ALBERT FINNEY

Vue 456 fois

Profession:
Acteur, réalisateur et producteur britannique.

Date et lieu de naissance:
09-05-1936, à Salford, Royaume-Uni.

Date et lieu du décès:
07-02-2019, à Londres, Royaume-Uni.

Cause du décès:
D'un cancer du rein à l'âge de 82 ans.

Nom de naissance:
Albert Finney. - Surnom : Albie.

État civil:
Après un premier mariage avec Jane Wenham de 1957 à 1961, dont son fils Simon est issu, Albert Finney a connu une brève liaison avec Audrey Hepburn sur le tournage de Voyage à deux. Il a ensuite été marié avec Anouk Aimée de 1970 à 1978. Depuis, Finney s'est remarié et a re-divorcé ; il a eu un second enfant ; il vit avec sa quatrième épouse Pene Delmage jusqu'à son décès en février 2019.

Taille:
(1m75)

Commentaires: 0

Anecdotes

photos

(Glissez vers la gauche pour découvrir toutes les photos)

Biographie

Hommage à ALBERT FINNEY

Ajout de la vidéo le 09 février 2019 par Philippe de CinéMémorial.

 

Albert Finney, le prolo royal du cinéma anglais, est mort.

L’acteur britannique, révélé par son rôle d’ouvrier dans “Samedi soir, dimanche matin”, de Karel Reisz, et célèbre pour son incarnation d’Hercule Poirot dans “Le crime de l’Orient-Express”, est mort vendredi 8 février 2019, à 82 ans.

Roi du cinéma anglais, Albert Finney, mort le vendredi 8 février 2019 à 82 ans, se revendiquait comme provincial – il était né à Salford, une cité industrielle dans la banlieue de Manchester, dans un milieu modeste (son père était un petit bookmaker).

Le succès lui était tombé dessus très jeune, à 24 ans, grâce à son interprétation énergique et d’une sensualité inhabituelle pour l’époque, d’un ouvrier métallurgiste dans Samedi soir et dimanche matin (1960), le film fondateur du free cinema – le cousin anglais de la Nouvelle vague, la colère sociale en plus. A l’écran, on découvrait une boule de nerfs boire pour oublier l’enfer de l’usine, coucher avec la femme d’un collègue, être en colère contre le monde entier. Un succès devenu triomphe trois ans après grâce au rôle-titre de Tom Jones, une fantaisie en costumes picaresque et libertine.

Le vide dû au succès
Mal à l’aise avec son statut de star, Albert Finney était passé à la réalisation en 1968 pour raconter le vide qu'amène le succès dans Charlie Bubbles, son unique film derrière la caméra. Il eut, dit-il, « un contact émotionnel » avec le scénario de Shelag Delaney, qui, devenue célèbre à 19 ans, éprouvait les mêmes sentiments que lui face à la réussite. Charlie Bubbles (interprété par Finney lui-même) est un écrivain à succès qui possède tout, sauf le bonheur, et qui flotte dans une vie incertaine. Pauvre, il est devenu trop riche ; Anglais du Nord, et villageois, il ne s'est pas adapté à Londres…

Etre devenu une vedette du grand écran n’empêchait pas Albert Finney de travailler en même temps pour le Royal Court Theatre, le temple de l’avant-garde scénique londonienne dans les années 60. En 1961, il avait même refusé le rôle de Lawrence d’Arabie et un cachet de 100 000 dollars (pour le plus grand profit de son copain de promotion à la Royal Academy of Dramatic Arts, Peter O’Toole), préférant diriger une troupe de théâtre à Glasgow pour un salaire équivalent à 20 dollars par semaine…

Financer le jeune cinéma britannique
Dès les années 60, il utilise sa notoriété et son argent pour financer le jeune cinéma britannique via sa compagnie de production Memorial Enterprises. Il accompagnera ainsi la carrière d’un autre pilier du Free Cinema, Lindsay Anderson (If…, Le meilleur des mondes possibles) et lancera des cinéastes prometteurs comme Stephen Frears (Gumshoe) et Mike Leigh (Bleak Moments).

Il se fait plus rare au cinéma, mais, souvent, dans des interprétations marquantes. Après un beau duo (à l’écran comme à la ville) avec Audrey Hepburn pour Voyage à deux, de Stanley Donen, il fait à nouveau sensation grâce à son incarnation savoureuse d’Hercule Poirot dans Le crime de l’Orient-Express de Sidney Lumet (1974) d’après Agatha Christie – à l’époque, il file le parfait amour avec Anouk Aimée. Malgré le pont d’or qui lui est offert, il refuse de porter à nouveau la moustache du détective belge dans Mort sur le Nil (Peter Ustinov en profite). Mais obtient un million de dollars pour le rôle – chantant – d’un millionnaire dans Annie (1982), de John Huston. Suivront le mari malheureux de L’Usure du temps (1982), d’Alan Parker aux côtés de Diane Keaton, le consul alcoolique d’Au-dessus du volcan (1984), de John Huston d’après le roman-culte de Malcom Lowry et des incarnations de grandes figures historiques pour la télévision, comme Winston Churchill dans The Gathering Storm (avec un Golden Globe et un Emmy Award à la clé en 2002) ou encore… Jean-Paul II !

A partir des années 90, une nouvelle génération de cinéastes hollywoodiens fait appel à lui pour des seconds rôles marquants. Il est mafieux irlandais pour les frères Coen dans Miller’s Crossing (1990), avocat pour Steven Soderbergh dans Erin Brockovich, seule contre tous (2000), père fantasque pour Tim Burton dans Big Fish (2003)… Sa dernière apparition au cinéma reste l’une de ses plus émouvantes : il est le gardien fidèle du domaine écossais dans lequel James Bond-Daniel Craig vient retrouver ses racines et trouver refuge à la fin de Skyfall (2012), de Sam Mendes.

Source : Telerama.fr - Fait le 09 février 2019 par Philippe de CinéMémorial.

 

SES RÉCOMPENSES :

2006 - Pour le film : 7H58 CE SAMEDI-LÀ - Prix pour l’ensemble de la distribution - Gotham Awards de New York, État-Unis.

2001 - Prix de l’amitié de l’Académie - British Academy Awards, Royaume-Uni.

1999 - Prix Dilys Powell par le cercle des critiques de cinéma de Londres, Royaume-Uni.

1999 - Pour le film : TRAFFIC - Prix pour l’ensemble de la distribution par la Guilde des acteurs de cinéma, État-Unis.

1999 - Pour le film : ERIN BROCKOVICH, SEULE CONTRE TOUS - Prix DFWFCA - Second rôle masculin par l’association des critiques de cinéma de Dallas Fort Worth, État-Unis.

1999 - Pour le film : ERIN BROCKOVICH, SEULE CONTRE TOUS - Prix ALFS -Second rôle masculin par le cercle des critiques de cinéma de Londres, Royaume-Uni.

1999 - Pour le film : ERIN BROCKOVICH, SEULE CONTRE TOUS - Meilleur second rôle masculin par la Guilde des acteurs de cinéma, État-Unis.

1993 - Pour le film : LES LEÇONS DE LA VIE Prix BSFC - Meilleur acteur par la société des critiques de cinéma de Boston, Massachusetts, État-Unis.

1985 - Prix Joseph Plateau - Meilleur acteur au festival du cinéma international des Flandres, Belgique.

1984 - Pour le film : AU-DESSOUS DU VOLCAN - Prix ALFS - Acteur de l’année par le cercle des critiques de cinéma de Londres, Royaume-Uni.

1984 - Pour le film : AU-DESSOUS DU VOLCAN - Prix LAFCA - Meilleur acteur par l’association des critiques de cinéma de Los Angeles, État-Unis.

1983 - Pour le film : L’HABILLEUR - Ours d’Argent - Meilleur acteur au festival international du cinéma de Berlin, Allemagne.

1974 - Pour le film : LE CRIME DE L’ORIENT EXPRESS - Prix du meilleur acteur aux Evening Standard British Film Awards, Royaume-Uni.

1970 - Pour le film : SCROOGE - Golden Globe - Meilleur acteur de cinéma catégorie musical ou comédie, État-Unis.

1962 - Pour le film : TOM JONES, ENTRE L’ALCÔVE ET LA POTENCE - Golden Globe - Meilleur espoir masculin, État-Unis.

1962 - Pour le film : TOM JONES, ENTRE L’ALCÔVE ET LA POTENCE - Coupe Volpi - Meilleur acteur au festival du cinéma de Venise, Italie.

1962 - Pour le film : TOM JONES, ENTRE L’ALCÔVE ET LA POTENCE - Prix NYFCC - Meilleur acteur par le cercle des critiques de cinéma de New York, État-Unis.

1962 - Lauréat de l'Étoile de Cristal - Meilleur Acteur Étranger.

1962 - l'Ours d'Argent - Meilleur Acteur à Berlin en 1984.

1960 - Pour le film : SAMEDI SOIR, DIMANCHE MATIN - Prix NBR - Meilleur acteur par la National Board of Review, État-Unis.

1960 - Pour le film : SAMEDI SOIR, DIMANCHE MATIN - Meilleur acteur - Festival du cinéma de Mar del Plata, Argentine.

1960 - Pour le film : SAMEDI SOIR, DIMANCHE MATIN - BAFTA - Meilleur espoir aux British Academy Awards, Royaume-Uni.

1960 - Pour le film : SAMEDI SOIR, DIMANCHE MATIN - Étoile de Cristal - Meilleur acteur étranger aux prix de l’Académie du cinéma Français, France.

 

Filmographie

51 LONGS MÉTRAGES
_________________________________

 

2012 - SKYFALL

 

2011 - JASON BOURNE : L’HÉRITAGE
Réal : Tony Gilroy

 

2007 - VENGEANCE DANS LA PEAU .LA
Réal : Paul Greengrass

 

2007 - 7H58 CE SAMEDI-LÀ

 

2006 - GRANDE ANNÉE .UNE

 

2006 - AMAZING GRACE
Réal : Michael Apted

 

2005 - ASPECT OF LOVE
Réal : Gale Edwards

 

2004 - OCEAN'S TWELVE

 

2003 - BIG FISH : LA LÉGENDE DU GROS POISSON

 

2000 - HEMINGWAY, THE HUNTER OF DEATH
Réal : Sergio Dow

 

2000 - ERIN BROCKOVICH, SEULE CONTRE TOUS

 

2000 - CADEAU DE LA VIE .LE
Réal : Nick Castle

 

1999 - TRAFFIC
Réal : Steven Soderbergh

 

1999 - SIMPATICO

 

1998 - BREAKFAST OF CHAMPIONS

 

1997 - WASHINGTON SQUARE

 

1995 - RUN OF THE COUNTRY .THE

 

1994 - HOMME SANS IMPORTANCE .UN

 

1993 - LEÇONS DE LA VIE .LES

 

1992 - PLAYBOYS .THE

 

1992 - AMOUR EN TROP .L'

 

1990 - MILLER’S CROSSING
Réal : Joel Coen

 

1986 - ENFANTS DE L’IMPASSE .LES

 

1984 - AU-DESSOUS DU VOLCAN

 

1983 - HABILLEUR .L'

 

1982 - ANNIE

 

1981 - WOLFEN

 

1981 - USURE DU TEMPS .L'

 

1981 - LOOKER

 

1980 - DANGEREUSE ENQUÊTE
Réal : John Quested

 

1977 - DUELLISTES .LES

 

1975 - FRÈRE LE PLUS FUTÉ DE SHERLOCK HOLMES .LE

 

1974 - LOI ET LA PAGAILLE .LA

 

1974 - CRIME DE L'ORIENT-EXPRESS .LE

 

1973 - ALPHA BETA
Réal : Anthony Page + Production

 

1972 - MEILLEUR DES MONDES POSSIBLE .LE

 

1971 - LOVING MEMORY

 

1971 - GUMSHOE

 

1971 - BLEAK MOMENTS

 

1970 - SCROOGE

 

1969 - PLACE AUX JEUNES
Réal : Peter Hammond - Uniquement la Production

 

1968 - PICASSO SUMMER .THE

 

1968 - IF...

 

1967 - VOYAGE À DEUX

 

1967 - CHARLIE BUBBLES

 

1966 - PRIVILEGE
Réal : Peter Watkins - Uniquement production

 

1963 - VAINQUEURS .LES

 

1963 - TOM JONES

 

1963 - FORCE DES TÉNÈBRES .LA

 

1960 - SAMEDI SOIR, DIMANCHE MATIN

 

1959 - CABOTIN .LE

 

_______________________FIN_____________________

 

commentaires (0)