DOUGLAS FAIRBANKS

Vue 3829 fois

Profession:
Acteur, scénariste et producteur américain.

Date et lieu de naissance:
23-05-1883, à Denver, Colorado, États-Unis.

Date et lieu du décès:
12-12-1939, à Santa Monica, Californie, États-Unis.

Cause du décès:
Suite à une crise cardiaque à l'âge de 56 ans.

Nom de naissance:
Douglas Elton Thomas Ullman - Surnom : Doug. - Surnommé "Le Roi d'Hollywood".

État civil:
Marié en juillet 1907 avec : ANNA BETH SULLY (1888 - 1967) - Divorcé en novembre 1919.
Ils eurent un fils, l'acteur : Douglas Fairbanks Jr. (1909 - 2002)

Marié le 28 mars 1920 avec l'actrice : MARY PICKFORD (1892–1979)
Divorcé le 10 janvier 1936. Ils n’auront aucun enfant.

Marié le 07 mars 1936 avec : SYLVIA ASHLEY (1904 - 1977) - jusqu’au décès de Douglas en 1939.

Taille:
(168 cm)

Commentaires: 0

Anecdotes

Fils d'un avocat, Hezekiah Charles Ulman, (1833 – 1915), né à Berrysburg en Pennsylvanie et sa mère Ella Adelaide Marsh, (1850 - 19?? )

Frère Robert Payne Ullman (1882 - 1948) et d'un démi-frère John Fairbanks (1873 - ??)

C'est en 1919 avec Mary Pickford et Charlie Chaplin, que Fairbanks a créé le studio United Artists

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à DOUGLAS FAIRBANKS Sr.

 

 

Ajout de la vidéo le 15 octobre 2013 par Philippe de CinéMémorial

 

 

Source écrite par : Vargen57

 

 

Douglas Fairbanks est né le 23 mai 1883 à Denver, dans le Colorado.

Fils d'une mère sudiste très catholique et d'un père d'origines juives ayant abandonné sa famille quand Douglas avait seulement 5 ans.

Le jeune Douglas tente très vite de se lancer au théâtre : il y réussit plus ou moins bien. Pris d'une soif de voyage alors qu'il n'a que 18 ans, il part au début des années 1900 avec quelques dollars en poche sur un cargo : le Georgian pour l'Angleterre.

Il travaille dans les mâts de bateau. C'est très sale, très fatigant, mais cela lui rapporte 50 dollars. Arrivé à Londres, il décharge des bateaux sur la Tamise. Il a envie de voir le continent par la suite, il s'embarque pour la Belgique et travaille dans les entrepôts de bière. Il est poursuivi par un rêve et décide de connaitre enfin la Ville Lumière.

Douglas prend une place de 3e classe sur un bac puis le train et arrive gare du Nord. Il erre dans les rues de Paris totalement fasciné. Bien qu'il ne parle pas un mot de Français, il dégotte un galetas rue Lamartine, qu'il partage pour 15 sous avec 2 autres jeunes gens aussi fauchés que lui.

Dès le lendemain, il part chercher du travail. Il en trouve sur les quais de la Seine, en la personne du contremaître Marriet chargé de diriger des ouvriers pour réparer les ponts de la capitale.

La dureté du dur labeur ne lui fait pas peur : cet américain souriant à l'allure énergique, casquette sur les yeux, ne connait qu'un mot en Français " Travail ". Mais après quelques mois, Douglas Fairbanks ressent la nostalgie de New York. Il annonce à son contremaître qu'il va partir : tous deux se quittent les larmes aux yeux.

Au cours de sa vie, Douglas Fairbanks conservera toujours un amour particulier pour la France et les Français. Dans ses films, il va souvent jouer les camelots. Il en profite pour mêler à son texte des mots d'argot qu'il n'oubliera jamais, toutes ces expressions apprises avec Marriet.

De retour à New York, il décide de faire l'acteur avec sérieux. Il se lance à corps perdu, avec une suite de succès, d'échecs et de longues éclipses.

Il joue en tournée à Chicago, Boston et se marie avec Beth Sully, la fille d'un milliardaire du coton, qui veut que son gendre abandonne la carrière de " saltimbanque " pour la fabrication du savon.

C'est un désastre, Douglas n'est pas encore un homme d'affaires, sa vie c'est le cinéma. Et pourtant Douglas dédaigne l'écran. Il ignore totalement qu'on peut y gagner beaucoup d'argent.

Il reste dans le théâtre et décroche un rôle à Broadway dans " The show Shop ", où il se montre très brillant. Il se lance alors dans le cinéma et signe un contrat à Hollywood de 3 ans avec 2000 dollars hebdomadaires.

Il tourne de 1915 à 1916, 13 films héroïco-comiques. Il devient connu...

Mary Pickford, sa future épouse ne peut alors s'empêcher de confier à Charlie Chaplin " Aucun homme n'a un sourire aussi irrésistible que Douglas Fairbanks... ".

Bientôt à Hollywood : ce n'est plus un secret pour personne, Mary et Doug sont tombés amoureux.

Leur seul problème : tous les deux sont mariés de leur côté, un divorce susciterait un scandale. Mary a épousé un jeune acteur du nom d'Owen Moore... Mais la réussite fulgurante de la jeune femme les a éloignés l'un de l'autre.

Quant à Douglas, il est venu à Hollywood avec sa femme Beth et leur petit garçon de 5 ans, Douglas Fairbanks, Jr. Malgré tout son amour pour Douglas, Mary est inquiète, elle se confie comme toujours à son amie Chaplin, qui devient le grand " conseiller psychologique " du couple.

Mary a de plus en plus l'idée de se séparer de son mari, Douglas par contre a des remords d'abandonner sa femme et son fils. Pourtant leurs états d'âme seront de courtes durées. Ils en ont assez de rencontres fortuites, de se cacher dans les hôtels.

C'est lui qui va brusquer les choses et poser un ultimatum à Mary " Si tu ne viens pas me retrouver tout de suite, je ne te reverrais jamais ". Affolée et se moquant des conséquences pour sa carrière, elle court le rejoindre dans le pavillon de chasse qu'il a acheté depuis sa simple séparation avec Beth.

Doug convoque un orchestre hawaïen pour jouer de doux airs sous la fenêtre de leur chambre. Charlie Chaplin, croyant bien faire leur conseille, pour ne pas compliquer les choses de vivre simplement ensemble sans se marier. Les tourtereaux sont furieux et se fâchent avec Chaplin, hâtant leurs divorces respectifs.

Ils se marient le 28 mars 1920, mais divorceront le 10 janvier 1936. Ils n'auront aucun enfant.

Personne ne leur en veut, les États-Unis rentrent en guerre contre l'Allemagne du Kaiser et Mary devient " la petite fiancée du monde " et Douglas " le Don Juan international ".

Les cinéastes hollywoodiens et les vedettes participent à l'effort de la nation. La guerre finie, Douglas Fairbanks est très riche, il fait construire et offre à Mary pour leur mariage en 1920, une somptueuse demeure de style anglais Tudor dans les collines de Bel-Air. Un parc devenu ultra chic au-dessus de Sunset Boulevard et Beverly Hills. De la propriété, on voit de loin l'océan pacifique.

En découvrant cette merveille, Mary, folle de joie décide de le baptiser Pickfair, début de leurs deux noms. À pickfair, ils reçoivent des rois, des reines, le prince de Galles, le monde entier, toutes les célébrités de l'époque.

Mais les 2 amoureux continuent tout de même à travailler... Agacés de devoir obéir aux producteurs, Mary, Doug, Charlie Chaplin et David Wark Griffith fondent United Artists afin de devenir leur propre producteur.

Cette décision est très importante, car ils sont les premiers artistes à oser se révolter contre les studios. C'est ainsi que Douglas Fairbanks va tourner " Le Signe De Zorro " (1920), "Les Trois Mousquetaires " (1921), "Robin Des Bois " (1922), "Le Voleur De Bagdad " (1924) de Raoul Walsh. Mary enchaine " Dady Long Legs " (1919), "Le Petit Lord Fontleroy ", "Petite Princesse " et "La Mégère Apprivoisée " qu'elle tournera avec son mari.

Mary et Douglas deviennent des superstars internationales. À Paris devant une foule de 100 000 personnes qui a envahi tout le quartier de la gare Saint-Lazare, les Champs Elysées, la Madeleine, la Place de la Concorde, Mary et Doug au balcon de l'hôtel Crillon, salue comme des souverains de l'écran le peuple parisien.

Mais le temps passe, Mary vieillit, il va bientôt être difficile de jouer les adolescentes avec des Anglaises et des sourires candides, emploi que va bientôt lui ravir une autre enfant vedette : Shirley Temple. Mary se sent fléchir et Doug la console comme il peut.

Pendant des années, le couple Pickford/Fairbanks a été inséparable, mais peu à peu, comme cela arrivera presque toujours à Hollywood, s'insinue entre Mary et Doug une fêlure. Douglas s'absente de plus en plus et Mary le soupçonne d'avoir une liaison.

Il part même en Angleterre rejoindre Lady Ashley. Mary fait la grosse erreur de se plaindre, sous " le sceau du secret " à sa bonne amie, la plus féroce commère de Hollywood : Louella Parsons.

Bien sûr, Louella jure à Mary une totale discrétion, mais la vipère ne pourra pas tenir sa langue plus de 6 semaines. Elle étale dans la presse du magnat Hearst le scandale. Mary Pickford n'est plus aux yeux du public, qu'une femme trompée.

Lord Ashley à Londres veut tuer Douglas Fairbanks. Mary ne pardonnera jamais sa trahison à Louella Parsons. Elle demande le divorce qui sera effectif le 10 janvier 1936.

Il se remarie une dernière fois avec Sylvia Ashley le 7 mars 1936 jusqu'à son décès le 12 décembre 1939. Douglas revient parfois à Pickfair ; il reste assis à côté de Mary. Un jour très triste il murmure " Quelle erreur, Mary ".

Douglas Fairbanks par arrêt cardiaque le 12 décembre 1939 à Santa Monica, en Californie.

La mort de Douglas affecte terriblement Mary. À partir de ce jour, pour apaiser sa douleur, la perte du seul homme qu'elle ait vraiment aimé, Mary se met à boire. Elle s'est pourtant remariée, mais ne peut se résoudre à oublier Douglas.

Le public a complètement oublié Mary Pickford et le vit très mal. On vient lui soumettre des projets de films dont certains seront des succès comme " Sunset Boulevard ". Avec opiniâtreté, Mary entretiendra le mythe Pickford.

Ses vieux films passent dans les cinémathèques, elle reçoit des prix, donne des conférences, des soirées à Pickfair comme à l'époque de Douglas Fairbanks. Peu à peu, Mary Pickford s'enlise dans le passé, elle ne reçoit plus que des anciens du cinéma muet.

Comme un rêve éveillé, elle essaie en vain de retrouver dans les yeux de ses invités, l'image de la petite fille aux cheveux bouclés que le public adorait.

En dépit de cette nostalgie, elle poursuit sa carrière de productrice et ne cesse de livrer de nouveaux scénarios. Au début des années 60, elle ne sort presque plus.

Elle s'enferme dans sa tour d'ivoire, elle regarde sans cesse les photos de ses triomphes et ne peut admettre que Hollywood soit si cruel. Mary Pickford ne refera jamais son come-back.

Le 25 mars 1979, elle se sent mal ; transportée d'urgence à l'hôpital de Santa Monica, la " petite fiancée de l'Amérique " y meurt deux jours plus tard à l'âge de 83 ans d'une hémorragie cérébrale.

Howard W.Koch, président de l'Académie du cinéma lui rendra ce bel hommage : " Mary Pickford n'était pas seulement, comme Douglas Fairbanks, une légende vivante. Elle était également une très grande artiste ...

Pickfair resta vide pendant de nombreuses années ...

À Hollywood, on chuchotait que les fantômes de Mary et de Douglas hantaient la nuit les corridors de leur demeure maintenant vide de tout habitant.

 

SES RÉCOMPENSES :

 

 

1940 - Oscar d'Honneur aux Academy Awards, États-Unis.

Son empreinte d'immortalité repose au Walk of Fame, au 7020 Hollywood Boulevard.p> 

 

Fait le 14 octobre 2013 par Philippe de CinéMémorial.

 

Filmographie

 

50 LONGS MÉTRAGES

************************************

 

1936 - CRIME OVER LONDON
Réal : Alfred Zeisler - Uniquement la production

 

1934 - VIE PRIVÉE DE DON JUAN .LA

 

1932 - ROBINSON CRUSOË
Réal : A. Edward Sutherland

 

1931 - VOYAGE AUTOUR DU MONDE

 

1930 - POUR DÉCROCHER LA LUNE

 

1929 - MÉGÈRE APPRIVOISÉE .LA
Réal : Sam Taylor

 

1929 - MASQUE DE FER .LE

 

1928 - MIRAGES

 

1928 - GAUCHO .LE
Réal : F. Richard Jones

 

1926 - PIRATE NOIR .LE
Réal : Al Parker

 

1925 - DON X : FILS DE ZORRO

 

1925 - BEN HUR

 

1924 - VOLEUR DE BAGDAD .LE

 

1923 - HOLLYWOOD
Réal : James Cruze

 

1922 - ROBIN DES BOIS

 

1921 - TROIS MOUSQUETAIRES .LES
Réal : Fred Niblo

 

1921 - NUT .THE

 

1920 - POULE MOUILLÉE .UNE
Réal : Victor Fleming

 

1920 - MARQUE DE ZORRO .LA

 

1919 - SA MAJESTÉ DOUGLAS
Réal : Joseph Henabery

 

1919 - DOUGLAS BRIGAND PAR AMOUR
Réal : Albert Parker

 

1919 - CAUCHEMARS ET SUPERSTITIONS
Réal : Victor Fleming

 

1918 - WAR RELIEF
Réal : Marshall Neilan

 

1917 - SAUVEUR DU RANCH .LE
Réal : Joseph Henabery

 

1917 - NOUVEAU D'ARTAGNAN .UN
Réal : Allan Dwan

 

1917 - ÎLE DU SALUT
Réal : John Emerson

 

1917 - IL COURT, IL COURT LE FURET
Réal : John Emerson

 

1917 - DOUGLAS REPORTER
Réal : Joseph Henabery

 

1917 - DOUGLAS FOR EVER
Réal : Arthur Rosson et Allan Dwan

 

1917 - DOUGLAS DANS LA LUNE
Réal : John Emerson

 

1917 - DOUGLAS AU PAYS DES MOSQUÉES
Réal : Allan Dwan

 

1917 - DOUGLAS A LE SOURIRE
Réal : Allan Dwan

 

1917 - CHARMEUR .UN
Réal : Allan Dwan

 

1917 - ARIZONA
Réal : Douglas Fairbanks

 

1917 - ALL-STAR PRODUCTION OF O SA REVANCHE
Réal : John Emerson

 

1916 - TERRIBLES ADVERSAIRES
Réal : Christy Cabanne

 

1916 - PARIAS DE LA VIE .LES

 

1916 - MYSTERY OF THE LEAPING FISH .THE
Réal : John Emerson

 

1916 - MÉTIS .LE

 

1916 - MATRIMANIAC .THE
Réal : Paul Powell

 

1916 - INTOLÉRANCE

 

1916 - HABIT OF HAPPINESS .THE
Réal : Allan Dwan

 

1916 - FLIRTING WITH FATE
Réal : Christy Cabanne

 

1916 - AVENTURE A NEW YORK .UNE
Réal : Dwan A.

 

1916 - AMOUR ET PUBLICITÉ
Réal : John Emerson

 

1916 - AMERICAN ARISTOCRATY
Réal : Lloyd Ingraham

 

1916 - AMÉRICAIN .L'
Réal : John Emerson

 

1915 - TIMIDE .UN
Réal : Christy Cabanne

 

1915 - MARTYRS OF THE ALAMO
Réal : Christy Cabanne

 

1915 - DOUBLE TROUBLE
Réal : Christy Cabanne

 

commentaires (0)