait ses débuts au théâtre.

 

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à HUGUETTE OLIGNY.

Avec un extrait de son dernier documentaire : Huguette Oligny, le goût de vivre.

 

 

Source de la vidéo : Radio-canada.ca -- Ajout de la vidéo le 15 mai 2013 par Philippe de CinéMémorial

 

 

 

Grande comédienne, Huguette Oligny était dotée d'une mémoire phénoménale qui faisait l'envie de ses camarades de scène. Dès l'âge de trois ans, elle connaissait des fables de La Fontaine sur le bout des doigts, elle s'en souvenait encore à la fin de sa vie.

Née à Montréal en 1922, Huguette Oligny était la fille d'Odette Oligny qui était journaliste aux pages artistiques de La Presse, avant de passer au journal Le Canada. La jeune Huguette suivra un temps les traces de sa mère et signera des articles dans la Revue moderne, l'ancêtre de Châtelaine. Sa mère l'emmène voir des spectacles qui la font rêver. Mais ce qui la passionne vraiment, c'est le théâtre.

C'est en 1943 qu'elle montera pour la première fois sur les planches, au Théâtre de l'Arcade dans Le Voyage de Bernstein. Elle multipliera les rôles dans ce théâtre très conventionnel dans lequel elle avait pourtant l'impression de ne pas évoluer. Aux boulevards et ses éternels ménages à trois, elle rêve de jouer du Tchekov, du Lorca, du Molière. L'arrivée du génial metteur en scène Pierre Dagenais à la tête de la troupe de l'Équipe, viendra combler ce besoin. C'est ce même Pierre Dagenais qui lui donnera sa première chance à la radio dans une pièce de Françoise Loranger.

Les plus beaux rôles féminins

La comédienne rejoindra ensuite la troupe des Compagnons de Saint-Laurent du Père Legault qui, en dépit d'un répertoire un peu « catho », lui permettait d'approfondir les rôles. Entretemps, et pour une seule fois dans sa vie, elle fera du neuf à cinq comme vendeuse au grand magasin à rayons Dupuis Frères. Elle profitait de sa pause du dîner pour aller enregistrer des émissions à la radio. Ses retards répétés les après-midis auront raison de la patience de son patron qui la somme alors de faire son choix de carrière. Et quelle carrière ! Durant plus de soixante ans, elle aura cumulé les plus beaux rôles qui puissent être offerts à une comédienne ! Tour à tour elle sera Célimène, Elvire, Dona Honoria, Tomette, Marguerite, etc.

Si elle a brillamment joué les classiques de la langue française, elle se verra endosser de beaux rôles dans des pièces écrites par Yves Thériault, Marcel Dubé, Michel Tremblay et Normand Chaurette. Elle estimait par contre que la communauté culturelle du Québec avait trop tendance à se replier sur elle-même. C'est pourquoi, à l'aube de sa carrière, elle se mettra à l'étude de l'anglais. D'abord trois ans de cours à Montréal même, puis un an de stage à New York. La facilité qui en résultera de pouvoir jouer dans la langue de Shakespeare lui offrira des opportunités tant au Canada anglais qu'aux États-Unis. La pétillante comédienne avouait volontiers avoir été gâtée dans ce métier si difficile pour d'autres. Non seulement n'a-t-elle jamais manqué de travail, mais fait encore plus rare, elle n'a jamais eu à solliciter de rôles.

Unie à Gratien Gélinas

Sur un plan personnel, Huguette Oligny divorcera pour épouser le père du théâtre québécois, Gratien Gélinas, qui était veuf. Les deux se connaissaient depuis leur jeunesse, mais avaient convolé chacun de leur côté avant de se retrouver pour de bon. Ils formeront à la ville, comme sur les planches, un des couples les plus unis du milieu artistique. En 1986, ils feront un tandem du tonnerre dans la pièce de Gélinas Narcisse Mondoux, qui sera jouée pas moins de 600 fois et jusqu'à Broadway. Une pièce dont l'argument n'est pas sans lien avec leur vie réelle. Dans les années quatre-vingt-dix, le caractère ombrageux de Gélinas pèse sur la relation avec sa conjointe qui décide de se séparer. « L'amour c'est tout. S'il n'y a pas d'amour dans votre vie personnelle, dans votre entourage, que vous n'aimez pas votre conjoint, c'est l'enfer », confiera-t-elle.

En 2001, Huguette Oligny, âgée de soixante-dix-sept ans, éblouira le public dans une pièce en solo La dame de cent ans de Françoise Loranger. L'histoire d'une centenaire qui raconte au public sa plus belle histoire d'amour, demeurée secrète pendant soixante-dix ans. À peu près à la même époque, elle en étonnera plus d'un lors de son passage à l'émission radiophonique Au cabaret des refrains, consacrée aux chansons de Juliette Gréco. Elle fera une interprétation mémorable de Déshabillez-moi.

Pour cette artiste d'exception qui aura brillé à la radio, au théâtre, à la télévision et au cinéma, il n'aura jamais était question de retraite. « Les gens qui pensent à leur retraite, c'est parce qu'ils sont tannés de ce qu'ils font. » Elle laisse dans le deuil l'ensemble des artistes et son public admiratif.

 

Source : http://www.lapresse.ca -- Fait le 15 mai 2013 par Philippe de CinéMémorial.

 

SES RÉCOMPENSES :

 

1999 : Officière de l'Ordre national du Québec.

1998 - Prix Gémeau - Meilleure interprétation féminine dans un rôle de soutien : Académie canadienne du cinéma et de la télévision, Canada.

1996 : Compagnon de l'Ordre du Canada.

1984 : Officière de l'Ordre du Canada.

 

Filmographie

 

11 LONGS MÉTRAGES DÉTAILLÉS
_________________________________

 

2006 - CAPTURE .LA

 

2005 - AURORE

 

2005 - IDOLE INSTANTANÉE

 

2004 - PREMIER JUILLET

 

2002 - BOOK OF EVE .THE

 

1999 - GRAND SERPENT DU MONDE .LE

 

1976 - SOLEIL SE LÈVE EN RETARD .LE

 

1975 - POUSSE MAIS POUSSE ÉGAL

 

1973 - KAMOURASKA

 

1963 - AMANITA PESTILENS

 

1950 - LUMIÈRES DE MA VILLE .LES

 

17 PARTICIPATIONS POUR LA TÉLÉVISION
____________________________________________

 

2006 - PURE LAINE
Série TV

 

2005 - LOUISE
Téléfilm

 

2003 - AVENTURES TUMULTUEUSES DE JACK CARTER .LES
Série TV

 

1998 - RÉSEAUX
Série TV

 

1997 - SOUS LE SIGNE DU LION
Série TV

 

1997 - MASQUE .LE
Série TV

 

1993 - MARIA DES EAUX-VIVES
Téléfilm

 

1990 - CORMORAN
Série TV

 

1989 - FRIDAY THE 13TH
Série TV

 

1988 - BELLE RIVE
Série TV

 

1987 - BONJOUR DOCTEUR
Série TV

 

1986 - OR DU TEMPS .L'
Série TV

 

1982 - MÉTRO-BOULOT-DODO
Série TV

 

1978 - CLAN BEAULIEU .LE
Série TV

 

1977 - DUPLESSIS
Téléfilm

 

1976 - ANGLAIS SONT ARRIVÉS .LES
Série TV

 

1972 - DEMOISELLE D'AVIGNON .LA
Série TV

 

4 COURTS MÉTRAGES et 1 DOCUMENTAIRE
____________________________________________

2013 - HUGUETTE OLIGNY, LE GOÛT DE VIVRE
documentaire biographique de Pascal Gélinas

 

2007 - SUPER PHOENIX
Court métrage de 24 minutes de Sylvie Rosenthal

 

2003 - NUTS
Court métrage de 05 minutes de Berge Kasparian

 

1997 - PENDANT CE TEMPS
Court métrage de 13 minutes de Ghyslaine Côté

 

1955 - AVOCAT DE LA DÉFENSE .L'
Court métrage de 19 minutes de Roger Blais

 

 

_______________________FIN_____________________

commentaires (0)