CORINNE LUCHAIRE

Vue 12080 fois

Profession:
Actrice française.

Date et lieu de naissance:
11-02-1921, à Paris, France.

Date et lieu du décès:
22-01-1950, à Paris, France.

Cause du décès:
Des suites de la tuberculose à l'âge de 28 ans.

Nom de naissance:
Rosita Christiane Yvette Luchaire - Surnommée Zizi.

État civil:
Mariée avec : GUY DE VOISINS-LAVERNIÈRE

Taille:
?

Commentaires: 3

Anecdotes



Corinne Luchaire et Camillo Pilotto dans le film de 1940 : L'Intruse.


photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à CORINNE LUCHAIRE

Source de la vidéo : Fabienne Deketelaere -- Ajout de la vidéo le 09 juillet 2015 Philippe de CinéMémorial

 

Sans ce dramatique évènement qui lui couta un bannissement national, cet étoile à la trajectoire brillante mais météorite aurait très certainement été appelée à Hollywood tant son jeu naturel paraissait à l’époque moderne et en phase avec ce qui se faisait aux Etats-Unis.

En la découvrant dans la version anglaise de « Prison sans barreaux », l’actrice Mary Pickford aurait déclaré '''c’est une deuxième Greta Garbo''. C’est dire l’impact de cette jeune fille qui à 17 ans avait un avenir plus que prometteur.

Fille de Jean Luchaire, brillant journaliste et rédacteur en chef du « Petit Parisien » et de son épouse Françoise Germaine Besnard. Corinne Luchaire de son vrai nom Rosita Christiane Yvette Luchaire surnommée Zizi est née le 11 février 1921 à Paris. Elle a une sœur Florence également actrice et un frère Robert devenu décorateur.



Elève au lycée de Neuilly elle à comme camarade de classe Simone Kamiker connue plus tard sous le pseudo de Simone Signoret.

Ayant baigné toute son enfance dans le milieu littéraire et artistique, Rosita souhaitait suivre les traces de son père, mais soit choix professionnel se dirigea vers le théâtre. Elle quitte l’école après la troisième pour intégrer la classe d'art dramatique de Raymond Rouleau. Sous le nom de Rose Davel, elle fait ses débuts sur scène dans « Altitude 3200 » au théâtre de l’Etoile, une pièce écrite par son grand-père un auteur de pièce à succès et mise en scène par Raymond Rouleau, 50 représentation seront jouées.

Dans la salle, le réalisateur Léonide Moguy à la recherche d’une jeune interprète pour incarner une délinquante dans son prochain film « Prison sans barreaux » est subjugué par le jeu expressif et délié de l’adolescente et prend le risque de l’engager.

En attente du démarrage du film, elle fait ses premiers pas au cinéma sous le pseudonyme de Corinne Luchaire, avec un petit rôle dans « Les beaux jours » (1935) de Marc Allégret avec Jean-Pierre Aumont, Raymond Rouleau et Simone Simon et dans « Le chanteur de minuit » (1937) de Léo Joannon avec Saturnin Fabre, Yvette Lebon et Jean Tissier.

En 1937, dans « Prison sans barreaux » Nelly campe une jeune détenue rebelle au grand cœur avec entre autres Annie Ducaux, Ginette Leclerc, Gisèle Préville et Roger Duchesne. Les critiques qui dénoncent son jeu d’une réalité surprenante, fera de Corinne une star, parlant couramment l'anglais, elle a également joué le rôle principal dans la version anglaise, « Prison Without Bars » (1938) de Brian Desmond.

Elle retrouve Léonide Moguy pour un drame familial « Conflit » (1938) Catherine (Annie Ducaux) tire deux coups de revolver sur sa sœur Claire (Corinne Luchaire) la blessant légèrement, le juge chargé de l'instruction (Jacques Copeau) tente de découvrir les raisons de ce geste, mais se heurte au silence des deux sœurs. Peu à peu, le lourd secret se révèle, Claire ayant refuse d'avorter, Catherine, mariée au paisible Michel, (Raymond Rouleau) accepte de se faire passer pour la mère de l'enfant mais cet arrangement entre les deux femmes à provoqué chantage, conflits et disputes, une prestation étonnante de Corinne Luchaire qui joue un double portrait de femme, sensible et original, Annie Ducaux est tout aussi surprenante.



En 1939, Pierre Chenal, adapte le roman policier de l'auteur américain James M. Cain « Le facteur sonne toujours deux fois » sous le titre « Le dernier tournant » dans lequel Frank Maurice (Fernand Gravey) un vagabond devient l'employé de Nick (Michel Simon) patron d'une station service-restaurant, il devient l'amant de sa femme (Corinne Luchaire) que son mari dégoûte, Frank aide celle-ci à se débarrasser de son mari encombrant, en maquillant le crime en accident, mais c’est finalement Corinne qui finira victime de sa propre machination, Frank, accusé du crime, est condamné à mort.

Cette même année elle tourne pour la quatrième fois avec Léonide Moguy « Le déserteur » l’histoire frisant l'incivisme en ces temps de Guerre imminente, il est rebaptisé « Je t’attendrai » par un frileux et tatillon Comité de censure , lors de la Première Guerre mondiale, un train de militaires est immobilisé sur la voie, Paul (Jean-Pierre Aumont) un jeune soldat, s’aperçoit qu’il est proche de son village natal, il décide de déserter pour quelques heures pour rendre visite à ses parents (Berthe Bovy et Édouard Delmont) et à sa fiancée dont il est sans nouvelle, mais Marie (Corinne Luchaire), domestique chez ses parents, n’est plus là.

Puis elle part en Italie tourner le drame « L’intruse » (1940) de Mario Mattoli avec George Rigaud et Maria Denis.

Mais entre temps « La drôle de guerre » et l’ordre allemand se sont imposés aux Français. Son père jusqu'alors rédacteur en chef du « Petit Parisien » crée en 1940 son propre journal « Les temps nouveaux », un journal collaborationniste au nazisme.

En 1941, Corinne se marie en 1941 avec Guy de voisin Laverne mais se sont séparés un mois plus tard, il trafiqua au marché noir et alimenta la Gestapo française. Il fut lui aussi incarcéré à la Libération.

Dans l’attente de tournages qui ne viendront pas, Corinne de son coté s’étourdit dans une vie facile, brûle sa santé puis trop dissipée et frivole, elle se laisse aller à une vie mondaine et fréquente trop ostensiblement les officiers de la Wehrmacht, une erreur en ces temps troubles qui lui sera reprochée lors de son procès au lendemain de la libération.

Lors de la débâcle allemande, Corinne suit son père en exil à Sigmaringen au sud de l’Allemagne qui abrita de septembre 1944 à fin avril 1945 les restes du gouvernement de Vichy et plus d'un millier de collaborateurs.

Un exode qui se terminera par son arrestation par des partisans, à Merano en Italie, puis son transfert en France et son emprisonnement à Nice dans les mêmes bâtiments où elle avait tourné « Prison sans barreaux ».



Condamnée en 1946 à dix ans d’indignité nationale pour collaboration, elle fera deux ans de prison qui achèveront sa santé précaire. Miné par la tuberculose et trainant la douleur de son père traduit en justice et fusillé en février 1946. Corinne Luchaire s’éteint le 22 janvier 1950 dans la clinique Médicale Edouard Rist à Paris, laissant derrière elle une petite fille nommée Brigitte (issue selon certaines sources de sa liaison avec le capitaine de la Luftwaffe Worland Gerlach). Elle repose au cimetière parisien de Bagneux dans les Hauts-de-Seine en France.

Cette étoile filante n’avait que 29 ans, mais en moins d’une décennie elle était passée des plus honneurs cinématographiques à la plus sombre des disgrâces…

Source : Gary Richardson - Fait le 31 juillet 2022 par Philippe de CinéMémorial.

 

Filmographie



10 LONGS MÉTRAGES DÉTAILLÉS
_________________________________

 

1940 - INTRUSE .L'

 

1940 - CAVALCADE D'AMOUR

 

1939 - DÉSERTEUR .LE

 

1939 - DERNIER TOURNANT .LE

 

1938 - PRISON WITHOUT BARS

 

1938 - CONFLIT

 

1937 - PRISON SANS BARREAUX

 

1937 - CHANTEUR DE MINUIT .LE

 

1936 - SOUS LES YEUX D'OCCIDENT

 

1935 - BEAUX JOURS .LES

 

_______________________ FIN _____________________

 

commentaires (3)

Deketelaere Fabienne

01-09-2015 23:37:06

Je suis l'auteure de ces vidéos hommages à Corinne merci aussi de rendre hommage à cette étoile filante du cinéma Français sur votre site:)

lenationaliste

11-09-2015 16:44:15

Je n'éprouve aucune compassion pour ces actrices qui se sont corrompus avec les Allemands lorsque les français étaient écrasé sous la botte nazi. Vive Jean Gabin et Joséphine Baker qui avaient fait le bon choix.

Fabrice

12-06-2021 22:40:04

Corinne Luchaire était amie avec Micheline Presle. Cette dernière l'accompagnait aux studios de tournage et fut ainsi remarquée par un producteur.