BETTY GRABLE

Vue 6949 fois

Profession:
Actrice et chanteuse américaine.

Date et lieu de naissance:
18-12-1916, à Saint-Louis dans le Missouri, États-Unis.

Date et lieu du décès:
02-07-1973, à Santa Monica, Californie, États-Unis.
Enterré à Inglewood Park Cemetery, Inglewood, Californie.

Cause du décès:
D'un cancer du poumon à l'âge de 56 ans.

Nom de naissance:
Elisabeth Ruth Grable - Aussi sous le nom de : Frances Dean. Surnom : La fille aux jambes d'un million de dollars.

État civil:
Mariée en 1937 avec l'acteur : JACKIE COOGAN - divorcée en 1940.

Liaison en 1940 avec l'acteur : DESI ARNAZ.

Mariée en 1943 avec le musicien de jazz : HARRY JAMES - divorcée en 1965.
Ils eurent deux filles : Victoria (née en 1944) et Jessica (née en 1947)

Liaison avec le danseur : BOB REMICK - Jusqu'au décès de Betty en 1973.

Taille:
(1m63)

Commentaires: 0

Anecdotes

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à BETTY GRABLE

 

 

Source de la vidéo : Movie Legends basilnelson sur You Tube - Ajout de la vidéo le 03 janvier 2010 par Philippe de CinéMémorial

 

 

Betty Grable qui allait devenir la star numéro un du box office d'une Amérique en guerre (et au passage la femme la plus riche du continent) naquit le 18 Décembre 1916 à Saint Louis dans le Mississipi dans une famille modeste.

Elle est alors Elizabeth Ruth Grable mais dès sa petite enfance, elle deviendra pour tout le monde " Betty ".

Betty a déjà deux sœurs lorsqu'elle vient au monde et sa mère, Lillian Rose, a une idée derrière la tête, une idée bien arrêtée. Celle de faire de sa fille aînée une star de Broadway, rêve qu'elle n'a pu réaliser elle-même et qu'elle reporte sur l'enfant, voyant là un moyen possible de gagner de l'argent et de changer enfin de vie.

Lillian Rose fera contre mauvaise fortune bon cœur et patientera quelques années avant de se lancer dans la rude éducation artistique de la future star que sera sa seconde fille.
Encore plus épouvantée à l'idée que la première !
Autant essayer de faire une star de Broadway de son fer à repasser ou d'un plan de pommes de terre !
La pauvre Lillian faillit sombrer dans le désespoir si sa cadette, les yeux écarquillés lorsqu'elle entendait sa maman conter les enchantements qui attendaient ses sœurs lorsqu'elles seraient affichées en lettres de lumière sur tout Broadway. Dans ses oreilles enfantines, cela a pris des résonnances de paradis.
Lorsque Lillian en désespoir de cause jette un œil sur sa petite dernière, cela fait des années qu'elle sautille et virevolte en cachette en reprenant les airs à la mode pour le jour où maman lui proposera d' " apprendre ".
A cette époque, le miracle Shirley Temple n'avait pas encore eu lieu.
Nul doute sinon que miss Lillian Rose Grable eut lancé ses filles sur scène avec leur berceau.
Les parents managers furent à cette époque un réel phénomène de société. Puisque la petite dernière se révéla douée et pleine de bonne volonté, sa maman chérie mit les bouchées doubles, et mentant honteusement sur son âge, Betty se retrouve sur un plateau de cinéma, dans le chorus d'une comédie musicale avant de fêter ses 13 ans !
La ruse fut éventée, la petite fille fut virée.
Virée peut-être mais dans le film elle avait été très bien, Lillian ne déposa pas les armes.

Elle n'hésita pas sur les moyens et se procura des faux papiers pour sa fille.
Pour être bien certaine qu'elle ne soit pas démasquée, elle lui fit décolorer les cheveux et partit à l'assaut des autres studios.
Mais si le studio garda Betty, il ne fit pas d'elle une star pour autant, elle passa des années à sautiller, faire des claquettes et des moues coquines dans l'ombre des géants du cinéma, c'est ainsi qu'on peut le repérer dans l'ombre de Fred et Ginger dans " The Gay Divorcée " et " Follow the Fleet ".

Durant toutes les années 30, blonde à mourir elle va passer d'un studio à l'autre, de RKO à Paramount pour sempiternellement y jouer les utilités frivoles, les friandises vivantes. Une autre Toby Wing !

C'est alors qu'elle fait sa rencontre coup de foudre avec Jackie Coogan, nous sommes en 1937.
Ils seront partenaires dans " One Million Dollars Legs " en 1939.
On pourrait philosopher des heures sur ce coup de foudre qui déboucha sur un mariage instantané.
Car Betty eut beau clamer qu'elle adorait sa mère et qu'elle aurait fait n'importe quoi pour lui faire plaisir, on peut s'étonner qu'elle choisisse comme compagnon de vie celui qui fut " le Kid " de Chaplin et qui aujourd'hui bataillait ferme contre ses parents dans un procès sordide pour récupérer une parcelle de ses gains.
Le cas Jackie Coogan fut tellement ignoble que des lois furent votées pour que pareille infamie ne se reproduisent jamais plus.

Coogan épousa la sémillante Betty Grable, et quel juge normalement constitué des années 30 aurait pu croire qu'un homme marié à Betty Grable eut préféré avoir Junior Durkin dans son lit ?

Le mariage dura moins de deux ans et Betty en sortit aigrie, déclarant clairement son raz-le bol d'Hollywood, ses studios et ses films où elle avait fini par s'ennuyer.

Betty accepta le rendez-vous, n'apprécia pas l'homme mais signa le contrat.
Ce jour là, tous les deux firent la meilleure affaire de leur vie, ce contrat est encore aujourd'hui le plus " juteux " de toute l'histoire d'Hollywood. Betty avait été très claire, elle affirma sa décision inébranlable de prendre sa retraite, de ne plus jamais mettre un pied à Hollywood ni son nez devant une caméra, car je cite : " Ce métier débile au milieu de tous ces margoulins me dégoûte ! ". Zanuck augmenta les prix et argumenta qu'elle ne tournerait que si elle en avait envie. En attendant, elle pouvait retourner à ses triomphes d'histoire de France.
Deux semaines plus tard, Zanuck l'appelait catastrophé : Alice Faye était malade, son film " Sous le Ciel d'Argentine " était en carafe, le studio allait sombrer si Betty ne le sauvait pas. Bonne fille, elle accepta

Le résultat n'est pas un chef d'œuvre, loin da là, mais il marcha de manière inespérée et bien mieux que ce que les meilleurs pronostics ne permettaient de l'espérer avec Alice dans le rôle.

Alice Faye est alors la star numéro un du studio et la protégée de Zanuck qui est un fan invétéré.
Elle a d'ailleurs plus d'un point commun avec Betty outre le physique, comme de s'être faite virer de chez Ziegfeld parce qu'elle était trop jeune ou de sortir d'un mariage aussi court que bref.

Epingler les photos de Betty partout devint un réel phénomène de société, puisque les adolescents trop jeunes pour le combat s'en donnaient eux aussi à cœur joie, elle devint la " Pin-up Girl ", littéralement traduisible par " la fille qu'on épingle " aussi bien dans les casernes que dans les campus ! Ce terme aujourd'hui entré dans le langage courant fut inventé pour Betty, la " pin-up " n'existait pas avant elle.

Betty était partout et bien sûr les films s'enchaînèrent, les dollars coulèrent à flots.
Les GI's avaient pourtant d'autres merveilleuses créatures à se mettre sous le fantasme dont Rita Hayworth, Hedy Lamarr ou Lana Turner mais Betty était bien leur dame de cœur indétrônable.

Qui croirait que ces deux-là se détestent ?
Hormis cette incompréhensible aversion, les deux femmes n'ayant que des amis, Betty Grable coule des jours trépidants mais heureux, le fait étant qu'elle n'a pas une minute à elle pour se rendre compte si les choses vont bien ou pas ! La Fox taille donc des " véhicules " pour sa mine d'or Betty Grable, comme ces " Dolly Sisters " étrangement blondes ou le célébrissime " Pin-up Girl " dans lequel personne ne la reconnaît dès qu'elle chausse une paire de lunettes et peut donc se faire passer en toute impunité pour une secrétaire mochisante !
En 1943, Betty épouse le chef d'orchestre Harry James et Zanuck qui avait craint pour la popularité de sa vedette constate avec stupeur que Betty en devient plus populaire encore, et pour cause, Harry James fait son devoir sous les drapeaux, pour les soldats, la star épouse un des leurs ! Le couple James aura deux filles : Victoria et Jessica.

Lorsque la FOX met en chantier " Comment Epouser un Millionnaire " en 1953, c'est le premier film cinémascope du studio et si Lauren Bacall et Marilyn Monroe sont à l'affiche, c'est bel et bien sur Betty que le studio compte pour mener l'entreprise au triomphe.
Elle est si célèbre que le scénario inclut même une référence à son mariage avec Harry James.
-" Oh, coutez cette musique, elle arrive droit de New-York, c'est l'orchestre Harry James ! "

Betty se sentit soulagée à l'idée qu'une blonde consentante envisage avec ravissement de lui succéder dans les comédies du studio et les griffes de Zanuck. Les échotiers espéraient que ces dames allaient s'entretuer sur le plateau de " Comment épouser un Millionnaire " mais c'est le contraire qui se produisit, Betty Grable encourageant Marilyn d'un : " Vas-y Baby, c'est ton tour, moi j'ai eu le mien ! " Miss Bacall se tint pour sa part à distance respectable de toutes ces blondes.

Betty ne tiendra plus longtemps à Hollywood et tire sa révérence en 1955, Après lui avoir fait servir la soupe à Marilyn dans " Comment Epouser un Millionnaire ", on lui fait servir la soupe à Sheree North dans " Comment Devenir Très Très Populaire ". Sheree étant destinée à " remplacer " Marilyn qui avait dû déplaire à son studio.
Cette fois Betty ne déchira pas son contrat, elle ne le renouvela pas. Tout simplement.
Zanuck perdait une actrice qui…gagnait plus d'argent que lui !

En 1973, l'académie des Oscars la sollicita pour venir remettre un Oscar de la meilleure chanson.
On a beau avoir été la plus grande star du monde et détesté Hollywood, le temps se charge de réorganiser les souvenirs à sa manière et le temps de la jeunesse devint pour Betty comme pour toutes les femmes le " bon temps ".
Elle accepta.
Le soir de la cérémonie, lorsque Betty Grable apparut sur scène dans une robe de satin fuchsia, ce fut un véritable délire qui l'accueillit, Hollywood retrouvait sa reine incontestée.
Betty se rendit compte, presqu'à son étonnement, qu'elle aussi aimait retrouver son cher vieil Hollywood.
Ce furent des retrouvailles au goût de mort.

Après la cérémonie et les joyeuses festivités qui en découlèrent, Betty rentra à son hôtel.
Le lendemain elle se plaignait d'un mal de gorge persistant.
Elle incrimina l'air conditionné mais resta à Los Angeles, se sentant trop fiévreuse pour prendre l'avion.
Soignée pour un mal de gorge, Betty Grable fut diagnostiquée avec un cancer de la gorge.
Un cancer inopérable.
Elle resta impassible à l'annonce du désastre et de l'imminence de sa mort.
Elle ne posa qu'une seule question : " Aurais-je le temps d'honorer mon contrat, je reprends Hello Dolly à Broadway à la rentrée ".
Betty ne fut jamais plus Dolly, elle promenait le spectacle en tournée de manière régulière depuis 1967.
Elle s'éteignit quelques semaines plus tard.
Betty Grable, usée par les infidélités et les dettes de jeu d'Harry James avait fini par divorcer en 1965. Elle vécut ensuite une liaison avec le danseur Bob Remick qui l'accompagna jusqu'aux portes de la mort.

Le public qui croyait tout savoir de la pin-up girl ignorait que Betty Grable était une invétérée fumeuse, le studio engloutissait de grosses sommes pour retoucher ses photos et faire disparaître son éternelle cigarette entre ses doigts.
Pour d'étranges raisons, la cigarette n'allait pas de pair avec l'image de Betty.
Le 2 Juillet 1973, Betty Grable rendait les armes, elle avait 56 ans.
Marilyn qui l'avait succédée sur le trône de reine d'Hollywood n'était déjà plus là depuis bien longtemps lorsque Betty s'éteignit.
Dès lors ce trône resta vide à jamais.
Betty Grable fut inhumée le 5 Juillet 1973, jour anniversaire de son mariage avec Harry James 30 ans plus tôt.
Lui-même s'éteindra jour pour jour dix ans plus tard, le 5 Juillet 1983.

 

 

Biographie écrite par Céline Colassin de Cinevedette3 que je remercie. -- Fait le 27 novembre 2011 par Philippe de CinéMémorial.

 

 

Filmographie

 

65 LONGS MÉTRAGES
_________________________________

 

1955 - DEUX FILLES EN ESCAPADE
Réal : Nunnally Johnson

 

1954 - TOUT LE PLAISIR EST POUR MOI
Réal : H.C. Potter

 

1953 - COMMENT ÉPOUSER UN MILLIONNAIRE

 

1953 - JOLIE BATELIÈRE .LA

 

1951 - FOLIES DE BROADWAY
Réal : Richard Sale

 

1951 - AVENTURE À TOKYO

 

1950 - TROIS GOSSES SUR LES BRAS

 

1950 - RUE DE LA GAIETÉ .LA

 

1948 - MAM'ZELLE MITRAILLETTE

 

1948 - DAME AU MANTEAU D'HERMINE .LA

 

1948 - À TOI POUR LA VIE

 

1947 - EXTRAVAGANTE MISS PILGRIM .L'

 

1947 - MAMAN ÉTAIT NEW-LOOK

 

1946 - VOULEZ-VOUS M'AIMER ?

 

1945 - DOLLY SISTERS .LES
Réal : Irving Cummings

 

1945 - BROADWAY EN FOLIE

 

1944 - PIN-UP GIRL

 

1944 - FOUR JILLS IN A JEEP
Réal : William A. Seiter

 

1943 - ROSIE L'ENDIABLÉE

 

1943 - ÎLE AUX PLAISIRS .L'
Réal : Walter Lang

 

1942 - SWING AU COEUR

 

1942 - IVRESSE DE PRINTEMPS

 

1942 - FILLES DES ÎLES
Réal : Walter Lang

 

1941 - YANKEE DANS LA R.A.F. .UN
Réal : Henry King

 

1941 - SOIRS DE MIAMI
Réal : Walter Lang

 

1941 - QUI A TUÉ VICKY LYNN ?

 

1940 - SOUS LE CIEL D'ARGENTINE
Réal : Irving Cummings

 

1940 - ADIEU BROADWAY

 

1939 - MILLION DOLLAR LEGS
Réal : Nick Grinde

 

1939 - IRRÉSISTIBLE MONSIEUR BOB .L'
Réal : Mark Sandrich

 

1939 - DAY THE BOOKIES WEPT .THE
Réal : Leslie Goodwins

 

1938 - GIVE ME A SAILOR
Réal : Elliott Nugent

 

1938 - COLLÈGE SWING

 

1938 - CAMPUS CONFESSIONS
Réal : George Archainbaud

 

1937 - THRILL OF A LIFETIME
Réal : George Archainbaud

 

1937 - THIS WAY PLEASE
Réal : Robert Florey

 

1937 - MILLION DOLLARS LEGS
Réal : Edward Cline

 

1936 - PIGSKIN PARADE

 

1936 - DON'T TURN'EM LOOSE
Réal : Benjamin Stoloff

 

1936 - EN SUIVANT LA FLOTTE

 

1936 - COLLEGIATE
Réal : Ralph Murphy

 

1935 - OLD MAN RHYTHM
Réal : Edward Ludwig

 

1935 - NITWITS .THE

 

1934 - JOYEUSE DIVORCÉE .LA

 

1934 - HIPS, HIPS, HOORAY !
Réal : Mark Sandrich

 

1934 - BY YOUR LEAVE
Réal : Lloyd Corrigan

 

1933 - SWEETHEART OF SIGMA CHI
Réal : Edwin L. Marin

 

1933 - STUDENT TOUR
Réal : Charles F. Reisner

 

1933 - MELODY CRUISE
Réal : Mark Sandrich

 

1933 - MEET MY SISTER
Réal : John Daumery

 

1933 - JEWEL .THE
Réal : Reginald Denham

 

1933 - CHILD OF MANHATTAN
Réal : Edward Buzzell

 

1933 - CAVALCADE

 

1932 - WHAT PRICE INNOCENCE ?
Réal : Willard Mack

 

1932 - ROI DE L'ARÈNE .LE

 

1932 - MIS À L'ÉPREUVE

 

1932 - GREEKS HAD A WORD FOR THEM .THE
Réal : Lowell Sherman

 

1932 - AGE OF CONSENT .THE
Réal : Gregory La Cava

 

1931 - PALMY DAYS

 

1931 - KIKI

 

1931 - HOLD'EM JAIL
Réal : Norman Taurog

 

1931 - HAPPY DAYS
Réal : Benjamin Stoloff

 

1930 - WHOOPEE !
Réal : Thornton Freeland

 

1930 - LET'S GO PLACES
Réal : Frank R. Strayer

 

1929 - FOX MOVIETONE FOLLIES OF 1929
Réal : David Butler

 

23 COURTS MÉTRAGES:
____________________________________________

1964 - DÉESSES DE L'ÉCRAN .LES
Court métrage

 

1955 - SCREEN SNAPSHOTS : HOLLYWOOD SHOWER OF STARS
Court métrage de Ralph Staub

 

1947 - HOLLYWOOD BOUND
Court métrage

 

1946 - HOLLYWOOD PARK
Court métrage

 

1945 - ALL-STAR BOND RALLY .THE
Court métrage de Michael Audley

 

1940 - A QUIET FOURTH
Court métrage de Harry d'Arcy

 

1936 - SUNKIST STARS AT PALM SPRINGS
Court métrage de Roy Rolland

 

1935 - SPIRIT OF 1976 .THE
Court métrage de Leigh Jason

 

1935 - DRAWING RUMORS
Court métrage

 

1935 - A NIGHT AT THE BILMORE BOWL
Court métrage

 

1934 - SUSIE'S AFFAIR
Court métrage de Archie Gottler

 

1934 - SCHOOL FOR ROMANCE
Court métrage de Archie Gottler

 

1934 - LOVES DETECTIVES
Court métrage de Archie Gottler

 

1934 - ELMER STEPS OUT
Court métrage de Jules White

 

1934 - BUSINESS IS A PLEASURE
Court métrage de Edward F. Cline

 

1933 - AIR TONIC
Court métrage

 

1932 - FLIRTY SLEEPWALKER .THE
Court métrage de Del Lord

 

1932 - OVER THE COUNTER
Court métrage de Jack Cummings

 

1932 - LADY, PLEASE
Court métrage de Babe Stafford

 

1932 - HOLLYWOOD LUCK
Court métrage de Roscoe Fatty Arbuckle

 

1932 - HOLLYWOOD LIGHTS
Court métrage

 

1931 - EX-SWEETIES
Court métrage de Marshall Neilan

 

1931 - CRASHING HOLLYWOOD

________________________________________________

 

commentaires (0)