DEWEY MARTIN

Vue 804 fois

Profession:
Acteur américain.

Date et lieu de naissance:
08-12-1923, à Katemcy, Texas, États-Unis.

Date et lieu du décès:
09-03-2018, à San Pedro, Californie, États-Unis.

Cause du décès:
De cause naturelle à l'âge de 94 ans.

Nom de naissance:
Dewey Martin.

État civil:
Au cours de sa vie, il se marie à 2 reprises :

Marié avec : MARGARET ANN HAVELHURST (pas de dates)

Marié le 25 avril 1956 avec l'actrice : PEGGY LEE - Divorcé en 1959.

Taille:
(1m73)

Commentaires: 0

Anecdotes

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à DEWEY MARTIN

Source : Movie Legends - Ajout de la vidéo le 27 avril 2020 par Philippe de CinéMémorial

 

Dewey Martin est né le 8 décembre 1923 à Katemcy, une petite ville du Texas aux États-Unis. Pendant son adolescence, il a vécu à Florence dans l’état d’ Alabama. Adolescent, très amoureux du septième art il passe des heures dans la seule salle de cinéma de sa ville natale, en regardant des films encore et encore des films, ce qui obligeait sa mère à venir le chercher. Une scolarité sans grande conviction l’amène à 17 ans, à rejoindre l'US Navy comme pilote de chasse dans le Pacifique durant de la Seconde Guerre mondiale. Lors d'une mission, son avion est abattu, il est détenu comme prisonnier de guerre jusqu’à la capitulation du Japon.

Dès son retour à la vie civile, beau gosse, athlétique il devient plongeur à Malibu, en Californie, et après une expérience théâtrale où son jeu assez percutant et son profil de jeune premier finit par être repéré par les magnats d’Hollywood.

C’est Nicholas Ray, qui l’invite à faire ses premiers pas devant les caméras de «Les ruelles du malheur» (1948) un drame social dans lequel, il campe un adolescent perturbé et révolté dans un quartier pauvre de New York. Il apparaît ensuite en GI un peu traînard dans le film de guerre «Bastogne» (1949) de William A. Wellman et pour Felix E. Feist dans «The Golden Gloves story» (1950) il campe le boxeur Nick Martel, qui se bat comme il est dans la vie un gamin de Chicago dur et pugnace, lors de la compétition il tombe amoureux de Patti la fille de l’arbitre Kay Westfall. N’ayant pas une personnalité cinématographique bien définie il est distribué dans différents registres, ainsi, il se voit jouer dans le fantastique «La chose d’un autre monde» (1951) de Christian Nyby, il est le chef de la base américaine en Alaska où des scientifiques recueillent le corps d’un extra terrestre congelé dans la glace pour l’étudier, bientôt les ennuis commencent. Howard Hawks le choisit pour être le coéquipier de Kirk Douglas dans le western «La captive aux yeux clairs» (1952) afin de facilité le contact avec les indiens Pieds Noirs pour un commerce de fourrures, la jeune Teal Eye, Elizabeth Threatt fille d'un chef indien, accompagne les deux trappeurs, elle provoque une rivalité amoureuse entre les deux hommes.

Fred M. Wilcox lui confie un rôle de composition étonnant dans «Tennessee champ» (1953) il est Danny, un boxeur analphabète, naïf et très religieux , doté d’un puissant coup de poing surnommé Tennessee Champson. Deuxième film, où il tient le rôle d’un boxeur, un vrai régal pour les cinéphiles surtout quand Martin se lance sur le ring et que son adversaire qu'il met KO n’est autre que Charles Bronson. Il enchaîne avec un rôle qu’il connaît bien pour l’avoir vécu lors de son intégration dans l’armée celui d’un pilote de bombardiers dans «Escadrille Panthère» (1954) de Andrew Marton, lors d'une mission, touché par le feu de l’ennemi il est aveuglé, la scène où guidé par radio par le lieutenant Tailler Van Johnson pour un retour à la base est assez spectaculaire.

Les rôles se succèdent avec la même maîtrise, il interprète l’esclave Senta, le fils de Vashtar James Robertson Justice, l’architecte chargé de construire la pyramide du Pharaon Chéops Jack Hawkins dans le superbe péplum «La terre des Pharaons» (1954) de Howard Hawks. Dans un thriller bien ficelé réalisé par William Wyle, avec son frère Humphrey Bogard et un troisième larron ils s’évadent de leur prison , prennent en otage et terrorisent une famille avec enfants dans « La maison des otages de William Wyler. A contre-emploi dans une comédie romantique «Dix mille chambres à coucher» (1956) de Richard Thorpe il est le pilote privé de Dean Martin un millionnaire play-boy qui se rend à Rome afin d'acquérir un hôtel.

Dans les années 60 sa carrière semble en retrait, son rôle de sergent Wilder dans le film de guerre «Le jour le plus long» (1962) de Ken Annakin est à peine visible, on peut retenir «Flight to fury» (1964) de Monte Hellman dans lequel il participe à une expédition à la recherche d'un trésor caché dans une île des Philippines qui tourne au drame. La télévision lui apporte un second souffle, il participe à plusieurs séries ou téléfilms jusqu' en 1978. Après son retrait, il trouve un emploi dans un gymnase californien jusqu'au début des années 80.

Malgré qu’il n’a pas vraiment atteint le statut de star à par entière Dewey Martin à fait une honnête carrière avec des prestations absolument remarquables, il décède à un âge vénérable de 94 ans le 9 mars 2018.

Source : Gary Richardson - Fait le 27 avril 2020 par Philippe de CinéMémorial.