BARBARA BRITTON

Vue 9392 fois

Profession:
Actrice américaine.

Date et lieu de naissance:
26-09-1919, à Long Beach, Californie, États-Unis.

Date et lieu du décès:
17-01-1980, à Manhattan, New York, État de New York, États-Unis.

Cause du décès:
D'un cancer du pancréas, à l'âge de 60 ans.

Nom de naissance:
Barbara Maurine Brantingham.

État civil:
Mariée le 02 avril 1945 avec le docteur : EUGENE CZUKOR
Jusqu'à la mort de Barbara en 1980.
Ils eurent quatre enfants.
Théodore Britton, né le 02 juin 1947.
Christine Eugenia, née le 13 novembre 1951.
Malheureusement, deux autres enfants nés de Barbara et de son mari Eugene, une fille et un garçon, sont décédés à l'hôpital peu de temps après la naissance. Timothy Dwight, né le 01 juin 1953, décédera deux jours plus tard dans son berceau.

Taille:
?

Commentaires: 0

Anecdotes


William Henry, Barbara Britton et Iren Agay - Dans le film de 1946 : The Fabulous Suzanne.


photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à BARBARA BRITTON

Source : Spanish Films - Ajout de la vidéo le 27 décembre 2021 par Philippe de CinéMémorial


Fille de Lillie Clare (née Grim) et de Adna Brantingham. Barbara Maurine Brantingham est née le 26 septembre 1919 à Long Beach dans l'État de Californie, sur la côte Pacifique des États-Unis. Elle a une sœur aînée Christina Britton qui est devenue actrice et chanteuse d'opéra tandis que son frère Ted a fait quelques apparitions à la télévision.

Se destinant à l'enseignement Barbara fréquente la Polytechnic High School et le Long Beach City College, avec l'intention de travailler comme professeur de discours et d'enseigner l'art dramatique.


Piper Laurie, Rory Calhoun, Barbara Britton, Dani Crayne, et Mamie Van Doren - Dans le film de 1955 : La danseuse et le Milliardaire


Cependant elle montre un intérêt pour le théâtre et malgré la réticence de ses parents ultra-conservateurs, elle commence à jouer dans des productions théâtrales locales.

En 1941, cette blonde ensoleillée aux yeux noisette fut choisit pour représenter la ville de Long Beach au « Tournois des roses parade » un défilé annuel de chars fleuris organisé annuellement à Pasadena. Ses photos dans les premières pages d'un journal local ont attiré l'attention d'un chasseur de talent de la Paramount qui la convainc de faire quelques essais devant la caméra. Essais concluants et avec l'accord de ses parents, elle signe un contrat avec le studio.

Sous le pseudonyme de Barbara Britton elle apparaît dans son premier film « Le secret des terres détruites » (1941) de Derwin Abrahams, un western avec William Boyd où elle fait partie d'une expédition archéologique.

S’ensuit une poignée de films sans être crédité au générique on peut citer : « Les naufrageurs des mers du sud » (1941) de Cecil B. DeMille aux cotés John Wayne, Paulette Goddard et Ray Milland; « Mabok, l’éléphant du diable » (1942) de Alfred Santell, elle est Pamela donnant la réplique à Dorothy Lamour et Richard Denning ; puis l’épouse du lieutenant Bruce Cameron (Macdonald Carey) dans le film de guerre « La sentinelle du Pacifique « (1942) de John Farrow.

Dès 1943, elle décroche des rôles plus étoffés notamment avec le film de propagande signé Mark Sandrich « Les anges de miséricorde » (1943), elle interprète d'une manière saisissante le lieutenant Rosemary Larson qui fait partie d'un groupe d'infirmières militaires, en poste aux Philippines lors de l'invasion japonaise, la scène où un groupe de japonais se rapproche de leur position est assez spectaculaire, ayant perdu son mari, amer de rage, elle attrape une grenade, l’enterre dans sa chemise et se dirige vers les soldats tirant l’épingle se tuant elle-même et les japs, sauvant ainsi ses consœurs Claudette Colbert, Véronika Lake et Paulette Goddard.

Fort de ce succès Frank Borzage lui offre le rôle principal dans le mélodrame de guerre « Voyage sans retour » (1944), en France, sous l'occupation allemande, elle est Sœur Clothilde dans un couvent qui cache des aviateurs alliés, elle va réussir à faire évader Ray Milland, mais elle se fera prendre par un major nazi (Konstantin Shayne) qui en guise de punition, elle est livrée en pâture à ses hommes , elle y perdra la vie.

Elle enchaine avec une dramatique sur le sport « Le grand John » (1945), Frank Tuttle retrace la carrière de John L. Sullivan, champion du monde de boxe poids lourds interprété par (Greg McClure), mais il perd l'amour de sa fiancée, Kathy (Barbara Britton) qui ne veux pas de cette vie, par dépit il épouse une chanteuse (Linda Darnel) et s'adonne à l'alcool, perd ses combats et son titre, lorsque sa femme meurt, il cesse de boire et retrouve l'amour de Kathy.

Elle campe une institutrice dans le western « Le traître du Far-West » (1946) de Stuart Gilmore, arrivée dans une petite ville pour exercer, elle est vite courtisée par deux cowboys interprétés par Joel Mc Crea un gardien de chevaux et Brian Donlevy un voleur de chevaux, deux situations qui les mènent à un incontournable duel.


George MacReady et Barbara Britton - Dans le film de 1946 : Le Retour de Monte-Cristo.


Elle rejoint Robert Lowery dans le film noir « They made me a killer » (1945) de William C. Thomas, piégé il devient le chauffeur d’évasion d’un braquage de banque, sa voiture s’écrase, il est laissé inconscient pendant que le gang s’enfuit, il est arrêté mais s’échappe et fait équipe avec June (Barbara Britton) afin de prouver son innocence et de retrouver le gang responsable de ce guêpier.

En co-vedette avec Randolph Scott dans le western « La vallée maudite » (1947) de George Waggner, Scott est accusé d'un meurtre qu'il n'a pas commis, il reçoit l'aide de Jane (Dorothy Hart), il découvre que Bess, (Barbara Britton), la sœur de Jane, est fiancée au véritable meurtrier (Bruce Cabot); John English l’associe à Gene Autry dans « Revolver chargé » (1948) où tout deux vont tenter d’innocenter Larry (Russell Arms) l’ami de Gene et aussi le frère de Mary (Barbara Britton) accusé à tort du meurtre d’un joueur de poker.

Autre western aussi agressif « J’ai tué Jesse James » (1948) de Samuel Fuller, Robert Ford (John Ireland) prétexte avoir assassiné Jesse James afin de vivre librement et d’épouser sa fiancée Cynthy (Barbara Britton), horrifiée elle refuse cette alliance, ayant fait fortune avec un filon d'or, il invite Cynthy à le rejoindre, mais, Frank James (Tom Tyler) arrive avec la ferme intention de lui régler son compte.

Au début des années 50, elle fait ses premières apparitions au petit écran. Dès 1952, on la voit dans les 57 épisodes de la mémorable série mystère « Mr et Mrs North » un couple Jerry et Pamela (Richard Denning et Barbara Britton) joue les détectives amateurs et résolve divers crimes avant que la police ne le fasse.

Entre deux épisodes, le réalisateur Arch Oboler l’engage dans son film d’aventures « Bwana le diable » (1952) elle joue l'épouse de l'ingénieur Bob Hayward (Robert Stack) qui s'engage à tuer le lion qui terrifie ses ouvriers sur la construction d'un chemin de fer. Elle enchaine avec le drame de guerre « L’escadrille de la dernière chance » (1953) de Lesley Selander, elle est déchirée entre son ancien amour (John Hodiak) qu'elle retrouve et son mari (Bruce Bennett) qu'elle croyait mort lors de la guerre de Corée.

Suite à ses engagements au petit écran, elle décroche pendant deux ans. Dans les années 50 elle est apparue dans des publicités pour être la porte-parole des produits Revlon en direct pour un certain nombre d’émissions, dont « The $64,000 Question », « The $64,000 Challenge », « Revlon’s Big Party » où encore « The Ed Sullivan Show ».

Elle revient en 1955 sur les plateaux de Jean Yarbrough pour un drame social comprenant aussi un triangle amoureux entre deux frères dans « Fret de nuit » (1955) Mike Peters (Forrest Tucker) responsable d'une ligne de fret ferroviaire est menacée d’extinction par le service de camionnage plus rapide de son frère Don (Keith Larsen) son adversaire commercial, ainsi que son rival sur les affections de la belle serveuse de cocktail Wanda (Barbara Britton).

L’actrice quitte le cinéma après le film d'aventures de Jesse Hibbs « Les forbans » (1955) elle est la nièce d'un juge véreux, (Rory Calhoum) le nouveau commissaire à l’or, elle l’aide à s’approprier d'un terrain aurifère très juteux, dont le filon à été découvert par le prospecteur Roy Glennister (Jeff Chandler) avec Anne Baxter et Ray Danton (à découvrir le spectaculaire combat de saloon entre Chandler et Calhoun).

Au milieu des années 60, elle emménage à New York et se produit dans quelques pièces de théâtre à Broadway, puis elle se retire graduellement du show-business, faisant encore quelques apparitions au petit écran notamment en 1979 dans quelques épisodes de la série « On ne vit qu’une fois » d’Agnes Nixon.

Côté vie privée : Barbara Britton a épousé en 1945 son médecin et psychanalyste, le Dr Eugene J. Czukor, de 22 ans son aîné. Elle a donné naissance à quatre enfants, Ted et Christina. Malheureusement, deux autres enfants nés de Barbara et de son mari Eugene, une fille et un garçon, sont décédés à l'hôpital peu de temps après la naissance. Timothy Dwight, né le 01 juin 1953, décédera deux jours plus tard dans son berceau.


Barbara Britton, Randolph Scott et Dorothy Hart


Le couple qui partageait l’amour des antiquités, ont ouvert une boutique dans le Connecticut.
Atteint d’un cancer du pancréas, elle décède prématurément dans son appartement de Manhattan le 17 janvier 1980, à l’âge de 60 ans.

Source : Gary Richardson - Fait le 27 décembre 2021 par Philippe de CinéMémorial.