FRED ZINNEMANN

Vue 3829 fois

Profession:
Réalisateur et producteur américain.

Date et lieu de naissance:
29-04-1907, à Vienne, Autriche.

Date et lieu du décès:
14-03-1997, à Londres, Royaume-Uni.

Cause du décès:
D'une crise cardiaque à l'âge de 89 ans.

Nom de naissance:
Fred Zinnemann.

État civil:
Marié en 1936 avec : RENEE BARTLETT - jusqu'au décès de Fred en 1997.
Ils eurent un fils : Tim Zinnemann, né en 1941.

Taille:
?

Commentaires: 0

Anecdotes

René Bartlett, née en Angleterre, élevée au Chili, elle travaillait chez Paramount dans le département des costumes, ils s'étaient rencontrés en 1935 pendant le tournage de : PETER IBBETSON, d'henry Hathaway.

Fils d'Oskar Zinnemann, Physicien et d'Anna Zinnemann.

Il a dirigé les débuts au cinéma de : Montgomery Clift, Marlon Brando et Meryl Streep.

En 1936 il fut naturalisé citoyen américain.

En 1949, il signe avec le producteur indépendant Stanley Kramer pour trois films : The Men (C'étaient des hommes, 1950), High Noon (Le train sifflera trois fois, 1952) avec Gary Cooper et Grace Kelly, et The Member of the Wedding (1952). Le deuxième film, qui deviendra un classique, obtient un immense succès critique et commercial et lui vaut une nouvelle citation pour l'oscar. Dès lors, il devient le metteur en scène de films « importants » à gros budget et, souvent, à « grand » sujet.

En 1961 il fut membre du jury au fesival de Cannes.

 

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Né à Vienne, Fred Zinnemann obtient un diplôme de droit avant d’étudier le métier d’opérateur à Paris et à Berlin, puis de s’établir à Hollywood en 1929. Son premier film en tant que réalisateur, les Révoltés d’Alvarado (Los Redes, 1937), est un drame semi-documentaire de 60 minutes tourné dans le golfe de Veracruz, au Mexique, et dont le thème est similaire à celui de La terre tremble (La terra trema, 1948) de Luchino Visconti, et à celui du Sel de la terre (Salt of the Earth, 1954) d’Herbert Biberman.

 

Photo de Gary Cooper et de Grace Kelly dans le film : LE TRAIN SIFFLERA TROIS FOIS.

 

Zinnemann mêle fréquemment acteurs professionnels et amateurs. Les silhouettes sont souvent isolées dans des cadrages étroits, et Zinnemann emploie de façon dramatique les ombres naturelles pour prolonger les moments de tension, qualités particulièrement visibles dans Le train sifflera trois fois (High Noon, 1952), où le scénario se déroule en temps réel. L’habileté à utiliser la tension dramatique comme composante thématique du film caractérise également Chacal (The Day of the Jackal, 1973).

 

Photo de Rosalind Russel, Fred Zinnemann et Audrey Hepburn, aux remises des Oscars pour le film : UN HOMME POUR L'ÉTERNITÉ.

 

La Septième Croix (The Seventh Cross, 1944), filmé pendant la Seconde Guerre mondiale et tiré d’un roman à succès d’Anna Seghers, montre comment les populations civiles de certaines régions d’Europe se sont accommodées du nazisme et de ses valeurs, allant même parfois jusqu’à l’accueillir. Les Anges marqués (The Search / Die Gezeichneten, 1948), C’étaient des hommes (The Men, 1950), Le train sifflera trois fois, The Member of the Wedding (« l’Invité au mariage ») et Tant qu’il y aura des hommes (From Here to Eternity) — tous deux de 1953 —, Au risque de se perdre (The Nun’s Story, 1959), Un homme pour l’éternité (A Man for All Seasons, 1966) et Julia (1977) évoquent un débat moral sur deux thèmes chers à tous ses meilleurs films : les thèmes de la conviction et de la responsabilité. Même des productions apparemment plus légères, telles que Oklahoma ! (1955) et les Horizons sans frontières (The Sundowners, 1960), sont étroitement liées au problème des familles de migrants qui, contraints de s’établir dans de nouveaux territoires, essaient d’y reconstruire leur vie.

 

Photo de Burt Lancaster et de Deborah Kerr dans le film : TANT QU'IL Y AURA DES HOMMES.

 

Les films de Fred Zinnemann se veulent le reflet de la dignité humaine et, en cela, sont au centre de l’image qu’Hollywood a d’elle-même. Ils y ont remporté bon nombre d’oscars, non seulement pour leurs qualités exceptionnelles, mais encore grâce au brio d’acteurs tels que Montgomery Clift, Marlon Brando, Gary Cooper, Deborah Kerr, Frank Sinatra, ou encore Burt Lancaster.

 

Source : Encarta - Fait le 04 décembre 2012 par Philippe de CinéMémorial.

 

 

SES RÉCOMPENSES - CLASSÉES PAR ANNÉES :

 

1996 - Prix pour l'ensemble de sa carrière par les Prix du cinéma Germanique, Allemagne.

1986 - Prix Caméra Berlinoise au festival international du cinéma de Berlin, Allemagne.

1979 - Pour le film : JULIA - Ruban d'Argent - Meilleur réalisateur d'un film étranger - Syndicat national italien des journalistes de cinéma, Italie.

1978 - David Européen - Prix David di Donatello, Italie.

1970 - Prix pour l'ensemble de sa carrière par la guilde des réalisateurs américains, États-Unis.

1968 - Pour le film : UN HOMME POUR L'ÉTERNITÉ - BAFTA du meilleur film toutes catégories aux British Academy Awards, Royaume-Uni.

1968 - Pour le film : UN HOMME POUR L'ÉTERNITÉ - BAFTA du meilleur film anglais aux British Academy Awards, Royaume-Uni.

1967 - Pour le film : UN HOMME POUR L'ÉTERNITÉ - Prix NBR du meilleur réalisateur par la National Board of Review, États-Unis.

1967 - Pour le film : UN HOMME POUR L'ÉTERNITÉ - Prix DGA pour la réalisation par la guilde des réalisateurs américains, États-Unis.

1967 - Pour le film : UN HOMME POUR L'ÉTERNITÉ - Oscar du meilleur réalisateur, États-Unis.

1967 - Pour le film : UN HOMME POUR L'ÉTERNITÉ - Oscar du meilleur film, États-Unis.

1967 - Pour le film : UN HOMME POUR L'ÉTERNITÉ - Mention Spéciale - Festival de cinéma international de Moscou, Russie.

1967 - Pour le film : UN HOMME POUR L'ÉTERNITÉ - Golden Globe du meilleur réalisateur de cinéma, États-Unis.

1966 - Pour le film : UN HOMME POUR L'ÉTERNITÉ - Prix NYFCC du meilleur réalisateur par le cercle des critiques de cinéma de New York, États-Unis.

1964 - Laurel d'Or - Meilleur réalisateur, États-Unis.

1963 - Laurel d'Or - Meilleur réalisateur, États-Unis.

1962 - Laurel d'Or - Meilleur réalisateur, États-Unis.

1961 - Laurel d'Or - Meilleur réalisateur, États-Unis.

1959 - Pour le film : AU RISQUE DE SE PERDRE - Prix NYFCC - Meilleur réalisateur - Cercle des critiques de cinéma de New York, États-Unis.

1959 - Pour le film : AU RISQUE DE SE PERDRE - Prix NBR - Meilleur réalisateur - National Board of Review, États-Unis.

1959 - Pour le film : AU RISQUE DE SE PERDRE - Coquille d'Or - Festival international du cinéma - San Sebastian, Espagne.

1959 - Laurel d'Or - Meilleur réalisateur, États-Unis.

1958 - Laurel d'Or - Meilleur réalisateur, États-Unis.

1957 - Pour le film : UNE POIGNÉE DE NEIGE - Prix OCIC - Festival du cinéma de Venise, Italie.

1957 - Pour le film : UNE POIGNÉE DE NEIGE - Prix FIPRESCI - Festival du cinéma de Venise, Italie.

1954 - Pour le film : TANT QU'IL Y AURA DES HOMMES - Prix Spécial - Festival du cinéma de Cannes, France.

1954 - Pour le film : TANT QU'IL Y AURA DES HOMMES - Prix DGA - Pour la réalisation par la guilde des réalisateurs américains, États-Unis.

1954 - Pour le film : TANT QU'IL Y AURA DES HOMMES - Oscar - Meilleur réalisateur, États-Unis.

1954 - Pour le film : TANT QU'IL Y AURA DES HOMMES - Golden Globe - Meilleur réalisateur de cinéma, États-Unis.

1953 - Pour le film : TANT QU'IL Y AURA DES HOMMES - Prix NYFCC - Meilleur réalisateur par le cercle des critiques de cinéma de New York, États-Unis.

1953 - Pour le film : LE TRAIN SIFFLERA TROIS FOIS - Bodil du meilleur film américain, Danemark.

1952 - Pour le film : LE TRAIN SIFFLERA TROIS FOIS - Prix NYFCC du meilleur réalisateur par le cercle des critiques de cinéma de New York, États-Unis.

1952 - Pour le Court métrage - BENJY - Oscar - Meilleur Court métrage documentaire. États-Unis.

1938 - Pour le Court métrage : THAT MOTHERS MIGHT LIVES - Oscar - Meilleur court métrage, États-Unis.

 

Filmographie

 

SES RÉALISATIONS

************************************

 

1982 - CINQ JOURS CE PRINTEMPS-LÀ

 

1977 - JULIA

 

1973 - CHACAL

 

1966 - HOMME POUR L'ÉTERNITÉ .UN

 

1964 - ET VINT LE JOUR DE LA VENGEANCE

 

1960 - HORIZONS SANS FRONTIÈRES .LES

 

1959 - AU RISQUE DE SE PERDRE

 

1958 - VIEIL HOMME ET LA MER .LE

 

1957 - POIGNÉE DE NEIGE .UNE

 

1953 - TANT QU'IL Y AURA DES HOMMES

 

1952 - MEMBER OF THE WEDDING .THE

 

1952 - TRAIN SIFFLERA TROIS FOIS .LE

 

1951 - TERESA

 

1950 - C'ÉTAIENT DES HOMMES

 

1948 - ANGES MARQUÉS .LES

 

1947 - ACTE DE VIOLENCE

 

1947 - LITTLE MISTER JIM

 

1946 - MY BROTHER TALKS TO HORSES

 

1945 - HORLOGE .L'

 

1944 - SEPTIÈME CROIX .LA

 

1942 - YEUX DANS LES TÉNÈBRES .LES

 

1942 - ASSASSIN AU GANT DE VELOURS .L'

 

 

5 FILMS COMME ASSISTANT RÉALISATEUR

************************************

 

1935 - PETER IBBETSON

 

1932 - WISER SEX .THE
Réal : Berthold Viertel

 

1932 - REVENANT .LE

 

1931 - MAN TROUBLE
Réal : Berthold Viertel

 

1931 - SPY .THE
Réal : Bethold Viertel

 

 

SES PARTICIPATIONS DIVERSES

************************************

 

1967 - HAUT LES MAINS

 

1930 - À L'OUEST, RIEN DE NOUVEAU

 

1929 - HOMMES, LE DIMANCHE .LES

 

 

SES COURTS MÉTRAGES ET DOCUMENTAIRES

************************************

 

1951 - BENJY
Documentaire

 

1942 - LADY OR THE TIGER ? .THE
Court métrage de Fred Zinnemann

 

1941 - YOUR LAST ACT
Court métrage de Fred Zinnemann

 

1941 - FORBIDDEN PASSAGE
Court métrage

 

1940 - STUFFIE
Court métrage

 

1940 - OLD SOUTH .THE
Court métrage

 

1940 - GREAT MEDDLER .THE
Court métrage

 

1940 - A WAY IN THE WILDERNESS
Court métrage

 

1939 - WHILE AMERICA SLEEPS
Court métrage

 

1939 - WEATHER WIZARD
Court métrage

 

1939 - ONE AGAINST THE WORLD
Court métrage

 

1939 - HELP WANTED !
Court métrage

 

1939 - FORGOTTEN VICTORY
Court métrage

 

1939 - ASH CAN FLEET .THE
Court métrage

 

1938 - TRACKING THE SLEEPING DEATH
Court métrage

 

1938 - THEY LIVE AGAIN
Court métrage

 

1938 - THAT MOTHERS MIGHT LIVES
Court métrage

 

1938 - STORY OF DR. CARVER .THE
Court métrage

 

1938 - A FRIEND IN NEED
Court métrage

 

1936 - WAVES
Documentaire

 

1934 - RÉVOLTÉS D'ALVARADO .LES
Documentaire de Fred Zinnemann et Emilio Gomez Muriel

 

commentaires (0)