CHARLES LAUGHTON

Vue 11374 fois

Profession:
Acteur, réalisateur, scénariste, producteur et homme de théâtre américain, d'origine britannique.

Date et lieu de naissance:
01-07-1899, à Hôtel Victoria, Scarborough, dans le comté du Yorkshire au Nord en Angleterre.

Date et lieu du décès:
15-12-1962, à Hollywood, Californie, États-Unis.
Enterré à : Court of Remembrance, Forest Lawn, Hollywood Hills, Californie.

Cause du décès:
D'un cancer de la moelle épinière à l'âge de 63 ans.

Nom de naissance:
Charles Laughton.

État civil:
Marié en 1929 avec l'actrice : ELSA LANCHESTER - jusqu'au décès de Charles en 1962.

Taille:
(1m73)

Commentaires: 0

Anecdotes


Charles Laughton : Les Révoltés du Bounty


Fils de Robert Laughton et d'Elizabeth Conlon.

Dans son autobiographie Elsa Lanchester déclare que son mari Charles Laughton est gai.

Il devient citoyen américain en 1950.

Pour interpréter son rôle dans Tempête à Washington, il base son jeu d'acteur sur un véritable sénateur, John Stennis (Mississippi) et va jusqu'à écouter des enregistrements de l'homme politique afin de s'imprégner de l'accent et du rythme de ses paroles.


photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à CHARLES LAUGHTON

Source : Movie Legends -- Ajout de la vidéo le 12 octobre 2011 par Philippe de CinéMémorial

Fils de Robert Laughton et d'Eliza (née Conlon) tous deux hôteliers. Charles Laughton, l’ainé d’une fratrie de trois frères vient au monde le 1er juillet 1899 à Scarborough, dans le comté du Yorkshire au Nord en Angleterre.

Après ses études à l'école indépendante catholique la Stonyhurst School, à l'âge de 16 ans, il travaille dans l'hôtel Victoria que sa famille possède à Londres. Ayant toujours rêvé de devenir acteur, il parvint, non sans mal, à briser l’obstination de ses parents qui ambitionnaient de le voir reprendre leur affaire d’hôtellerie.


Charles Laughton et Binnie Barnes : La Vie privée de Henry VIII


Mais lors de la Première Guerre mondiale il est incorporé dans l’armée britannique dans un bataillon d’infanterie à bicyclette, puis dans le 7éme régiment d'infanterie en ligne du Northamptonshire. Peu de temps avant l’armistice il a été gazé au gaz moutarde.

A vingt-cinq ans, il entre à l'Académie royale d'art dramatique de Londres. Diplômé, il apparait pour la première fois professionnellement sur scène dans « L'inspecteur du gouvernement de Gogol » (1926) et un peu plus tard il obtient un gros succès avec « Alibi » (1928) où il est le premier comédien à incarner le détective belge Hercule Poirot, dans cette adaptation théâtrale.

Puis joue un large éventail de pièces classiques et modernes, devenant une tête d’affiche dans les théâtres du West End de Londres et s’attribut un réel succès en jouant Shakespeare à l'Old Vic.

Dès 1928 il entre au cinéma pour quelques films mineurs citons « Blue bottles » de Ivor Montagu où il joue avec Elsa Lanchester sa future épouse.

En 1931, il part en tournée en Amérique avec la pièce « Payment Deferred » pour 70 représentations (qui sera adaptée au grand écran en 1932) . Salué par la critique comme un futur grand acteur de composition, il attire l’attention d’Hollywood et accepte un contrat avec la Paramount.

De son physique disgracieux, il disait (j'ai le visage comme l'arrière-train d'un éléphant) et pousse le paradoxe jusqu'à en faire un élément déterminant de sa réussite, il disait aussi (J'incarne généralement des personnages méchants, violents et débraillés parce que j'ai choisi ces rôles)…

Prêté à Universal, il campe un rôle émouvant dans « La maison de la mort » (1931) de James Whale celui d’un industriel dominé par un complexe d’infériorité et obsédé par le souvenir de sa femme décèdée.

Ses films suivants définissent les contours de ce comédien hors norme qui écrase de son talent les productions auxquelles il participe, comme l'effrayant empereur Néron qui ordonne l’assassinat de tous les chrétiens dans « Le signe de la croix » (1932) de Cecil B. DeMille avec les principaux protagonistes dont : Claudette Colbert l’épouse de Néron, Fredric March et Elissa Landi.

Dans une sombre histoire d’amour, de haine et de jalousie sur fond de guerre, il est l’odieux et paranoïaque mari de Diana (Tallulah Bankhead) et le cynique et despotique commandant de la marine Charles Sturm envers ses subordonnés Gary Cooper et Cary Grant dans « Le démon sous-marin » (1932) de Marion Gering.

Puis interprète un gratte-papier rongé par la misanthropie dans le film a sketches « Si j'avais un million » (1932) de Norman Taurog avec Gary Cooper et George Raft; le savant fou dans « L'île du docteur Moreau » (1933) d’Erle C. Kenton, dans lequel il tente de créer des hommes à partir d'animaux, utilisant la vivisection avec Bela Lugosi et Kathleen Burke devenu une femme panthère; le Roi Henry VIII où il déploie des prodiges en ripailleur dévorant à pleines dents des volailles ruisselantes de graisse dans « La vie privée d'Henry VIII » (1933) d’Alexander Korda qui relate sa vie à travers ses mariages successifs souvent fatals pour ses épouses, avec Merle Oberon, Elsa Lanchester, Binnie Barnes et Wendy Barrie, pour sa prestation il obtient l'Oscar du meilleur acteur.


Charles Laughton et Vivien Leigh


Étonnante prestation d’un Charles Laughton irascible dans « Le fou des îles » (1933) de Stuart Walker, menacée d'expulsion une aventurière (Carole Lombard), accepte l’offre d’un cruel contremaitre d'une plantation de l'épouser malgré sa cruauté et la répugnance de son physique, elle réussit à sortir de ses filets et s'enfuit avec l'un de ses employés (Charles Bickford); l'antipathique inspecteur Javert dans le roman hugolien « Les Misérables » (1933) adapté à l'écran par Richard Boleslawski avec Fredric March en Jean Valjean, Rochelle Hudson en Cosette, Florence Eldridge jouant Fantine, et John Beal le jeune Marius : le capitaine Bligh qui rejette sa cruauté envers son équipage et à la plupart de ses officiers dans « Les révoltés du Bounty » (1935) de Frank Lloyd, avec Clark Gable et Franchot Tone, Charles Laughton reçoit le Prix NYFCC du meilleur acteur par le cercle des critiques de cinéma de New York.

Dans son biopic « Rembrandt » (1936) Alexander Korda lui offre le rôle du peintre hollandais du XVII siècle, désemparé à la mort de sa femme (Gertrude Lawrence), dans sa folie il peint une dernière fois son visage tant qu’il est encore intact, commence alors sa descente aux enfers, avec Elsa Lanchester sa maitresse.

Voué aux rôles de composition, il impose son énorme talent avec le personnage du monstre bossu Quasimodo, une adaptation hollywoodienne du roman hugolien « Notre-Dame de Paris » (1939) réalisé par William Dieterle avec Maureen O'Hara en Esméralda et Sir Cedric Hardwicke dans le rôle de Frollo.

Dans les années 40, Charles Laughton poursuit sa carrière en alternance avec le théâtre qui demeure sa véritable passion et le cinéma. On peut citer : l’instituteur d’un village occupé par les Allemands qui procèdent à des arrestations, sa conscience l'amène vers un élan patriotique dans « Vivre libre » (1943) de Jean Renoir ; un pirate sans foi ni loi, dans « Capitaine Kidd » (1945) de Rowland V. Lee, il est charger d'escorter un navire avec un trésor à son bord, pour cette équipée, Kidd recrute des hommes parmi les plus redoutables repris de justice, mais son intention est bien de dérober la cargaison à son profit, avec John Carradine, Gilbert Roland et Randolph Scott ; le juge rigoureux et impartial Thomas Horfield, face a Gregory Peck, un avocat qui tombe sous le charme de sa cliente, (Ann Todd) une belle italienne d'origine modeste qui est accusée d'avoir empoisonné son riche mari, aveuglé pendant la guerre dans « Le procès Paradine » (1947) d’Alfred Hitchcock.

Dans le film noir de John Farrow « La grande horloge » (1947) Charles campe le tyrannique rédacteur en chef du Crime Magazine qui dans sa folie assassine sa maîtresse (Rita Johnson), il charge son reporteur (Ray Milland) de découvrir l’auteur du meurtre, par une méthode logique il découvre que le coupable est son patron; un être diabolique dans « Le château de la terreur » (1950) de Joseph Pevney, il se venge de son jeune frère, Edmond (Paul Cavanagh) en le tenant enfermé dans le donjon de son château parce qu' il épousé il y a vingt ans la femme qu'il aimait, elle est morte en donnant naissance à une fille Blanche (Sally Forrest) il reporte sa haine sur Blanche et s'emploie à faire de sa vie un véritable enfer, avec Michael Pate et Boris Karloff.

Dans les temps troublés de Rome, il campe le roi Hérode dans le péplum « Salomé » (1953) de William Dieterle avec Rita Hayworth dans le rôle titre et Judith Anderson la reine Herodiade. En 1955, il réalise « La nuit du chasseur » magistral chef d’œuvre du film noir, on y trouve un Robert Mitchum diabolique en tueur fou, ce film demeure son unique réalisation au cinéma… mais quel génie! Au début des années 60, l’immense acteur interpréter trois grands rôles dans des superproductions notamment l’Amiral Russell dans le film de guerre « Sous dix drapeaux » (1959) de Duilio Coletti avec Van Heflin, Mylène Demongeot et Folco Lulli ; le romain Sempronius Gracchus qui commande une armée afin de mater la révolte des esclaves, dans « Spartacus » (1960) de Stanley Kubryck avec Kirk Douglas dans le rôle titre, Laurence Olivier, Peter Ustinov et Jean Simmons. Otto Preminger dirige une dernière fois l’acteur dans le film politique « Tempête à Washington » (1962), le président des Etats-Unis (Franchot Tone) nomme au poste de secrétaire d'Etat Robert Leffingwell (Henry Fonda) mais le vieux Sénateur Cooley rusé et revanchard dénonce au Sénat les soi-disant idées communistes de son adversaire. Une magistrale performance qui sera la dernière de sa fructueuse filmographie. Véritable monstre sacré, avec sa tête de bouledogue à la voix puissante et pénétrante, ses bajoues et ses yeux globuleux, le physique trapu, il joua des personnages tyranniques, cyniques, véreux voire cruels et rarement sympathique. Citoyen américain depuis 1950, artiste complet, il fut acteur, réalisateur, scénariste, producteur et homme de théâtre. Marié en 1929 avec l'actrice Elsa Lanchester, ils restèrent unis sans enfant jusqu'au décès prématuré de Charles le 15 décembre 1962 à l’âge de 63 ans d'un cancer de la moelle épinière. Il repose au Forest Lawn Memorial Park situé au nord de Los Angeles en Californie…


Charles Laughton : Quasimodo, de 1939


Source : Gary Richardson - Fait le 12 octobre 2021 par Philippe de CinéMémorial.


SES RÉCOMPENSES :

 

1958 - Pour le film : TÉMOIN À CHARGE - Prix David - Meilleur acteur étranger, Italie.

1936 - Pour le film : LES RÉVOLTÉS DU BOUNTY - Prix NYFCC - Meilleur acteur - Cercle des critiques de cinéma de New York, États-Unis.

1936 - Pour le film : L'EXTRAVAGANT MONSIEUR RUGGLES - Prix NYFCC - Meilleur acteur - Cercle des critiques de cinéma de New York, États-Unis.

1933 - Pour le film : LA VIE PRIVÉE DE HENRY VIII - Oscar du meilleur acteur, États-Unis.

 

Filmographie


Charles Laughton, 1946.


54 LONGS MÉTRAGES DÉTAILLÉS
_________________________________


1962 - TEMPÊTE À WASHINGTON

1960 - SPARTACUS

1959 - SOUS DIX DRAPEAUX

1957 - TÉMOIN À CHARGE

1955 - NUIT DU CHASSEUR .LA

1954 - CHAUSSURE À SON PIED

1953 - SALOMÉ

1953 - REINE VIERGE .LA

1952 - SARABANDE DES PANTINS .LA

1952 - ABBOTT ET COSTELLO RENCONTRENT LE CAPITAINE KIDD

1951 - FEMME AU VOILE BLEU .LA

1951 - CHÂTEAU DE LA TERREUR .LE

1949 - ÎLE AU COMPLOT .L'

1949 - HOMME DE LA TOUR EIFFEL .L'

1948 - GRANDE HORLOGE .LA

1948 - GIRL FROM MANHATTAN .THE

1948 - ARC DE TRIOMPHE

1947 - PROCÈS PARADINE .LE

1947 - FOLLE ENQUÊTE .LA

1946 - PAR SA FAUTE

1945 - CAPITAINE KIDD

1944 - PASSPORT TO DESTINY

1944 - SUSPECT .LE

1944 - FANTÔME DE CANTERVILLE .LE

1943 - VIVRE LIBRE

1943 - CARGO DES INNOCENTS .LE

1943 - HÉROS DU PACIFIQUE .LES

1943 - ET LA VIE RECOMMENCE

1942 - SIX DESTINS

1942 - TUTTLES OF TAHITI .THE

1941 - ÈVE A COMMENCÉ

1940 - DRÔLE DE MARIAGE

1939 - TAVERNE DE LA JAMAÏQUE .LA

1939 - QUASIMODO

1938 - VEDETTES DU PAVÉ

1938 - EXCENTRIQUE GINGER TED .L'

1937 - I, CLAUDIUS

1936 - REMBRANDT

1935 - RÉVOLTÉS DU BOUNTY .LES

1935 - MISÉRABLES .LES

1935 - EXTRAVAGANT MONSIEUR RUGGLES .L'

1934 - MISS BARRETT

1933 - VIE PRIVÉE DE HENRY VIII .LA

1933 - FOU DES ÎLES .LE

1932 - SIGNE DE LA CROIX .LE

1932 - SI J'AVAIS UN MILLION

1932 - PAYMENT DEFERRED

1932 - ÎLE DU DOCTEUR MOREAU .L'

1932 - DÉMON DU SOUS-MARIN .LE

1932 - MAISON DE LA MORT .LA

1931 - DOWN RIVER

1930 - LOUPS .LES

1930 - COMETS

1929 - PICCADILLY


6 COURTS MÉTRAGES
____________________________________________

1952 - NEWS OF THE DAY
Court métrage de Lou Costello

1947 - GALILEO
Court métrage de Ruth Berlau & Joseph Losey

1935 - SCREEN SNAPSHOTS SERIES 14, No. 11
Court métrage de Ralph Staub

1930 - TONIC .THE
Court métrage d'Ivor Montagu

1928 - DAYDREAMS
Court métrage d'Ivor Montagu

1928 - BLUE BOTTLES
Court métrage d'Ivor Montagu

 

_______________________FIN_____________________

commentaires (0)