GILLES LATULIPPE

Vue 3676 fois

Profession:
Humoriste, Comédien de théâtre, Acteur de cinéma et de télévision.

Date et lieu de naissance:
31-08-1937, à Montréal, Québec, Canada.

Date et lieu du décès:
23-09-2014, à Montréal, Québec, Canada.

Cause du décès:
D’un cancer du poumon (causé par l'amiantose) à l'âge de 77 ans.

Nom de naissance:
Gilles Latulippe.

État civil:
En amour depuis 50 ans avec : SUZANNE GAGNON.
Ils eurent un fils : Olivier Latulippe.

Taille:
?

Commentaires: 1

Anecdotes

Fils de Blanche Fournier et d'Eugène Latulippe.

Gilles Latulippe commence sa carrière professionnelle en 1959 en créant le rôle du célèbre frère Nolasque dans la comédie dramatique « Bousille et les Justes » de Gratien Gélinas.

Madame Latulippe avec Olivier Latulippe.

 

Il a perpétué la tradition du burlesque en transformant le théâtre Dominion et ouvrant en lieu et place le Théâtre des Variétés en septembre 1967, une salle de spectacle très fréquentée à Montréal. Il en a assuré la direction pendant 33 ans jusqu'à sa fermeture en 2000 après plus de 7 000 représentations.

Le premier avril 2009, Gilles Latulippe a célébré ses 50 ans de carrière.

Le Théâtre des Variétés a fait place à une salle de spectacles, nommée La Tulipe, en l'honneur de Gilles Latulippe, et diffusant des concerts rock, de la chanson francophone ainsi que des soirées dansantes.

À l'été 2014, il joue pour le 20e été consécutif à Drummondville. Plus de 840 représentations et 456 000 spectateurs les 19 premières années. Le Festival Juste Pour Rire lui rend un hommage mérité le 21 juillet 2014.

Le 23 septembre 2014, Gilles Latulippe meurt des suites d'un cancer du poumon causé par l'amiantose et diagnostiqué trois ans auparavant. Deux jours avant son hospitalisation, il jouait encore sur scène à Drummondville et seuls ses proches savaient qu'il était très malade.
Source : Wikipédia

 

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à GILLES LATULIPPE.

Avec un extrait de : Sexe Shop

Ajout de la vidéo le 25 septembre 2014 par Philippe de CinéMémorial

 

 

 

MONTRÉAL – Le Québec vient de perdre l’un de ses plus illustres comiques et l’une des grandes figures du burlesque: Gilles Latulippe est décédé mardi à l’âge de 77 ans.

Le Centre universitaire de santé McGill a précisé qu’il était mort d’un cancer du poumon pour lequel il était soigné depuis quelques années, dans une grande discrétion. M. Latulippe avait été admis le 22 août dernier à l’hôpital pour soigner une pneumonie.

Il y a deux mois à peine, le Festival Juste pour rire rendait hommage à ce grand de l’humour québécois pour ses 55 ans de carrière, en sa présence, à la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des arts, à Montréal. Il était aussi en vedette encore il y a quelques mois à son théâtre d’été, à Drummondville, dans une pièce bien de son cru, «Salut Cocu», mais il avait dû écourter la saison à cause de cette pneumonie.

La carrière de Gilles Latulippe a été marquée par de nombreux succès à la télévision et au théâtre. En parallèle, il a dirigé pendant 33 ans «son» Théâtre des Variétés qui, en 2004, a été rebaptisé «La Tulipe» en son honneur.

 

En compagnie de Claude Blanchard.

 

Gilles Latulippe avait la comédie dans le sang. Très jeune, il développe un intérêt pour les blagues et réalise rapidement que son avenir ne se trouve pas à la quincaillerie familiale.

Vers le milieu des années 1950, il commence à travailler comme messager à la discothèque de Radio-Canada, où il fera la rencontre d’un autre homme qui marquera l’humour québécois: Yvon Deschamps. C’est à la suggestion de Deschamps que Gilles Latulippe commence à suivre des cours de théâtre à Montréal chez l’acteur français François Rozet, un apprentissage qu’il poursuit pendant deux ans.

Yvon Deschamps lui présente aussi Paul Buissonneau, qui oeuvre alors à la Roulotte, théâtre ambulant pour enfants du service des loisirs et des parcs de la Ville de Montréal. Le metteur en scène lui donnera ses premiers rôles, notamment dans la pièce «La bande à Bonneau». C’est cette performance qui convaincra Gratien Gélinas en 1959 de lui proposer le rôle du frère Nolasque dans sa deuxième pièce, «Bousille et les Justes».

Mais Gilles Latulippe ne se sent pas très à l’aise dans le drame et la tragédie, même en y jouant un personnage caricatural comme le frère Nolasque. «La vie est trop courte pour regarder des drames», dira-t-il plus tard. Et dans les années 1960, au moment où le travail se fait plus rare pour un comique, il décide de «créer son emploi» en entamant une tournée des cabarets avec un ami comédien, Robert Desroches.

Télé-Métropole (aujourd’hui TVA) viendra ensuite repêcher ce comique, d’abord à l’émission «Le Zoo du capitaine Bonhomme», de 1963 à 1967, en compagnie de ses camarades du burlesque Michel Noël et Olivier Guimond. Il deviendra également coanimateur de l’émission de variétés «Le 5 à 6» avec le chanteur Fernand Gignac, de 1967 à 1969.

Au même moment, en 1967, il crée encore son emploi en ouvrant son théâtre, rue Papineau à Montréal, avec un spectacle mettant en vedette les stars du burlesque québécois Olivier Guimond et Rose «La Poune» Ouellette. Le Théâtre des Variétés deviendra aussitôt le temple du burlesque au Québec, où seront présentés des spectacles qui attiraient les spectateurs par pleins autocars venus de toute la province. Gilles Latulippe dirigera pendant 33 ans, sans obtenir de subventions, la mythique salle jusqu'à sa fermeture en 2000. Le théâtre de la rue Papineau rouvrira ses portes quatre ans plus tard, et ses nouveaux propriétaires rebaptiseront la salle de spectacles «Cabaret La Tulipe» en l’honneur du comédien.

Dans les années 1970 et 1980, il allie son travail au Théâtre des Variétés à celui de la télévision, grâce à plusieurs émissions comiques qui obtiennent toujours la faveur du public. Que ce soit dans le rôle-titre de «Symphorien» (1970-1977), personnage d’abord créé dans «Cré Basile», dans celui de Théo Théoret dans «Les Brillant» (1979-1982) ou d’Hector Potvin dans «Poivre et Sel» (1983-1987), Gilles Latulippe devient année après année un incontournable du paysage télévisuel québécois, d’abord à Télé-Métropole mais plus tard aussi dans l’auguste maison de Radio-Canada.

Le cinéma québécois ne s’y trompera pas non plus en allant chercher ce grand comique dans des comédies des années 1970 comme «Deux femmes en or», «Y’a toujours moyen de moyenner» ou «Pousse mais pousse égal».

Puis, de 1987 à 1993, il coanime avec Suzanne Lapointe l’émission de variétés «Les Démons du midi», qui connaîtra beaucoup de succès dans une case horaire pas facile à tenir. Le duo enregistre plus de 1000 épisodes de cette émission.

Après ces périodes très actives à la télévision, le comédien se tourne en 1994 vers le théâtre d’été, pour boucler son année après deux saisons au Théâtre des Variétés. Pendant 20 ans, il présentera à Drummondville des vaudevilles qu’il écrit ou qu’il adapte.

Et l’été dernier, le Festival Juste pour rire réservait son «gala hommage» à ce comique cumulant 55 ans de carrière, mais pour qui le rire aura occupé une place centrale et essentielle tout au long des 77 ans de sa vie.

 

 

 

«J’ai besoin de rire tous les jours, j’ai besoin de faire rire, aussi, même si ce n’est pas devant un grand public — même si on est trois-quatre dans un appartement: j’ai besoin de raconter une histoire et d’entendre un rire. Ça fait partie de ma vie, c’est comme ça. C’est une passion, et on ne se débarrasse pas d’une passion comme ça», résumait-il en 2013 dans une entrevue à Radio-Canada.

Il y racontait aussi qu’à l’âge de quatre ans, il avait hâte d’entrer à l’école pour apprendre à écrire, afin de pouvoir noter les bonnes blagues pour ne pas les oublier. Il publiera d’ailleurs plus tard une douzaine de recueils de blagues et de sketches — pour qu’on ne les oublie pas, sans doute...

Les détails sur les funérailles de M. Latulippe ne sont pas encore connus mais le maire de Montréal, Denis Coderre, a déjà indiqué mardi que la famille avait demandé que sa dépouille soit exposée en chapelle ardente à l’hôtel de ville.

 

Source : Par Caroline Saint-Pierre La Presse Canadienne - Fait le 24 septembre 2014 par Philippe de CinéMémorial.

 

 

SES RÉCOMPENSES :

 

2009-juin-17 - Chevalier de l'ordre du Québec (C.Q.).

2007 - Grand Prix de l'Académie canadienne du cinéma et de la télévision.

2004-mai-14 - Membre de l'ordre du Canada (C.M.).

1995 - Intronisé au Temple de la renommée mondiale de l'humour.

2000 - Chevalier de l'ordre de la Pléiade.

Trophées Méritas.

Trophées Métrostars.

(1993, 1994, 1995, 1998. 2010) - Trophées Olivier.

 

Filmographie

 

10 LONGS MÉTRAGES DÉTAILLÉS

*******************************

 

2010 - CABOTINS

 

1980 - CHIENS CHAUDS .LES

 

1975 - POUSSE MAIS POUSSE ÉGAL

 

1974 - AVENTURES D’UNE JEUNE VEUVE .LES

 

1973 - Y'A TOUJOURS MOYEN DE MOYENNER !

 

1973 - KAMOURASKA

 

1973 - AH ! SI MON MOINE VOULAIT

 

1971 - TIENS-TOI BIEN APRÈS LES OREILLES À PAPA

 

1969 - DEUX FEMMES EN OR

 

1965 - VIE HEUREUSE DE LÉOPOLD Z .LA

 

 

SES PARTICIPATIONS POUR LA TÉLÉVISION.

************************************

 

2010 - AUBERGE DU CHIEN NOIR .L'
Série TV de 2010 à 20??

 

2008 - POUR LE PLAISIR
Émissions de variétés de 2008 à 2009

 

2003 - TRIBU.COM
Série TV de 2003 à 20??

 

1995 - PETITE FILLE PARTICULIÈRE .UNE
Téléfilm de Jean-Pierre Prévost

 

1987 - DÉMONS DU MIDI .LES
Série TV de 1987 à 1993

 

1983 - POIVRE ET SEL
Série TV de 1983 à 1987

 

1979 - BRILLANT .LES
Série TV de 1979 à 1982

 

1976 - POUR TOUT L'MONDE
Émissions de variétés de 1976 à 1977

 

1974 - PIERRE, JEAN...JASENT
Émissions de variétés en 1974

 

1972 - TANNANTS DE CHEZ NOUS .LES
Émissions de variétés de 1972 à 1973

 

1970 - QUI CLUB .LE
Émissions de variétés de 1970 à 1973

 

1970 - SYMPHORIEN
Série TV de 1970 à 1977

 

1968 - TOAST ET CAFÉ
Émissions de variétés en 1968

 

1967 - LECOQ ET FILS
Série TV de 1967 à 19??

 

1968 - LE 5 À 6
Émissions de variétés de 1968 à 1970

 

1966 - RUE DES PIGNONS
Série TV de 1966 à 1977

 

1965 - VIE HEUREUSE DE LÉOPOLD Z. .LA
Téléfilm de Gilles Carle

 

1965 - CRÉ BASILE
Série TV de 1965 à 19??

 

1963 - ZOO DU CAPITAINE BONHOMME .LE
Série TV de 1963 à 1968

 

commentaires (1)

Florence

28-09-2014 18:07:08

Adieu Gilles Latulippe, tu as été pour moi le comique qui a le plus égayé ma vie. Je te regarderais à travers le petit écran chaque fois que je serais triste il n’y a que toi pour me remonter le moral. Merci Monsieur Latulippe Florence