ANNABELLA

Vue 16512 fois

Profession:
Actrice française.

Date et lieu de naissance:
14-07-1907, à Paris, France.

Date et lieu du décès:
18-09-1996, à Neuilly-sur-Seine, Hauts de Seine, France.

Cause du décès:
D'une crise cardiaque à l'âge de 88 ans.

Nom de naissance:
Suzanne Georgette Charpentier. Surnom : Zette, Zetto ou Zetou.

 

État civil:
Mariée le 04 octobre 1934 avec l'acteur : JEAN MURAT - divorcée le 23 décembre 1938.
Ils eurent un enfant.

Mariée le 23 avril 1939 avec l'acteur : TYRONE POWER - divorcée le 26 janvier 1948.

Liaison avec l'acteur : ALBERT PREJEAN.

Elle eu une fille : Anne.

Taille:

Commentaires: 1

Anecdotes

Au sujet de la paternité de sa fille, Anne, j'ai lu sur le blog "la chasse aux erreurs.blog4ever.com"
Que la comédienne Annabella a eu une fille : "Anne, qui sera adoptée par Tyrone Power, second époux d'Annabella. Anne s'appellera donc officiellement Anne Power".

Lorsque l'actrice revint en France après la libération, elle retrouva sa villa intacte, mais n'ayant plus les clefs de la grille, elle dû l'escalader dans son vison made in Hollywood, elle découvrit ensuite que l'armée américaine avait réquisitionné la maison, il n'y avait plus aucun meuble hormis des lits de camps et des sacs de couchage, par contre, la cave était devenue un très élégant bar, foisonnant de disques swing interdits sous l'occupation, elle offrit donc une petite fête aux journalistes de ciné-monde qui l'accompagnaient.

Anecdotes qui m'ont été remise par Madame Céline que je remercie beaucoup

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à ANNABELLA
Bande annonce d'HÔTEL DU NORD

Ajout de la vidéo le 15 janvier 2021 par Philippe de Cinémémorial.

Fille d'Alice Saillar d'une artiste de piano, et de Paul Camille Charpentier ancien directeur-gérant du Journal des Voyages, un magazine qui avait un grand succès auprès des jeunes. Annabella de son vari nom Suzanne Georgette Charpentier est née le 14 juillet 1907 à La Varenne St-Hilaire, près de Paris en France. Elle avait un jeune frère, Pierre qui la surnommait Bébelle Anna. Elle doit sa carrière à l'initiative de son père qui, un jour, adresse sa photo à un producteur ami.

C'est ainsi qu'Abel Gance l'ayant repérée, engage cette jolie jeune fille de 19 ans pour jouer la jeune Violine Fleuri, où nimbée de poésie est amoureuse de l'Empereur incarné par Albert Dieudonné dans sa célèbre fresque historique « Napoléon » (1927) c'est aussi Abel Gance qui lui trouve son pseudonyme en s'inspirant d'un poème d'Edgar Poe intitulé Annabel Lee. Après ce long métrage Jean Grémillon, lui confie un rôle intéressant dans « Maldonne » (1928) où elle donne la réplique à Charles Dullin.

Après une liaison avec Albert Préjean, qui est son partenaire dans le biopic « Un soir de rafle » (1931) de Carmine Gallone où Jean retrace la carrière du boxeur Georget, Annabella épouse en 1934 Jean Murat rencontré dans la comédie romantique « Paris-Méditerranée » (1932) de Joe May, autre séducteur des années 30 qui lui donnera une fille Anna.

C'est en France que René Clair la révèle au grand public avec la comédie musicale « Le million » (1931), elle est exquise dans le personnage de Béatrice, une jeune danseuse étoile, où son sourire lumineux et sa voix douce, illuminent ce chef-d'œuvre, avec à ses cotés René Lefèvre et Jean-Louis Allibert. René Clair la rappelle pour son mélodrame « 14 juillet » (1932) elle est Anna, l'émouvante fleuriste, amoureuse de Jean (George Rigaud) chauffeur de taxi, ils se font des serments d'amour un soir de bal du 14 juillet à Paris, mais Anna est délaissée par Jean qui succombe à l'enjôleuse Pola, (Pola Illéry) qui le quitte rapidement, sans amour, Jean sombre dans la délinquance.

En 1932 elle tournera pour le réalisateur Hongrois Paul Fejos le mélodrame « Marie, légende hongroise » Marie, une jeune servante, est séduite et abandonnée avec un enfant, les autorités locales décident de le lui confisquer son enfant. Marie, folle de douleur, s'enivre dans une taverne, pénètre dans une église pour y maudire la Vierge et s'écroule raide mort. En 1933 du même réalisateur et dans la même veine « Garder le sourire » Jean (Gustav Fröhlich) se retrouve au chômage, désespéré et sur le point de se suicider par noyade, il aperçoit et sauve Marie (Annabella) qui a la même intention que lui, ils tombent amoureux, et décident d'affronter ensemble les difficultés de la vie. Avec la même virtuosité, Annabella brille par sa prestance dans un rôle exotique celui de la marquise Mitsouko Yorisaka dans le drame « La bataille » (1933) de Nicolas Farkas, où pendant la Guerre russo-japonaise, un officier anglais (John Loder) tombe amoureux de la marquise, la femme de son amiral (Charles Boyer) celui-ci ayant perdu sa femme se fait hara-kiri.

A l'apogée de sa carrière, elle fait une première incursion aux Etats-Unis dans la version française de « Caravane » (1934) de Erik Charell, un triangle amoureux où la comtesse Wilma doit se marier avant sa majorité sans quoi elle perd son héritage, elle tombe amoureuse de Pierre Brasseur lui-même amoureux de la tzigane Timka (Conchita Montenegro). Retour en France, Julien Duvivier lui donne le rôle de la belle danseuse berbère Aïschal la Slaoui amoureuse de Jean Gabin un criminel réfugié dans la légion étrangère espagnole dans le drame romantique « La Bandera » (1935) avec Robert Le Vigan et Raymond Aimos.

Elle se voit décerner le prix d'interprétation au festival de Venise pour son rôle dans « Veille d'armes » (1935) de Marcel L'Herbier, pendant la Première Guerre mondiale, le capitaine de Corlaix (Victor Francen) est accusé d'une fausse manoeuvre qui à causé la perte de son navire, son épouse défend son mari face au conseil de guerre ; suivi de « La citadelle du silence « (1935) du même réalisateur, elle campe un russe qui tente d'assassiner le gouverneur (Pierre Alcover) mais c'est son amant qui est arrêté et envoyé dans une sinistre forteresse, elle épouse le commandant de la forteresse pour s'approcher de son petit ami. Elle incarne également la jeune aviatrice « Anne-Marie » (1936) dans le roman éponyme d'Antoine de Saint Exupéry mis en scène par Raymond Bernard.

Puis Hollywood la réclame à nouveau. Avec la Century Fox elle tourne ses premiers films en technicolor dont « Diner au Ritz » (1937) de Harold D. Schuster, en blonde avec des tresses, elle va chercher à démasquer les assassins de son père avec l'aide de David Niven, qui est tombé amoureux d'elle. En 1938, elle revient France à l'appel de Marcel Carné, pour « Hotel du Nord » (1938) Pierre et Renée, (Jean Pierre Aumont et Annabella) deux amoureux tristes acculés financièrement, louent une chambre pour se suicider, un autre couple, un homme mystérieux (Louis Jouvet) et (Arletty) une prostituée, vont se mêler à l'histoire des amoureux désespérés.

De retour au Etats-Unis, Annabella est engagée par la Fox pour la superproduction « Suez » du vétéran Allan Swan, sur le plateau, elle rencontre son futur époux, l'acteur Tyrone Power, c'est le coup de foudre qui se concrétise par un mariage en 1940, Tyrone adopte sa fille Anne, mais bien vite c'est la rupture. Elle découvre qu'il la trompe avec Judy Garland et Lana Turner, elle décide de rentrer un temps en Europe.

Depuis son mariage, ses apparitions au cinéma se font rare, cependant elle retourne en Amérique pour deux films de propagande « Bomber's moon » (1943) de Charles Fuhr où elle campe un médecin militaire aux cotés de George Montgomery, puis une résistante dans « 13 Rue Madeleine » (1946) de Henry Hathaway avec James Cagney.

Cette même période, durant la guerre, Annabella organise une fête de charité pour amasser des fonds pour les Français Libres du Général de Gaule. Elle suit aussi des cours de secourisme de la Croix-Rouge pour pouvoir aider.

Elle fera un comeback en France avec « Éternel conflit » (1947) de Georges Lampin aux côtés de Michel Auclair un film taillé sur mesure pour elle, mais qui ne suffit pas à relancer sa carrière.

Finalement divorcée de Tyrone Power en 1948 et sans enfant, elle obtient une pension alimentaire de 50 000 $ par an et hérite de leur maison Saltair et rentre définitivement en France.

En 1950, elle s'éloigne encore de son pays natal et s'installe en Espagne où on la voit souvent avec le toréador Luis Miguel Dominguin. Elle y tournera deux films qui ne laissent pas grand souvenir et en 1954 elle quitte définitivement le cinéma et revient en France… Elle se consacrera désormais à des œuvres caritatives, devenant notamment visiteuse de prison et crée « le Vestiaire» à la prison de Fresnes... C'est dans un relatif oubli que décède la gracieuse héroïne et sentimentale de La Bandera et d'Hôtel du Nord, d'une crise cardiaque le 18 septembre 1996 dans son appartement de Neuilly-sur-Seine.

Source : Gary Richardson - Fait le 15 janvier 2021 par Philippe de CinéMémorial.

 

 

SES RÉCOMPENSES :

1936 - Pour : VEILLE D'ARMES - Coupe Volpi - Meilleure Actrice à Venise, Italie.

commentaires (1)

Robert

12-10-2010 03:40:49

Bonjour , j'aimerai avoir le prévilege de pouvoir visualiser une photo ou quelques photos de L'actrice ANNABELLA ,car j,ai en main une photo de cette actrice signer de sa propre main ,et j,aimerais confirmer ou valider cette photo merci Mes salutations diatinguées