DOROTHY DANDRIDGE

Vue 15000 fois

Profession:
Actrice, chanteuse et danseuse américaine.

Date et lieu de naissance:
09-11-1923, à Cleveland, Ohio, États-Unis.

Date et lieu du décès:
08-09-1965, à West Hollywood, Californie, États-Unis.

Cause du décès:
Suicide par overdose de médicaments à l'âge de 42 ans.

Nom de naissance:
Dorothy Jean Dandridge.

État civil:
Liaison avec le compositeur PHIL MOORE (1930 - 1940)

Divorcée de l'acteur HAROLD NICHOLAS (06.09.1942 - 1951)
Ils eurent une fille : Harolyn, née avec un handicap mental.

Divorcée d'un restaurateur JACK DENISON (22.06.1959 - 20.12.1962)

Liaison avec l'acteur PETER LAWFORD.

Liaison avec le réalisateur OTTO PREMINGER.

Taille:
(165 Cm)

Commentaires: 14

Anecdotes

Fille d'un pasteur, Cyrus Dandridge et de l'actrice, Ruby Dandridge (1899 - décédée le 17-10-1987)

Sœur de Vivian Dandridge (1921 - décédée en 1991 à la suite d'une attaque cérébrale)

Elle fut la première femme noire à paraître en couverture de Life Magazine.

La chanteuse Ella Jones se joint au deux sœurs pour former le trio des Dandridge Sisters en 1934.

Source : Wikipédia

Dernière mise à jour le 19 juillet 2007.

 

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Belle, sensuelle, talentueuse, se mouvant dans l'espace "comme une chenille sur une roche brûlante", Dorothy Dandridge, qui, au lendemain du triomphe de "Carmen Jones", gagna le surnom de "Marilyn Monroe noire", naquit trop tôt au show-business pour jouir pleinement des dividendes de son succès.

A une époque où les artistes noirs étatsuniens souffraient encore de la ségrégation raciale et courbaient l'échine devant les comportements vexatoires des Blancs, malgré la popularité qui était la leur, sa provocante lascivité et la curiosite qu'elle suscita avaient quelque chose d'intolérable.

Certes, sa vie affective ne fut pas un chemin semé de roses, mais ces contrariétés n'expliquent pas le peu de répondant qu'eut, au sein de la profession, le double impact de "Carmen Jones" et de "Porgy and Bess", alors que sa performance l'avait nommée à l'Oscar de la meilleure actrice.

Décédée à l'âge de 42 ans, ruinée, dépressive et alcoolique, Dorothy Dandridge est, aujourd'hui encore, un modèle pour les actrices noires et l'illustration de l'immense gâchis que peuvent causer les préjugés.

Si Grace Kelly remporta, en 1954, I'Oscar de la meilleure actrice pour "The country girl", c'est Dorothy Dandridge, cette année-là, qui créa la sensation, par sa nomination — la première pour une actrice noire étatsunienne — et son visage en couverture de "Life Magazine". Dix ans plus tard, le 8 septembre 1965, elle mourait d'un empoisonnement aux médicaments, largement oubliée, et avec 2,14 dollars sur son compte en banque. Entre ces deux dates, I'irrésistible spirale d'une destruction qui l'avait trouvée dangereusement vulnérable.

Née le 9 novembre 1922, à Cleveland (Ohio), Dorothy Dandridge débarque à Los Angeles, en 1930, dans les bagages de sa mère — divorcée en 1922 — et de l'amie intime de celle-ci, Geneva Williams. Sous cette double et maternelle tutelle, elle va faire ses débuts musicaux. En tandem avec sa soeur Vivian, sous le nom de Wonder Children, puis au sein des Dandridge Sisters, lorsqu'une troisième chanteuse leur sera adjointe. Pour chorégraphier leurs numéros de music-hall, Ruby Dandridge s'assure les services d'un inconnu : Nat Cole, qui n'a pas encore gagné son surnom de "King". Le trio connaît son petit succès. Dans le circuit des églises baptistes, puis dans celui des night-clubs. Occasionnellement au cinéma, où on les retrouve dans l'ombre des Marx Brothers. A l'époque, on interdisait aux artistes noirs de se mêler à la clientèle blanche, d'emprunter les mêmes ascenseurs ou de fréquenter les coffee-shops des hôtels où ils se produisaient. Même au célèbre Cotton Club de Harlem, où les Sisters partagent l'affiche avec un duo de claquettistes, les Nicholas Brothers.

Dorothy n'a que 15 ans et tombe follement amoureuse de l'un des frères, Harold, qu'elle épousera en 1942, à l'occasion d'une cérémonie honorée de la présence de l'actrice noire d"'Autant en emporte le vent", Hattie McDaniel. Une union tôt vouée à l'échec et qui se ressentira de la naissance, en 1943, d'une petite fille handicapée mentale, Harolyn. Dorothy en imputera toujours la faute à son mari, qui avait donné la priorité à une partie de golf au lieu de conduire sa femme à la maternité dans les délais requis. Ce n'est qu'en 1950 qu'un divorce viendra sanctionner leur mésentente, lorsqu'elle apprendra l'infidélité de son mari.

Rendue à elle-même, Dorothy Dandridge retrouve le chemin de la scène et fait les beaux soirs du Mocambo Club de Los Angeles et du Café de Paris, à Londres. A Las Vegas, elle est la première artiste noire à se produire avec autant de succès dans les luxueux hôtels-casinos de la capitale du Jeu. Mais le métier de show-woman a ses limites, et il lui tarde de décrocher un grand rôle à l'écran. Aussi, lorsqu'elle apprend qu'Otto Preminger est en quête d'une Carmen pour une mise en scène contemporaine de l'opéra de Bizet, elle pose sa candidature. Ce personnage, elle le sent si bien, qu'elle vaincra les réticences de Preminger, qui la trouvait trop "dame" pour le rôle. Une insistance qui lui vaudra une nomination à l'Oscar de la meilleure actrice, mais aussi l'amorce d'une liaison de trois ans avec le réalisateur.

Sa propension à ne choisir ses compagnons qu'au sein de la race blanche lui assurera d'ailleurs la froide hostilité de la communauté noire de Hollywood. Un racisme à rebours d'autant plus cruel qu'elle eu également à souffrir du mépris des Blancs. Une scène d'"Une île au soleil", dans laquelle l'acteur John Justin doit discrètement manifester son désir amoureux pour le personnage qu'elle incarne, fera ainsi l'objet de négociations serrées avec le comité de censure, qui refusera catégoriquement le moindre baiser. Malgré Ie refroidissement de leurs relations, c'est encore Otto Preminger qui assurera la direction de "Porgy and Bess", étincelante comédie musicale inspirée de George Gershwin. Elle sera le chant du cygne de Dorothy Dandridge et son passeport pout la postérité.

En 1959, elle commet l'erreur d'épouser Jack Denison, un riche restaurateur qui la battra et la ruinera avant de l'abandonner, trois ans plus tard. Une épreuve qui ne fera qu'aggraver la dépendance de l'actrice à l'égard de l'alcool et des antidépresseurs, et son instabilité caractérielle. En 1956, déjà, elle avait refusé le rôle de Tiptim, dans "Le roi et moi" parce qu'elle ne prétendait pas jouer une esclave, et les projets avortés d'une "Cléopâtre" et noire et d'un "Lady sings the blues", sous la direction d'Orson Welles, ne fera qu'exaspérer son amertume. Le coup final lui sera assené par l'hypothèque sur sa maison, et l'humiliation suprême, par l'obligation d'abandonner sa fille handicapée à une institution publique, faute de pouvoir continuer à assurer le financement de soins privés. Le 8 septembre 1965, elle succombera à une dose fatale de barbituriques. Elle avait 42 ans.

 

Source : CTR. - Dernière mise à jour le 19 juillet 2007.

 

SON UNIQUE RÉCOMPENSES :

 

Elle a obtenue 4 nomitations, 2 pour Carmen Jones, et deux pour Porgy and Bess.

 

Filmographie

 

29 LONGS MÉTRAGES DÉTAILLÉS
_________________________________

 

1962 - MARCO POLO
(Inachevé)
Réal : Christian-Jaque

 

1961 - MURDER MEN .THE

 

1960 - CHEMIN DE LA PEUR .LE

 

1958 - PORGY AND BESS

 

1958 - TERREUR EN MER

 

1957 - TAMANGO

 

1957 - ÎLE AU SOLEIL .UNE

 

1957 - ROUTE JOYEUSE .LA

 

1954 - CARMEN JONES

 

1953 - DRÔLE DE MEURTRE

 

1953 - BRIGHT ROAD
Réal : Gerald Mayer

 

1951 - TARZAN ET LA REINE DE LA JUNGLE

 

1951 - HARLEM GLOBETROTTERS
Réal : Phi Brown et Will Jason

 

1945 - PILLOW TO POST

 

1944 - ATLANTIC CITY

 

1944 - DEPUIS TON DÉPART

 

1943 - HIT PARADE OF 1943

 

1942 - DEUX NIGAUDS COW-BOYS

 

1942 - JORDAN LE RÉVOLTÉ

 

1942 - JUNGLE RUGIT .LA
Titre Orig. : DRUMS OF THE CONGO
Réal : Christy W. Cabanne

 

1941 - SOUS LE CIEL DE POLYNÉSIE
Titre Orig. : BAHAMA PASSAGE
Réal : Edward H. Griffith

 

1941 - TU SERAS MON MARI

 

1941 - CRÉPUSCULE

 

1941 - FILLE DU PÉCHÉ .LA

 

1940 - FOUR SHALL DIE
Réal : William Beaudine et Leo C. Popkin

 

1940 - IRÈNE

 

1938 - GOING PLACES
Réal : Ray Enright

 

1937 - JOUR AUX COURSES .UN

 

1937 - IT CAN'T LAST FOREVER
Réal : Hamilton MacFadden

 

_______________________FIN_____________________

 

commentaires (14)

hugongerard

18-06-2008 16:28:00

Une beauté sculpturale noire , totalement oubliée , bien que n ' ayant pas vu aucun de ses films car la plupart sont restés des films cultes , pour ne citer que CARMEN JONES et PORGY AND BESS d ' OTTO PREMINGER .

lune

24-06-2008 15:44:34

Quel courage elle a fais part dans sa vie,jai vu une serie sur sa vie et elle avais un sacré punch je ne pense pas qu'elle se soit suicider.

Lesto

24-06-2008 15:57:29

waw, c'est tout ce que j'arrive à dire. Je vien de regarder le film sur la vie de Dorothy DENDRIDGE jouer par OLBERY donc je vouler voir à quoi elle resemblait vraiment.J'avoue que le réalisateure a bien choisi l'actrice.Un film très émouvant

hrabar

25-06-2008 22:58:47

super le film joue par halle berry, de ce faites je suis allé sur internet pour bien connaitre cette chanteuse et je voudrais bien savoir si la fille de dorothy etait toujours de ce monde merci

shona

30-06-2008 14:51:10

bonjour a tous, jaimerais savoir ou trouver sa biographie

nad

14-01-2009 13:20:10

quelle femme sublime, de ce fait il n'y avait qu' halle berry pour interpréte ce role à la personnalité si attachante et si lumineuse de beauté

hugongerard

09-12-2009 09:56:46

Dommage que ses films ne repassent que trés peu à la télé .

Hamouche

12-04-2010 14:23:52

Dorothy une femme fasciannante et attachante;elle mérite plus cette étoile félante; des femmes de ce calibre; crouyez moi ne viennent qu'une fois le siecle, pour montrer à l'humanité ses erreures;ses tares et ses sauvageries,sinon comment justifier le traitement barbar auxquel étais assujetti cette merveilleuse femme; bravo Dorothy, on vous oublierais jamais;grace a vous je sais maintenant que les femmes méritent plus de respect.

zola christelle

03-06-2010 17:27:38

elle est trop belle et alle berry la bien represente

ongosseing christine

03-06-2010 17:55:30

merci à toi d'avoir fait ce que tu as fait pour la race noire,une femme pleine de vie malgré ton chemin semé d'embuches,c'est c'est que tu n'as pas été gaté,mais je suis fière te toi. nerci beaucoup. Que ton âme aussi loin la date de ta mort continue à reposer en paix.

riane

03-06-2010 21:31:37

pour le couragr que tu as eu dorothy et pour toutes les souffrances et lers embuches que tu as rencontrer merci d'avoir fait honneur a la race noir on aurai tant aimer t avoir de nos jours pourque tu puisse voir comment les choses on changer que DIEU te grade et te protege tu restera toujours dans nos coeurs tu nous manques...

esther

03-06-2010 23:44:36

merci pour nous les noirs nous te devons beaucoup,suis martiniquaise et je me sens fiére kan je vois tout ce que tu as pu faire.j aurai aimer que tu sois encore la ,dommage tu es morte trop tot!!merci encore dorothy toi cette étoile.j ai vu le film ce matin.Trop belle cette femme noire.Le 03-06-2010.

maripol

07-02-2011 23:33:02

sublime, magnifique ! je suis sous le charme, elle a tout la beauté le talent ! j'ai vu le film avec halle berry, l'actrice la represente bien . Quelle triste fin, et elle a du souffrir du racisme !