CATHERINE SAUVAGE

Vue 6840 fois

Profession:
Actrice, chanteuse et femme de théâtre français.

Date et lieu de naissance:
29-05-1929, à Nancy, Meurthe-et-Moselle, France.

Date et lieu du décès:
19-03-1998, à Bry-sur-Marne, Val-de-Marne, France.
Incinérée au crématorium de Valenton, Val-de-Marne, ses cendres furent remises à sa famille.

Cause du décès:
D'un cancer à l'âge de 68 ans.

Nom de naissance:
Jeanine Marcelle Saunier.

État civil:
Conjointe de l'acteur : PIERRE BRASSEUR.

Conjointe de : GÉRARD PARIS qu'elle épousa en 1997.

Taille:
?

Commentaires: 0

Anecdotes

Elle interprète aussi bien Léo Ferré, Louis Aragon ("Il n'y a pas d'amour heureux"), Bertold Brecht ("La Complainte de Mackie", "La Fiancée du pirate") que Gilles Vigneault, poète alors inconnu qu'elle rencontre au Québec et dont elle est la première à chanter les textes en France ("Mon pays", "La Manikoutai").

Après les Trois-Baudets en 1953, elle passe en vedette en 1954 à l'Olympia, en 1955, puis en 1960, à Bobino pour un long tour de chant. Toujours dans cette salle, elle fait un retour en 1968, après que la vague yé-yé l'ait éclipsée.

Exigeante dans le choix de ses textes, elle l'est aussi dans celui de ses musiciens : Michel Legrand, arrangeur de plusieurs de ses enregistrements, ou Jacques Loussier, pour l'accompagner au piano. Chanteuse de scène, elle y déploie une hargne raffinée qui fit dire à Georges Brassens (qu'elle a aussi interprété) "elle ne chante pas, elle mord". En 1992, elle enregistre un album entièrement consacré à Jacques Prévert.

 

Source : http://www.lehall.com

 

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à CATHERINE SAUVAGE
dans un extrait : Paris Canaille.

 

 

Source : Melmoth de You Tube -- Ajout de la vidéo le 20 novembre 2011 par Philippe de CinéMémorial

 

 

Catherine Sauvage, née Jeanine Marcelle Saunier le 26 mai 1929 à Nancy, France. Marguerite Duras a dit d'elle : « Chanteuse d'amour, de révolte, de larmes, elle a une voix sauvage d'une redoutable exactitude qui frappe en plein cœur. » Catherine Sauvage ou l'archétype de la chanteuse rive gauche, de l'artiste engagée, compagnon de route du Parti communiste, épouse un temps de Pierre Brasseur, passionnée de poésie, bref, un genre comme on n'en fait plus…

Elle apparaît après-guerre dans les meilleurs cabarets et lance « Grand papa laboureur » au Bœuf sur le Toit en 1948. Jeanine Saunier chante d'abord pour le plaisir, puis assure quelques remplacements dans des boîtes. Jusqu'au jour où on lui propose un tour de chant au Bœuf sur le Toit, un cabaret proche des Champs-Élysées. Elle y interprète, avec une vivacité et un mordant peu communs, l'une de ses premières chansons, « Han Coolie », poème allemand adapté par Louis Aragon.

Ferré, Canetti, etc.

C'est le début des années 1950. Jeanine Saunier se transforme en Catherine Sauvage, le prénom à cause de l'impératrice de Russie, et le nom est celui d'une copine de classe. Même si elle chante du côté de l'Étoile, c'est à Saint-Germain-des-Prés qu'elle préfère traîner. Elle y fait d'ailleurs la connaissance de Léo Ferré, une rencontre qui va orienter toute sa carrière. Elle décide d'inscrire plusieurs chansons de Léo à son répertoire : « Paris canaille », « Graine d'ananar »…

Tout s'enchaîne alors très vite. En 1953, Jacques Canetti la fait passer à son théâtre des Trois Baudets ; elle obtient, l'année suivante, un premier prix du disque grâce à « L'homme » de Ferré, ce qui la propulse sur la scène de l'Olympia. Catherine Sauvage monte ensuite dans la ville de Lyon sous la direction de Roger Planchon un spectacle entièrement consacré à Bertolt Brecht, qu'elle reprend à Bobino en 1955.

Quatre ans plus tard, elle chante à Bobino et au théâtre de la Gaîté-Montparnasse, où elle présente son premier récital. À son répertoire, des chansons de Léo Ferré, Bertolt Brecht et Kurt Weil, Louis Aragon, Georges Brassens, Mac Orlan, Gilles Vigneault. En tournée au Canada, elle rencontre le poète qui lui donne « Mon Pays », « Le Corbeau », « La Manikoutai » et qu’elle fait connaître dès 1965 ( « Quand vous mourrez de nos amours »).

Gainsbourg et récompenses

En 1961, Catherine Sauvage obtient un deuxième prix du disque. En 1962, et ceci bien avant Brigitte Bardot ou France Gall, Catherine Sauvage consacre tout un 45 tours à un jeune auteur nommé Serge Gainsbourg (« Black Trombone », « L'assassinat de Franz Lehar » et « Baudelaire »).

Mais la vague yé-yé qui commence à déferler sur la France va la reléguer, comme tant d'autres, au second plan pour quelques années. La chanteuse laisse la place à l'actrice de théâtre jusqu'en 1968, année où elle fait un grand retour à Bobino, immortalisé par le disque Bobino 1968 – Le Bonheur.

Dans les années 80, Catherine Sauvage vit une semi-retraite et déclare volontiers à qui veut l'entendre : « Je n'ai plus envie de chanter parce que si c'est pour chanter une fois tous les trois mois… » Elle se produit tout de même régulièrement à l'étranger.

En 1992, elle enregistre un disque entier de poèmes de Jacques Prévert pour la maison Canetti, l'ancien propriétaire des Trois Baudets. Sa dernière apparition en scène a été pour les Francofolies de La Rochelle en juillet 1994.

Elle est décédée le 19 mars 1998 à Bry-sur-Marne (Val-de-Marne), des suites d'un cancer.

 

Source : http://www.music-story.com/ - Fait le 20 novembre 2011 par Philippe de CinéMémorial.

 

Filmographie

 

4 LONGS MÉTRAGES

************************************

 

1956 - MÉMOIRES D'UN FLIC

 

1955 - PARIS COQUIN - PARIS CANAILLE

 

1965 - DEUX HEURES À TUER

 

1983 - FIANCÉE QUI VENAIT DU FROID .LA

 

 

6 COURTS MÉTRAGES

************************************

 

1955 - 33 TOURS ET PUIS S’EN VONT
Réal : Henri Champetier

 

1962 - BEL AMOUR .LE
Réal : Jean Bacque

 

1962 - COMME DANS LA HAUTE
Réal : Jean Bacque

 

1962 - PAUVRE RUTEBEUF
Réal : Jean Bacque

 

1962 - SORABAYA JOHNY
Réal : Jean Bacque

 

1962 - TEMPS DU TANGO .LE
Réal : Jean Bacque

 

 

 

 

commentaires (0)