BERNARD GIRAUDEAU

Vue 8178 fois

Profession:
Acteur, réalisateur, scénariste, producteur et homme de théâtre français.

Date et lieu de naissance:
18-06-1947, à La Rochelle, Charente Maritime, France.

Date et lieu du décès:
17-07-2010, à Paris, France.

Cause du décès:
D'un cancer du poumon à l'âge de 63 ans.

Nom de naissance:
Bernard René Giraudeau.

État civil:
Fut le compagnon de la comédienne : ANNY DUPEREY
Ils eurent deux enfants : Gaël et l'actrice Sara, Molière de la révélation féminine théâtrale 2007.

Taille:
(176 cm)

Commentaires: 1

Anecdotes

Pour moi personnellement, c'est une triste journée de deuil, une sale journée, car je viens d'apprendre le décès de mon acteur préféré. Bernard Giraudeau qui nous quitte ce samedi 17 juillet 2010 dans un hôpital parisien, emporté par un cancer contre lequel il luttait depuis près d'une dizaine d'années, avec courage et détermination.

Son goût du voyage l’amène à réaliser des documentaires comme La Transamazonienne, Un Ami Chilien, Chili Norte, Chili Sure, et récemment Esquisses Philippines.

Il prête sa voix à d’autres documentaires, Les Mystères d’Alexandrie, Les Ailes des Héros et, tout récemment, La Terre vue du ciel (Te amo) (2004) Il interprète enfin tous les personnages d’Harry Potter dans la version audio book du célèbre roman.

Bernard Giraudeau s'engage à l'âge de 16 ans et rentre à l'École des apprentis mécaniciens dans la Marine française et embarque à bord de la Marie-Jeanne, où il sillonnera à travers les mers et les océans durant plusieurs années.

26 avril 2009, Bernard Giraudeau a été le président de la 23e Nuit des Molière.

À son retour après avoir navigué pendant trois années, il exerce plusieurs petits boulots aux Halles, chez Simca ou encore dans des agences de pub.

Il rentre en 1970 au Conservatoire d’Art Dramatique, d’où il sort avec un premier prix de comédie classique et moderne.

Bernard débute en 1971 au théâtre, à Paris, aux cotés de Jacques Fabbri dans "Pauvre France"

Depuis 2000, il combattait un cancer du rein qui l'avait contrait à ralentir ses activités et qui, disait-il, lui avait appris à se connaître. En 2005, on lui avait trouvé des métastases au poumon.

 

SA BIBLIOGRAPHIE :

1992 - Transamazonienne

1996 - Les Caprices d'un fleuve

2001 - Le Marin à l’Ancre

2002 - Les Contes d’Humahuaca

2003 - Ailleurs (Commentaire écrit sur des peintures d’Olivier Suire Verley)

2004 - Les hommes à terre

2007 - Le Retour du quartier-maître

2007 - Les Dames de nage

2009 - Cher Amour - Il avait reçu le prix Mac Orlan pour Cher Amour.

 

 

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à BERNARD GIRAUDEAU

 

 

Ajout de la vidéo le 17 juillet 2010 par Philippe de CinéMémorial

 

C'était un esprit vif, curieux, aux aguets. La maladie seule a stoppé cet élan. Bernard Giraudeau, qui souffrait d'un cancer depuis plusieurs années, est décédé samedi matin à l'âge de 63 ans dans un hôpital parisien, a annoncé son agent.

Mais jusqu'au bout, le comédien bourlingueur a lutté. C'était le comédien le plus entreprenant de sa génération. Acteur, il accumula les projets au théâtre, au cinéma, tâta de la comédie musicale, tourna des films, écrivit des livres… Voyageur infatigable, il n'a cessé de courir après une forme d'absolu, une quête d'identité, bref, comme Fantasio de Musset, il était insaisissable.

Né au bord de la mer à La Rochelle le 18 juin 1947, Bernard Giraudeau a peut-être connu là ses premiers désirs d'évasion, d'aventures. À 16 ans, il rejoint la Marine nationale et pendant trois ans, il sillonne les mers. A son retour, il intègre le conservatoire national d'art dramatique. Qui l'a découvert dans sa scène du concours de sortie en 1974 se souvient d'un comédien déjà prometteur, plein d'allant, séduisant et émouvant. Un parfait Figaro de Beaumarchais, la douleur aux lèvres : «Ô femme, femme, femme ! créature faible et décevante…» Il rafle le premier prix.

Le théâtre s'intéresse très vite à ce jeune premier qui refuse la notion d'emploi. Il joue La Reine de Césarée, de Brasillach, sous la direction de Jean-Laurent Cochet. Puis Sur le fil d'Arrabal dirigé par Lavelli.Mais aussi dans une comédie musicale, Attention fragile, avec Anny Duperey et dans Le Prince de Hombourg, de Kleist. Des choix pour le moins éclectiques. Mais cela tombe bien, le comédien a toujours été l'as des as pour brouiller les cartes.

Le cinéma ne l'épingle pas plus, même si le triomphe des Spécialistes, réalisé par Patrice Leconte en 1985, le propulse au faîte des jeunes séducteurs athlétiques au sourire insolent. Il est avec Gérard Lanvin le duo gagnant du cinéma français dans les années 1980. Très vite, il casse son image de beau gosse en tournant Poussière d'ange, d'Édouard Niermans, où il campe un flic alcoolique. Puis il revient vers le théâtre. Il joue avec Anny Duperey, Pierre Arditi et Emmanuelle Béart La Réputation ou L'amour puni d'Anouilh.

Jouer ne lui suffit plus, alors il passe à la réalisation. Il signe un téléfilm, d'abord, La Face de l'ogre, puis un long-métrage, L'Autre, tiré d'un livre d'Andrée Chedid. Et enfin, Les Caprices d'un fleuve. Cette frénésie qui le caractérise alimentée par un appétit d'entreprendre l'emmène toujours ailleurs. Cela se traduit par une filmographie où il a campé de tout : un aventurier dans Rue barbare, de Gilles Béhat, un fêlé dans Gouttes d'eau sur pierres brûlantes, de François Ozon, un séducteur dans L'Année des méduses, de Christopher Franck, un fragile, dans Ce jour-là, de Raoul Ruiz ou encore Molière dans le film de Véra Belmont Marquise…

Sur scène, s'il a débuté dans un boulevard Pauvre France, il a vite joué des pièces plus denses, comme les Liaisons dangereuses de Christopher Hampton d'après Laclos. Il est Valmont, face à Caroline Cellier, Merteuil. Il est l'homme des duos. On le retrouve face à Claude Rich dans K2, pièce américaine de Patrick Myers adaptée par Jean Cau, au côté de Fanny Ardant dans L'Aide-mémoire de Jean-Claude Carrière, auprès de Christiane Cohendy dans Le Libertin d'Eric-Emmanuel Schmitt. Puis une dernière fois avec celle qui partageait sa vie Anny Duperey en 1990 pour Le plaisir de rompre et Le Pain de ménage de Jules Renard.

Des rôles qui façonnent l'image d'un séducteur à la Delon qui aurait l'espièglerie d'un Belmondo. Il est le samouraï et le guignolo réuni. Il y a chez lui un charisme de caïd, et un allant de sportif. Un subtil mélange qui le rend inquiétant ou sympathique selon l'angle, la lumière, l'humeur. Mais c'est dans l'écriture finalement qu'il se dévoile avec ses doutes, ses errances, ses contradictions. Toute la complexité de l'homme éclate dans ses écrits. Il faut dire que l'écriture le séduit au moment où la maladie le rattrape. Un cancer du rein en 2001, alors qu'il joue Beckett d'Anouilh, avec une récidive quelques années plus tard qui l'empêche de jouer Richard III de Shakespeare qu'il a juste eu le temps de créer dans sa ville La Rochelle, à l'été 2004. Il apprend alors à regarder autour de lui. «J'étais un jeune coq qui gonflait ses plumes avec le talent qui lui était donné», concède-t-il dans un entretien accordé à Télérama. On ne peut pas être plus lucide.

Aux Éditions Métailié, il donne quatre livres, Le Marin à l'ancre, Les Contes d'Humahuaca, Les Hommes à terre et Les Dames de nage. Ce dernier ouvrage, vrai succès de librairie, a reçu le prix Amerigo-Vespucci, récompensant un écrit très personnel où derrière le personnage de Marc Austère se cache Bernard Giraudeau, un écrivain à l'âme bourlingueuse né à La Rochelle.

Chevalier de la Légion d'honneur, Bernard Giraudeau a eu deux enfants de la comédienne Anny Duperey, Gaël et la comédienne Sara, qui a remporté le Molière 2007 de la révélation féminine théâtrale.

 

Source : Marion Thébaud et Flore Galaud pour : lefigaro.fr - Mise en page par Philippe de CinéMémorial le 17 juillet 2010.

 

 

SES RÉCOMPENSES :

 

Premier prix de comédie classique et moderne au Conservatoire de Paris.

Membre du comité de parrainage de la Coordination française pour la Décennie de la culture de paix et de non-violence.

Écrivain de Marine (titre honorifique décerné par la Marine nationale)

Le 7 octobre 2007 le prix Amerigo-Vespucci, dans le cadre du 18e Festival international de géographie de Saint-Dié des Vosges, puis le Prix des lecteurs de L'Express et le Prix littéraire de la ville des Sables d'Olonne lui sont décernés pour son roman Les Dames de nage.

1987 - Pour : L’HOMME VOILÉ - Ciak d’Or - Meilleure interprétation masculine - Festival de Venise, Italie.

 

Filmographie

38 LONGS MÉTRAGES
_________________________

 

2005 - CHOK DEE

 

2003 - MARINS PERDUS .LES

 

2003 - PETITE LILI .LA

 

2003 - JE SUIS UN ASSASSIN

 

2003 - CE JOUR-LÀ
Réal : Raoul Ruiz

 

1999 - AFFAIRE DE GOÛT .UNE

 

1999 - GOUTTES D'EAU SUR PIERRES BRÛLANTES
Réal : François Ozon

 

1998 - DOUBLE DE MA MOITIÉ .LE
Réal : Yves Amoureux

 

1997 - TGV
Réal : Moussa Touré - Prod : Bernard Giraudeau

 

1996 - MARTHE
Réal : Jean-Loup Hubert

 

1996 - MARQUISE
Réal : Véra Belmont

 

1996 - VIE SILENCIEUSE DE MARIANNA UCRIA .LA

 

1996 - RIDICULE

 

1996 - CAPRICES D'UN FLEUVE .LES

 

1993 - NOUVELLE VIE .UNE
Réal : Olivier Assayas

 

1993 - FILS PRÉFÉRÉ .LE

 

1993 - ELLES NE PENSENT QU' À ÇA

 

1993 - DRÔLES D'OISEAUX

 

1991 - APRÈS L'AMOUR

 

1991 - COUP SUPRÊME .LE

 

1990 - REINE BLANCHE .LA
Réal : Jean-Loup Hubert

 

1990 - AUTRE .L'
Réal+Scén : Bernard Giraudeau

 

1987 - VENT DE PANIQUE
Réal : Bernard Stora

 

1987 - HOMME VOILÉ .L'

 

1986 - POUSSIÈRE D'ANGE

 

1985 - MOI VOULOIR TOI

 

1985 - LOUPS ENTRE EUX .LES

 

1985 - LONGS MANTEAUX .LES

 

1985 - BRAS DE FER
Réal : Gérard Vergez

 

1984 - SPÉCIALISTES .LES
Réal : Patrice Leconte

 

1984 - ANNÉE DES MÉDUSES .L'

 

1983 - RUE BARBARE
Réal : Gilles Béhat

 

1983 - PAPY FAIT DE LA RÉSISTANCE

 

1983 - RUFFIAN .LE

 

1982 - MEURTRES À DOMICILE
Réal : Marc Lobet

 

1982 - HÉCATE

 

1981 - GRAND PARDON .LE
Réal : Alexandre Arcady

 

1981 - CROQUE LA VIE

 

1980 - VIENS CHEZ MOI, J'HABITE CHEZ UNE COPINE
Réal : Patrice Leconte

 

1980 - PASSION D'AMOUR

 

1980 - BOUM .LA

 

1979 - TOUBIB .LE

 

1978 - ET LA TENDRESSE ?... BORDEL !
Réal : Patrick Schulmann

 

1977 - MOI, FLEUR BLEUE
Réal : Eric Le Hung

 

1976 - JUGE FAYARD DIT LE SHÉRIF .LE

 

1976 - BILITIS
Réal : David Hamilton

 

1975 - GITAN .LE

 

1975 - JAMAIS PLUS TOUJOURS
Réal : Yannick Bellon

 

1973 - POURSUITE IMPLACABLE .LA
Réal : Sergio Sollima

 

1973 - DEUX HOMMES DANS LA VILLE

 

 

SES PARTICIPATIONS POUR LA TÉLÉVISION.
___________________________________

 

2005 - EMPIRE DU TIGRE .L'
Téléfilm - Réal : Gérard Marx

 

2004 - DANS LA TÊTE DU TUEUR
Téléfilm - Réal : Claude-Michel Rome

 

2003 - MATA HARI, LA VRAIE HISTOIRE
Téléfilm - Réal : Alain Tasma

 

2001 - MORT EST ROUSSE .LA
Téléfilm - Réal : Christian Faure

 

2000 - FILLE DANS L'AZUR .UNE
Téléfilm - Réal : Jean-Pierre Vergne

 

1995 - SAINT-EXUPÉRY : LA DERNIÈRE MISSION
Téléfilm - Réal : Robert Enrico

 

1992 - ÉTÉ GLACÉ .UN
Téléfilm - Réal : Bernard Giaudeau

 

1988 - FACE DE L'OGRE .LA
Téléfilm - Réal : Bernard Giaudeau

 

1977 - EQUIPAGE .L'
Téléfilm - Réal : André Michel

 


 

3 DOCUMENTAIRES
______________________________

 

2004 - TERRE VUE DU CIEL .LA
Documentaire de Renaud Delourme - Bernard Giraudeau : Uniquement sa voix

 

2002 - ESQUISSES PHILIPPINES
Documentaire de Bernard Giraudeau

 

1991 - CONTRE L'OUBLI
Documentaire de Bernard Giraudeau a participé au segment : Pour Ghassan Najjar

 

 


commentaires (1)

hugongerard

07-09-2012 08:20:10

Merci à Laurent Delahousse pour avoir consacré un excellent portrait à ce grand comédien , mais nous n ' avons que trés peu vu de films ou de fictions tv dans ce documentaire comme : Rue Barbare , une affaire de goût de Bernard Rapp , l année des méduses ou séries télé comme : Bleu blanc rouge ou il y campaît le rôle de Mathieu Brecheville , Salvator et les mohicans de Paris ( Rôle de Patrice ) sans oublier Antoine de Saint-Exupery etc.