ETCHIKA CHOUREAU

Vue 662 fois

Profession:
Actrice française.

Date et lieu de naissance:
12-11-1929, à Paris, dans le 20e arrondissement en France.

Date et lieu du décès:
25-01-2022, à Rabat au Maroc.

Cause du décès:
De mort naturelle à l’âge de 92 ans.

Nom de naissance:
Jeannine Paulette Verret.

État civil:
Au cours de sa vie, elle s'est mariée à 2 reprise et pas d'enfant :

Mariée le 24 janvier 1948 avec : MAX CHOUREAU - Jusqu'en juillet 1953.

Mariée le 17 mai 1968 avec un richissime commissaire-priseur : PHILIPPE RHEIMS
- Jusque ?? (pas de date)

Elle eut une liaison avec le futur roi Hassan II.

Taille:
?

Commentaires: 0

Anecdotes


photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Très jolie blonde aux yeux vert émeraude, Etchika Choureau, est née Jeannine Paulette Verret dans le quartier parisien de Belleville le 12 novembre 1929. Adolescente, elle désire suivre les traces de son grand-père qui dirige un sanatorium en Seine-et-Oise, et décide de s’orienter vers la médecine, mais jugeant les études trop longues, elle se dirige vers le métier de l'esthétique, massage, manucure, maquillage.

A 19 ans, elle rencontre Max Choureau, dont les parents sont apiculteurs dans le Gâtinaisva-Val de Loing en Seine-et-Marne, et c’est le coup de foudre pour tous les deux, ils concrétisent leur amour en janvier 1948 à la mairie du huitième arrondissement de Paris.


Le couple décide de seconder la famille en ouvrant un commerce à Paris et promotionner le Miel Choureau, mais l’entreprise ne fait pas long feu. C'est qu'entre-temps, Jeannine se sent attirée par le septième art et entre au cours de l'illustre René Simon. Elle obtient rapidement de bonnes critiques dès le premier concours que préside Edwige Feuillère.

Elle fait ses début cinématographiques en 1952 avec « L'envers du paradis » d'Edmond T.Gréville, un émouvant et larmoyant drame d'amour dans lequel Etchika y incarne Violaine une jeune fille atteinte de tuberculose pulmonaire et condamnée par le corps médical, elle tombe amoureuse d'un jeune écrivain incarné Jacques Sernas, un amour désillusionné car peu de temps après leur idylle, Violaine décède avec Erich Von Stroheim, Jacques Castelot et Denise Vernac.

Elle tourne ensuite un film franco-italien « Les vaincus / Jeunesse et perversion » (1952) de Michelangelo Antonioni avec Jean-Pierre Mocky, (le film resta longtemps interdit en France par la censure très puissante de l'époque, il rappelle trop la bande des J 3 de Melun qui défraya la chronique judiciaire quelques années plus tôt source Yvan Foucart). Cela n'empêche pas Jeannine, désormais Etchika, d'être promue directement vedette pour son rôle de fille perverse et intrigante.

Elle enchaine avec un mélodrame « Les enfants de l'amour » (1953) de Léonide Moguy, elle y interprète une fille-mère maudite par son père (Marcel Pérès), un riche paysan avec Jean-Claude Pascal en médecin et Lise Bourdin, l’assistante sociale, Etchika émouvante dans son rôle reçoit le prix Suzanne-Bianchetti, la jeune actrice la plus prometteuse de l’année.

Cette même année le couple divorce mais Etchika, garde le nom de son ex-mari comme pseudonyme de scène.

Le monde du théâtre est la toile de fond de ce polar « Les intrigantes » (1954) d’Henri Decoin , Paul (Raymond Rouleau) directeur de théâtre est accusé par son secrétaire, Andrieux, (Raymond Pellegrin) d’avoir poussé du haut d’une passerelle son associé dont il hérite, Mona la femme (Jeanne Moreau) aide son mari à se cacher de la police, et s'épanouit en prenant la responsabilité du théâtre, tombée sous le charme du fourbe Andrieux elle pousse Paul à la culpabilité, Marie, (Etchika Choureau) une jeune dactylo amoureuse de Rémi, confondra Andrieux et démontrera que son associé est mort accidentellement. Mona s’éloigne et Paul convole avec Marie.

Dans le film à sketchs « Escalier de service » (1954) de Carlo Rim, elle est Marie-Lou, une petite bonne sans-le-sou qui trouve refuge chez Léopold (Jean-Marc Thibault) qui vit en compagnie d'autres squatters, elle raconte ses mésaventures chez ses différents employés comme domestique, elle révèle leur secrets d'alcôves pour d'autres les ambiances feutrées ou encore la patronne acariâtre (Anne Roudier) chez laquelle elle tombe amoureuse de leur fils (Marc Cassot) un jeune peintre. Pour sa prestation elle se voit décerner le prix populiste du cinéma français.


Etchika Choureau dans le film de 1958 : Les Commandos passent à l'attaque


Raymond Bernard signe un vaudeville familiale enjoué « Les fruits de l’été » (1954) Mme Gravières (Edwige Feuillère) vit seule avec sa fille Juliette (Etchika Choureau) depuis que son mari l'a quitté, Juliette est une adolescente libre et insolente, elle aime un garçon (Claude Nicot) et attend bientôt un enfant de lui; alarmée sa mère décide de reconquérir son mari (Henri Guisol) en lui faisant croire que l'enfant qui vient de naitre est le sien, les deux tourtereaux se marie et bientôt un deuxième enfant agrandit la famille pour leur grand bonheur.

En Vendée, dans « La foire aux femmes » (1955) un mélodrame de Jean Stelli, la tradition permet aux garçons de choisir la fille qui leur plait, Ludivine (Etchika Choureau) rêve du bel intendant (Jean Danet) le fils de Mariette Borderet (Dora Doll) une luronne, la coutume permet à Jean et à Ludivine d'échanger leurs promesses, très vite les rancœurs, les médisances, les perfidies, la brutalité vont se déchaîner contre eux, il faudra toute la force de leur amour pour résister à ses calomnies.

Dans « Toute la ville accuse » (1955) de Claude Boissol l'écrivain François (Jean Marais) le soir, du 24 décembre, voit des enfants émerveillés devant une vitrine, il leur offre quelques gâteaux et jouets, le lendemain, il trouve un sac bourré de billets de banque devant sa porte, et les jours suivants aussi, il consulte le notaire mais celui-ci le croit un peu fou, de bon cœur, il décide d'en faire profiter les habitants de la ville mais rapidement François, est considéré comme un voleur, tout s'éclaircit au tribunal, lorsque les enfants déclarent avoir trouvé des sacs d'argent volé et, pour remercier cet homme, lui livraient chaque matin des sacs d'argent, la fille du notaire, (Etchika Choureau) qui n'a jamais douté de l'écrivain, l'épouse.

Les sollicitations pleuvent et Etchika enchaîne les tournages et les couvertures de magazines. Fort de son succès elle se lance à Hollywood en 1957 en participant à deux films de guerre américains réalisés par William A. Wellman dont « Les commandos passent à l’attaque » un bataillon de Rangers est envoyé au combat en 1943, en Afrique du Nord, en Sicile et en Italie, parallèlement à ces évènements, trois relations amoureuses se développent, notamment celle du lieutenant Dittmann (Edd Byrnes) lors de la bataille d'Anzio avec la belle italienne Angelina De Lotta (Etchika Choureau) avec les principaux protagonistes James Garner, Jack Warden, Stuart Whitman, Venetia Stevenson et Andrea King ; suivi de « Escadrille Lafayette » où pendant la Première Guerre mondiale, un jeune Américain (Tab Hunter) arrive en France et s'engage dans la Légion étrangère, affecté à l'Escadrille La Fayette, il rencontre une jeune prostituée (Etchika Choureau) et en tombe amoureux avec Marcel Dalio, Paul Fix et David Janssen Puis sa carrière marque un temps d'arrêt.

Elle défraya la chronique par son histoire d’amour avec le prince héritier du Maroc Moulay Hassan, ils se sont rencontré à Cannes, un coup de foudre qui prend des allures de lune de miel, tous les jours, ils sillonnent La Croisette en cabriolet et s’amusent à semer les paparazzis, mais leur idylle se termine lorsque le Maroc obtient son indépendance et que le prince accède au pouvoir sous le nom d'Hassan II après le décès de son père. Hassan II se doit d’épouser la princesse Lalla Latifa. Leur histoire d’amour s’est finalement muée en amitié au fil des années.

Après cet échec amoureux, elle tente de relancer sa carrière. En 1962 elle obtient un rôle difficile dans un réquisitoire contre la traite des blanches « La prostitution » Maurice Boutel relate l'itinéraire d'une jeune provinciale, (Etchika Choureau) qui, à peine arrivée à Paris, se laisse entrainer par amour sur les chemins de la prostitution, droguée à son insu, elle se fait piéger par une organisation internationale du trafic de femmes, écœurée, elle se résout à se venger en dénonçant à la police ses tortionnaires, mais elle y perdra la vie.

Et deux ans plus tard aux cotés de Michèle Mercier et Robert Hossein elle apparait dans le premier volet « Angélique, marquise des anges » (1964) de Bernard Borderie et en 1966, elle fait une courte apparition jouant l'épouse de Charles Aznavour dans « Paris au mois d'août » de René Fallet. Ce sera son dernier film.


Etchika Choureau dans le film de 1958 : Escadrille Lafayette (Photo de Getty Image)


A partir de 1966, l’ex-actrice se réconcilie avec le roi Hassan II et deviendra une invitée de marque du royaume.

En 1968, elle épouse Philippe Rheims, un richissime commissaire-priseur français, qui devient lui aussi un ami du roi, et le décorateur attitré de plusieurs palais.

L’actrice est décédée le 25 janvier 2022, à l’âge de 92 ans dans une Villa cossue du quartier Souissi à Rabat au Maroc ...

SES RÉCOMPENSES :


1953 - Pour le film : Prix Suzanne Bianchetti - Meilleure révélation de l’année, France.

Source : Gary Richardson - Fait le 23 mars 2022 par Philippe de CinéMémorial.