HENRI GARAT

Vue 6113 fois

Profession:
Artiste lyrique français.

Date et lieu de naissance:
03-04-1902, à Paris dans le 17è, France.

Date et lieu du décès:
13-08-1959, à l'hôpital d'Hyères, Var, France.

Cause du décès:
D'une crise cardiaque à l'âge de 57 ans.

Nom de naissance:
Émile Henri Camille Garassu.

État civil:
Marié au environs de 1932 avec : BETTY ROWE.

Marié avec la : COMTESSE MARIE TCHERNYCHEFF.

Marié a une infirmière suisse prénommée : JACQUELINE MARGUERITE NIGON.

Marié en quatrième noces avec : ANNE ÉLISABETH LUGIMBUHL.
Ils eurent un fils, né au environs des années 50.

Taille:
?

Commentaires: 1

Anecdotes

Fils d'Édouard Charles Garassu et de Césarine Paola Lévy.

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Il s'est cru toute sa vie un prince charmant et n'a pas vu l'existence contredire les paroles de ses chansons.

Des parents artistes facilitent l'accès au théâtre de Garat, de son vrai nom Émile Henri Garassu. Il joue du Bernstein, du Guitry. Après son service militaire, il penche vers le music-hall. En 1924, grâce à Florelle, il passe au Moulin-Rouge. En 1929, il fait partie de la troupe de Mistinguett, dans Paris Miss, au Casino, et pour deux tableaux: Les Amours célèbres (Don Juan) et Ça, c'est l'amour (un forçat). 1929 est aussi l'année du départ de Chevalier pour Hollywood. De cette place à prendre, Garat profite, assez peu dans les grâces de la Miss, davantage devant les caméras. C'est d'abord la version française du Chemin du Paradis, de Wilhelm Thiele, en 1930, puis, en 1931, celle du Congrès s'amuse, d'Ertch Charell.

Henri Garat triomphe dans le spectacle fredonné, transmettant ses refrains comme un credo de l'optimisme du samedi soir: "Tout est permis quand on rêve", "Avoir un bon copain " ... Il signe plus de contrats qu'il n'en peut honorer, doit à ses producteurs une moyenne de cinq films par ans Citons : en 1931, Princesse, à vos ordres, de Hans Schwarz, et Il est charmant, de Louis Mercanton ; en 1932, Un soir de réveillon, de Karl Anton, et Un rêve blond, de Paul Martin. Il est appelé à son tour à Hollywood, en 1933, mais, dans Adorable, de William Dieterle, il ne fait pas le poids. Les retrouvailles avec la France ne lui rapportent que des productions médiocres, sauf, en 1935, Valse royale, de Grémillon, et, en 1936, Un mauvais garçon, de Jean Boyer, avec Danielle Darrieux.

La suite de sa carrière est désolante. En 1942, son quarante et unième et dernier film, signé Paul Mesnier, a pour titre Fou d'amour. Il accumule les désastres dans sa vie privée: divorces, accidents, drogue, condamnations pour vol ou fraude, faillites, dettes et c'est la déchéance, malgré des essais pour revenir au tour de chant et une tournée sous le chapiteau du cirque Francki. Il meurt, à l'hôpital d'Hyères, dans la salle commune. "Amusez-vous, comme des fous, la vie est si courte après tout..."

Le cap du crépuscule

Nettement moins racé que Chevalier, Garat est plus proche de la clientèle fervente d'opérettes telles que ce Congrès s'amuse où, amoureux de la bouquetière Lilian Harvey, il est le tsar, incognito. Jeanson lui décerne ce surnom: " le Tsar du Kremlin-Bicêtre ". Certes, il n'a pas la beauté confondante d'un Alexandre de Russie mais plutôt celle qu'à l'époque on attribuait aux garçons coiffeurs. Son image de "joli cœur" se démodant d'année en année, il n'a pas su la rejeter, en admettant qu'il ait été capable de passer le cap du changement d'emploi.

Homme à fans

On embrassait les pneus d'une de ses voitures, une Hispano douze cylindres, on mettait aux enchères ses baisers. Après Lilian Harvey, il épousa une milliardaire, puis une princesse. Garat doit aux femmes une grande part de sa célébrité, que son talent très moyen ne justifiait pas. L'effet boomerang

Le refrain - que, jadis, on eût appelé une "scie" -- "Amusez-vous, foutez-vous d'tout" était le succès de l'opérette Florestan 1 er"', signée Willemetz et Sacha Guitry, qu'il avait créée en 1933.

 

Source : André Sallée "Les Acteurs Français". - Fait le 10 novembre 2010 par Philippe de CinéMémorial.

 

commentaires (1)

NIGON LARUT Pascale

20-12-2010 15:43:47

Ma mère n'a jamais été suisse mais française. Merci d'en prendre note. Je pourrais vous communiquer copie de son livret de famille mentionnant son divorce d'avec Henri GARAT. Très cordialement www.gehygeo.fr